L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

CR Seven Days of 1809

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 CR Seven Days of 1809 le Jeu 4 Déc 2008 - 21:12

Suite à un mini playtest le week end dernier, j'ai décidé de lancer une campagne "pour voir". De ce que j'ai compris de la situation, il est important pour l'autrichien de se ruer sur le Danube pour empêcher la jonction des forces françaises. Je suis curieux de voir le résultat puisque les autrichiens doivent traverser toute la largeur de la carte pour y aboutir. Avec quatre tours de jeu par jour simulé, dont trois autorisant le déplacement, il est impératif de réussir les tests d'initiative très tôt d'une part pour désengorger les hexes d'entrée des renforts, et d'autre part pour compenser l'arrivée tranquille des grosses divisions d'infanterie du IIIème corps français près de Ratisbone.

16 avril

Deroy (VIIème corps de Lefèbvre) plie au premier assaut de Ludwig et de son Vème corps sur Landshut. Il lui faut se replier vers Pfeffenhausen et espérer que Wrede puisse le rejoindre rapidement pour offrir une résistance plus consistante et tenter de ralentir Ludwig. Lefèbvre lui-même doit s'aventurer à l'ouest pour mener Prince Royal et Zandt vers l'action. La cavalerie légère de Preysing ne peut être ravitaillée à la nuit tombée.

Hohenzollern et son IIIème corps poussent vers Rottenburg au nord mais en suivant la route parallèle à celle prise par Ludwig. Le IVème corps de Rosenberg se donne comme mandat de monter vers Ratisbone à la rencontre de l'unité de Vecsey, isolée à mi-chemin. Le VIème corps de Hiller se dirige quant à lui vers Moosburg.

Des tests d'initiative réussis par les autrichiens permettent de mettre les choses en branle en gardant un peu de pression sur les unités françaises en repli. Le reste du VIIème corps de Lefèbvre commence déjà à pourrir sur place et aura du mal à se montrer efficace.


17 avril

Hohenzollern et le IIIème corps poursuivent leur route vers le nord. Ils atteignent le Danube en fin de journée. Ludwig et le Vème mettent la main sur la division Deroy et l'éparpillent autour de Pfeffenhausen. Premier sang versé. Le VIème corps (Hiller) et le IVème (Rosenberg) ne bougent pas d'un pas de toute la journée. Les deux corps de réservent se mettent sur les traces des IIIème et Vème corps.

Côté français, Lefebvre réorganise rapidement Deroy mais est toujours incapable de mettre ses troupes en mouvement. Par chance, Wrede et Seydewiz peuvent se placer à Siegenburg et espérer ralentir l'élan autrichien. La cavalerie de Preysing est ravitaillée à nouveau.

Cette journée est probablement cruciale. L'Archiduc Charles entre en jeu. Bien placé sur la carte, il m'a permis d'activer en même temps le IIIème et le Vème corps deux tours de suite. Les unités étant déjà placées en road march, et en n'ayant pas perdu de temps lors des tours précédents, les autrichiens sont sur le fleuve avant les français. Le IIIème corps doit se positionner rapidement pour le combat car c'est Davout et ses unités qui les défieront. Si le Vème perd du temps contre les bavarois, Hohenzollern se sentira assez seul assez vite. Rosenberg et le IVème corps devront alors passer un rapport de boîte supérieur s'ils veulent jouer un rôle de support en divisant le front. J'ai choisi de laisser Charles avec Ludwig pour m'assurer d'une prise d'initiative constante et nettoyer la place à l'ouest. Si les dés suivent, Lefebvre arrivera avec des troupes démoralisées devant un rideau fin prêt.


Jusque là le jeu se déroule très bien. Les unités arrivant progressivement, les premiers tours sont rapides et ne créent que peu d'engagements armés (2 ici). J'ai eu l'occasion de me familiariser avec le road march, mais cela m'a causé quelques problèmes:
- un test d'initiative raté immobilise toute une colonne de marche. Ca ressemble à un TGV arrêté en pleine campagne et c'est un peu bizarre. Je n'ai pas donné d'ordre de marche lors de la nuit du 16 au 17 pour garder un maximum de réactivité face aux actions des unités françaises isolées.
- le road march annule le malus des ponts sur le mouvement, mais je garde le malus pour monter une côte. Par contre j'annule aussi le malus de forêt. Je n'ai rien vu d'explicite à ces sujets.
- Les leaders seuls disposent en tout temps du 1/2 MP sur route, par contre je suppose qu'ils ne sont pas pour autant autorisés à entrer en contact avec des unités en road march. A moins que par défaut, un leader isolé soit toujours en road march, mais ce n'est pas aussi explicite que ça dans les règles.
Je vous rapporte les jours suivants quand je les achèverai. J'essaierai aussi de penser à des photos.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

2 Re: CR Seven Days of 1809 le Ven 5 Déc 2008 - 8:43

Voui, des photos ! Smile

Desaix

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

3 Re: CR Seven Days of 1809 le Ven 5 Déc 2008 - 20:55

18 avril

La division St Julien du IIIème corps autrichien occupe Kelheim au matin. La brigade Kayser et la cavalerie de Pfanzelter s'installent à Unter-Saal. Davout quitte Ratisbone pour se porter à la rencontre de Hohenzollern et se place devant Ober-Saal.

En fin de journée, il entre dans le village avec St Hilaire et Gudin à Ober-Saal pour attaquer les autrichiens. La manoeuvre réussit totalement mais coûte l'unité de St Hilaire aux français. Un total d'environ 20000 hommes et chevaux sont dispersés et la ligne de front autrichienne est grosso modo anéantie.


Le VIIème corps de Lefebvre progresse lentement vers Neustadt et reçoit un ordre de marche. Ses divisions isolées de Wrede et Seidewitz sont harcelées par le Vème corps de Louis à Siegenburg. Seidewitz refuse le combat et Wrede est repoussé, laissant le corps de Louis franchir l'Ahens. Les cavaleries de Defrance et Doumerc arrivent en support tandis que Wrede et Seidewitz contre-attaquent en infériorité numérique. La chance leur sourit car ils parviennent à repousser Lindenau, sans toutefois être en mesure de poursuivre.

Le Vème corps de Louis prend alors les choses en main, franchit en masse la rivière, et parvient à éliminer Wrede.

Pendant ce temps, le premier corps de réserve autrichien suit tranquillement l'Archiduc Louis. Le second, sous les ordres de l'Archiduc Charles, poursuit son avance pour arriver au sud de Davout. Hiller et le VIème corps quittent Moosburg en direction de Mainburg. Le IVème corps fait marche brièvement au nord et reçoit un ordre de marche vers Weillohe.


Cette journée a été encore très instructive. Les mauvais choix sautent aux yeux. D'une part je me suis décidé à donner des ordres de marche aux unités éloignées afin d'assurer un mouvement sans attendre un test d'initiative réussi. J'aurais gagné beaucoup de temps en prenant ces décisions la nuit précédente. D'autre part, j'ai commis l'erreur de laisser le train de munition du VII ème corps français seul et sans couverture, et il s'est fait gober par les autrichiens. Tout le VIIème est désormais à court de munitions pour le reste de la campagne. Par contre, les effets sont assez mineurs puisque cela ne se traite que comme une démoralisation, et donc une pénalité aux tests d'initiative et l'interdiction d'avancer après combat. Finalement, sur les rives du Danube près de Ratisbone, ce sera bientôt aussi une pagaille incroyable. Les unités au nord du fleuve sont hors de portée de commandement de Davout, mais leur initiative est élevée. Par contre, elles sont aussi coupées de leur ligne de ravitaillement, ce qui rendra leur activation plus hasardeuse.
Question combat, Wrede a eu une chance incroyable de s'en sortir si bien à 1:1,5. Son but est toutefois simplement de ralentir l'autrichien et il disparaît logiquement devant un rouleau compresseur. Davout a lui été un peu malchanceux de sortir un Ex sur un combat à 2:1.
Les unités rassemblées automatiquement à la tombée de la nuit ne seront pas immédiatement réorganisées par leurs officiers respectifs (Davout et Hohenzollern) étant donnée la proximité des unités ennemies. Selon toute logique, Hohenzollern devra battre en retraite pour réintroduire ses unités perdues, ce qui est faisable grâce à la présence de Charles. Davout est un peu plus occupé par contre.
J'ai beaucoup d'hésitation lorsque j'implique la cavalerie. Les unités sont faibles en terme de force d'impact, et en gros je les maintien au contact lorsque ça me permet de gagner sur le rapport des forces. Par contre, en jeu aveugle, leur mise en place devient probablement plus subtile.

Je tâcherai de faire quelques efforts sur la qualité des photos.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

4 Re: CR Seven Days of 1809 le Ven 5 Déc 2008 - 21:19

C'est déjà chouette comme cela et c'est plus facile a suivre hehe...
Faut qu'on se trouve le module CBB...

Desaix

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

5 Re: CR Seven Days of 1809 le Lun 8 Déc 2008 - 20:56

19 avril

A l'ouest, Ludwig (Vème corps) suivi du premier corps de réserve, se porte au contact des divisions de Defrance et Seydewitz, qui reculent au-delà de la rivière avant le combat. Afin de se préparer à l'arrivée de Lefebvre, et plus tard de Oudinot, Napoléon ordonne la retraite des divisions de cavalerie lourdes indépendantes et de l'infanterie Demont (IIIème corps). L'Empereur assure également la réorganisation de Wrede et soulage ainsi le moral de tout le VIIème corps. Lefebvre rompt son ordre de marche lorsque la division Deroy est à portée de l'ennemi. Le VIIIème corps de Van Damme et le IIème de Houdinot font marche vers Neustadt, le premier par la rive gauche du Danube et le second en arrière de Lefebvre.
Ludwig entre dans Neustadt et attaque de front Defrance et Seydewitz. Le rapport des forces est très défavorable aux bavarois et rend leur élimination logique.



Ludwig s'installe alors en soirée dans Neustadt et ses abords pour se préparer aux vagues de contre-attaques françaises qui ne sauraient tarder.




Hohenzollern (IIIème corps) prend le large pour réorganiser ses troupes (Kayser et Pfanzelter), laissant l'Archiduc Charles commander l'avance de St Julien et Thierry sur Davout. Pendant ce temps, le second corps de réserve verrouille le sud-est de la zone de Unter- et Ober-Saal. Ces forces combinées tentent une attaque contre Gudin, qui doit reculer et laisser St Julien entrer dans Ober-Saal. Attaquée sur deux fronts, la brigade Pajol est éliminée.



Hohenzollern s'avance au contact et élimine Jacquinot et Guyon. Gudin bat en retraite à l'abri de la rivière voisine et Davout s'éloigne pour réorganiser Jacquinot et St Hilaire. La division Morand quitte Ratisbone pour prêter main forte à Davout tandis que la menace du IIème corps de Kolowrat s'est éloignée pour bâtir un pont au sud-est de la ville fortifiée.



A la nuit tombée, le IIIème corps autrichien n'est pas ravitaillé et Hiller reçoit l'ordre de marcher vers Neustadt pour renforcer le Vème corps.


J'ai probablement fait quelques petites erreurs. Je ne me souviens pas avoir contrôlé la distance entre Napoléon et l'ennemi avant de lui faire réorganiser Wrede. Le ravitaillement du IIIème corps aurait pu être assuré si j'avais fait plus attention lors du tour de soir. Les ordres de marche sont une très belle invention. La position de Ludwig et Lichtenstein est intéressante, couverte à la fois par la forêt et le fleuve. Les leaders vont devoir se mouiller la chemise afin de maximiser les rapports de force dans la région, ce sera sans aucun doute aussi sanglant qu'il y a deux siècles.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

6 Re: CR Seven Days of 1809 le Mar 9 Déc 2008 - 11:01

Faut qu'on se trouve le module CBB...

Je crois qu'il n'y a pas...

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: CR Seven Days of 1809 le Mar 9 Déc 2008 - 11:27

Si, il y en a, mais au marché noir je crois...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

8 Re: CR Seven Days of 1809 le Mar 9 Déc 2008 - 13:56

Pour Xavier Seynave

Je demande ta permission de traduire ce beau compte-rendu pour NoTurkeys

Enrico


_________________
Si vous avez intention de noyer vos problèmes dans l'alcool, tenez présent que quelques problèmes peuvent nager très bien.
Robert Musil
Voir le profil de l'utilisateur http://www.valgame.eu/trincee/files/enrico.htm

9 Re: CR Seven Days of 1809 le Mar 9 Déc 2008 - 16:34

En effet, M. Zucker avait demandé à ce que les modules de ses jeux ne soient pas disponibles, mais ils existent cependant. Maintenant que OSG est fermé, il est probable que la situation se débloque prochainement.

Enrico, je n'ai aucun problème avec ça. J'imagine que l'Estafette non plus, je ne sais pas qui est "propriétaire" de ce qui est publié sur le forum. Merci pour le compliment, il s'agit cependant du premier exercice de ce genre auquel je me prête, et je ne suis pas certain de bien m'y prendre. Je dois me familiariser avec la terminologie et essayer de synthétiser 4 tours de jeu en un post. Je prends des notes en cours de partie, mais parfois je me pose des questions le lendemain quand je rédige! Bref, ça devrait aller mieux à l'avenir. Si tu veux les photos ou leur lien, fais moi signe et il me fera plaisir de t'aider. Il reste encore 3 jours à la campagne, à moins que Napoléon se fasse capturer entre temps.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

10 Re: CR Seven Days of 1809 le Mar 9 Déc 2008 - 17:10

Xavier Seynave a écrit:Maintenant que OSG est fermé, il est probable que la situation se débloque prochainement.

Voir ta Mail

Si tu veux les photos ou leur lien, fais moi signe et il me fera plaisir de t'aider. Il reste encore 3 jours à la campagne, à moins que Napoléon se fasse capturer entre temps.

Pour ta photos j'utiliserai cette méthode avec Paint Shop Pro
Copy Image de l'Estafette
Adjust -- Brightness 0 / Contrast 20
Image -- Sharpen More
Adjust -- Red/Green/Blue = Red -20; Green 0;Blue +20
Resize Image ou Shift-s
Image -- Sharpen

Le résultat final y ressemblera à ...


_________________
Si vous avez intention de noyer vos problèmes dans l'alcool, tenez présent que quelques problèmes peuvent nager très bien.
Robert Musil
Voir le profil de l'utilisateur http://www.valgame.eu/trincee/files/enrico.htm

11 Re: CR Seven Days of 1809 le Mar 9 Déc 2008 - 18:51

Merci pour le tuyau, je traiterai les prochaines photos. thumbs up

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

12 Re: CR Seven Days of 1809 le Mer 10 Déc 2008 - 13:41


_________________
Si vous avez intention de noyer vos problèmes dans l'alcool, tenez présent que quelques problèmes peuvent nager très bien.
Robert Musil
Voir le profil de l'utilisateur http://www.valgame.eu/trincee/files/enrico.htm

13 Re: CR Seven Days of 1809 le Mer 10 Déc 2008 - 22:10

Eh mais ça a l'air très bien! Je n'ai plus qu'à me mettre à l'italien maintenant! Wink

20 juin

Le IIIème corps autrichien se replace après les combats de la veille. Thierry et Kayser provoquent à Kelheim la cavalerie de Piré qui évite le combat. Davout profite d'un moment d'isolement pour réorganiser Pajol et lance ses troupes sur les deux Saal. Gudin manque de réussite contre D'Aspre, les deux unités s'éliminant mutuellement. L'attaque principale du IIIème corps français masse Morand, St Hilaire, Jacquinot et Pajol contre Vukassovitch et St Julien. Malgré une certaine parité des forces, la cavalerie française permet de dénouer le combat en faveur des bleus indigos. Les autrichiens n'ont d'autre choix que reculer en direction de l'adversaire et se font massacrer pour le compte. Les restes actifs du IIIème corps de Hohenzollern ne sont plus que symboliques. La cavalerie survivante du IIème crops de réserve de Kienmayer part au sud.



A l'est, Kolowrat franchit le Danube mais décide d'attendre. Il faudra un ordre de marche pour le diriger vers Abach, derrière les positions de Davout. Le IVème corps de Rosenberg atteint sa destination et se retrouve en fin de journée à l'est des français. Suite à la déconfiture de Hohenzollern, l'Archiduc Charles se porte à sa rencontre pour organiser une contre offensive contre un Davout qui a tout de même payé un prix important le nettoyage de la rive droite du Danube.


Sur Neustadt la situation va se débloquer dans un bain de sang. Les troupes de Oudinot (IIème corps), appuyées par l'Empereur en personne, tentent de percer le mur formé par les corps de Ludwig et de Liechtenstein. Il leur faut franchir la rivière et rien ne garantit une issue heureuse. La chance leur sourit, les autrichiens sont repoussés et les français ont scindé le front. Une contre-attaque tout aussi culottée renvoit Napoléon à son point de départ, mais seule la division de Reuss Plauen peut s'avancer pour combler le vide. Van Damme lance l'ensemble du VIIIème corps à travers le Danube contre l'infanterie de Lindenau. Il est appuyé par deux divisions de cavalerie placées sur l'autre rive du fleuve. Van Damme parvient à libérer le pont mais en paye le prix. Napoléon et Oudinot relancent une attaque victorieuse sur le gros du Vème corps autrichien, mais les unités Colbert et Doumerc sont perdues. La division Demont est forcée de faire front en nette infériorité numérique et doit reculer. Le VIIème corps de Lefebvre s'approche du Ier corps de réserve, et sacrifie une unité d'infanterie pour défaire Liechtenstein. Avec le renfort des premières unités de Masséna, l'Empereur mène un assaut décisif sur Neustadt et gagne la ville. Le Vème corps autrichien n'est plus.



Le corps de Masséna est alors arrivé à destination, de même que le VIème corps de Hiller, juste au nord de l'Abens.


Le futur est dans la gestion du champ de bataille pour l'autrichien. Avec l'affaiblissement de plusieurs corps français, il est certainement possible de grapiller quelques points de victoire en choisissant soigneusement qui et où attaquer. Je prévois quelques difficultés pour Davout, mais il a quasiment champ libre au sud-ouest. Quelques réorganisations dans les rangs du corps de Hohenzollern devraient le ralentir suffisamment pour que les IIème et IVème se joignent aux ébats. Les troupes toutes fraîches de Masséna vont forcer un repli préventif du VIème corps au sud-est.

Beaucoup de combats pour cette journée! Les zones de stockage des unités éliminées se sont peuplées rapidement et les effets sur le moral sont parlants. Il est difficile de viser un rapport de force favorable à cause du nombre de rivières à exploiter, et il faut se lancer et espérer que le dé soit clément. J'ai obtenu beaucoup de Ex qui sont coûteux en potentiel humain et on y trouve l'intérêt de conserver des unités plus faibles en couverture.
Côté règles, je me pose une question au sujet de l'élimination d'un leader. Sur un De, je dois tester la capture s'il peut reculer d'une case. Cependant, toutes les cases permettant le recul sont des EZOC, ce qui interdit le retrait. Pour une unité normale, cela signifie de procéder à un test d'élimination permanente. Quelle est la procédure pour un leader? Et si un leader est éliminé, peut-il être remplacé? Les règles ne prévoient de remplacement que dans le cas d'une capture...
D'autre part, rien n'interdit de bouger une unité réorganisée pendant le tour de réorganisation. Cela ne me semble pas très logique et je les considère automatiquement non-commandées à leur retour sur la carte.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

14 Re: CR Seven Days of 1809 le Jeu 11 Déc 2008 - 2:23

Pour les Exchanges on peut jouer avec ce régle

Optional Rule: Shock Combat The table below introduces the impact of individual unit Initiative on Combat. 11.4 Applying Combat Results Re-define “Exchange” Results as follows: Ex (Exchange): Compare the Initiative Ratings of the best units on either side on the Matrix below, and apply the Combat Result.
Highest Initiative Unit:
Attacker 1 2 3 4 5
Defender
1 Ex D1/2 D1/2 De De
2 A1/2 Ex Dr2 D1/2 D1/2
3 A1/2 Ar2 Ex Dr2 D1/2
4 Ae A1/2 Ar2 Ex Dr2
5 Ae A1/2 A1/2 Ar2 Ex

KEY: The combat result is interpreted according to (existing) 11.4.

Pour la question du leader .... des erratas

5.23 Capture Die Roll Modifiers This rule is deleted.
All Leaders are captured on a 6 (no modifiers).

5.24 (add) Capture May Occur After Ae or De Result A Leader may be captured in a "De" (if defending) or "Ae" (if attacking) Combat Result, using the same procedure as defined in 5.22.

If he is not captured, the leader must displace to the nearest friendly unit. If there is no friendly unit within the Leader's Movement Allowance, he may move to any hex within his MA (according to 8.0, Movement).

Donc un Leader ne peut jamais être éliminé

Épilepsie de Charles .... as tu fait les controles apres les pertes autrichiennes ?
Je n'applique pas cette règle stupide


_________________
Si vous avez intention de noyer vos problèmes dans l'alcool, tenez présent que quelques problèmes peuvent nager très bien.
Robert Musil
Voir le profil de l'utilisateur http://www.valgame.eu/trincee/files/enrico.htm

15 Re: CR Seven Days of 1809 le Jeu 11 Déc 2008 - 19:04

J'avais vu cet ajout à CRT mais je ne l'applique pas. Les Ex ne me dérangent pas beaucoup en fait, et je les trouve stimulants. C'est un résultat qui reste positif pour l'attaquant si on s'y prend bien, et selon les stacks attaqués c'est une carte intéressante à jouer.

Les Q&A expliquent utilement certains points de règle, dont celui-là (leader). Cependant je reste un peu sur ma faim. A la base, la différence entre un leader et une unité est dans la possibilité de capture. Je vais en profiter pour élargir un peu mes questions. Dans le cas Ae, De, Ar ou Dr avec un positionnement permettant toute forme de retraite c'est clair: on effectue un test. Dans mon cas, je n'avais pas de retraite possible hors EZOC. Les unités étaient donc dans l'impossibilité de battre en retraite complètement, je les ai alors éliminées en testant pour un PEU. Pour le leader, je n'ai pas de mal à me contenter d'un test de capture, puis un replacement sur la carte. D'un autre côté, il ne semble pas y avoir de règle particulière en cas d'encerclement. Considère-t-on qu'à cette échelle de jeu le staff du leader est suffisamment mince pour passer entre les lignes et se sauver? Je crois aussi que les unités devraient finir PEU automatiquement.

Je ne sais pas si je rate quelque chose, mais il me semble que le non-ravitaillement des troupes a relativement peu d'effet sur le déroulement du jeu. On applique les termes de la démoralisation (pas d'avance après combat, initiative pénalisée de 1, risque d'élimination lors de la réorganisation), mais rien de plus: pas de malus sur la CRT par exemple. Et en cas de prolongement sur plusieurs jours? J'imagine que là encore à l'échelle de jeu (écoulement du temps) une campagne est trop courte pour rendre une unité totalement dépourvue de puissance de feu.

Je ne joue pas non plus l'épilepsie de Charles. Le commandement des autrichiens est suffisamment déficient à la base pour en plus supprimer un tour complet d'activation automatique! La configuration actuelle de ma partie repose sur la chance incroyable obtenue sur les jets d'initiative en début de campagne. En gros, les corps d'armée n'auraient pas dû bouger plus d'un tour sur trois environ et ne pas atteindre le Danube aussi rapidement. Historiquement parlant, il est préférable de commencer la campagne le 19 ou le 20 selon les notes du scénario. C'est certainement ce que je ferai lors d'un prochain test.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

16 Re: CR Seven Days of 1809 le Lun 15 Déc 2008 - 21:50

21 avril

A la débandade de la veille, il faut répondre par des réorganisations. D'Aspre et Rohan sont regroupés par leur corps de réserve respectif. Wimpffen remplace Ludwig à la tête du Vème corps et ramène en jeu Lindenau et Reuss Plauen. Lefebvre s'occupe de Prince Royal, Van Damme de Neubronn, Lannes de Gudin et Doumerc, Bessières de St Germain et Defrance.

A l'ouest, Hiller se dépêche de retraverser l'Abens pour s'y retrancher mais ne parvient pas à regrouper ses troupes. Lannes et Lefebvre prennent le temps de se positionner pour l'attaque et repoussent Hiller, pénétrant dans Siegenburg. L'assaut ayant eu lieu trop tard, les troupes françaises doivent se replier en re-traversant la rivière pendant la nuit.
Oudinot, suivi de près par Napoléon, part en chasse sur Wimpffen mais remporte une victoire coûteuse. Par contre, le Vème corps est définitivement mis en touche car il ne reste plus rien à réorganiser. Suite à cela, Oudinot, l'Empereur, Masséna, Bessières et Van Damme convergent vers l'est pour affronter ce qui constitue maintenant le nouveau "gros" des forces autrichiennes.



A l'est, Davout et le IIIème corps essaient de prendre les choses en main en éclaircissant le front. Les vestiges du corps de Hohenzollern sont le seul obstacle à la réunification avec les troupes françaises sur la rive gauche du Danube, et deux corps d'armée entiers poussent par l'est et le sud. Davout parvient à repousser la division Schneller, mais est aussitôt entouré par les IIème et IIIème corps, ainsi que le second de réserve. Si les français constituent une masse formidable, l'encerclement est cependant presque total. Sans possibilité de retraite, les divisions Morand, St Hilaire, Jacquinot et Pajol sont éliminées. Pour achever le désastre, Davout lui-même tombe aux mains des autrichiens. Mouton le remplace aussitôt. A la tête de l'impressionnante division Friant et flanqué de la cavalerie de Piré, il se jette sur Pfanzeltern et Hohenzollern, les semant aux quatre vents. Hohenzollern profite de ce retrait pour réorganiser Vukassovitch, tandis que le IVème corps de Rosenberg se place à l'abri derrière la rivière. Hohenzollern a néanmoins affaire à un Mouton enragé (ben ouais, on avait déjà fait le coup du lion...), et le combat qui s'ensuit signe l'arrêt définitif du service du IIIème corps autrichien. Les hommes de la division Friant ont eux aussi pris le large.



L'élimination de Davout fut une belle boulette de ma part! Au lieu de concentrer toutes mes forces, j'aurais dû laisser une deuxième pile juste à côté lors de l'avance après-combat. D'une part, cela donne un peu d'oxygène, et d'autre part ça a l'avantage de diviser les forces adverses lors de la contre attaque (toutes les unités au contact attaquent tous les adversaires au contact). Le IIIème corps autrichien était une belle cible facile mais dos au Danube, le risque était en fait trop grand.
Le rythme du jeu s'accélère notablement au fil des pertes définitives. Les français ont repris l'initiative, et c'est encore la chance au dé qui sauve la mise autrichienne. Je n'ai pas fait de suivi des points de victoire, mais je crois que j'aurais dû amorcer un retrait général pendant ce tour pour profiter du handicap favorable aux blancs.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

17 Re: CR Seven Days of 1809 le Lun 29 Déc 2008 - 21:03

22 avril

Aux premières lueurs du jour, Lannes et Lefebvre décident de balayer le VIème corps de Hiller une fois pour toutes. Ils y seront grandement aidés par l'attentisme de l'autrichien, incapable de prendre l'initiative et de rassembler ses hommes. Les deux groupements d'unités sautent l'un après l'autre. Hiller se contentera ensuite de réorganiser ce qui reste de son corps tout en battant retraite vers Landshut.

Hohenzollern regroupe la division Thierry tandis que Rosenberg se place en aile gauche du front autrichien. La bonne nouvelle de la matinée est que le Ier corps de Bellegarde est en chemin sur le Danube. Il y a donc encore quelque espoir de destabiliser les français sur leurs arrières. Ceux-ci décident de franchir la rivière et d'attaquer le point le plus faible des unités autrichiennes: le corps de réserve de Kienmayer. Napoléon lui-même prend la tête des opération et attaque avec Masséna. Kinemayer doit reculer et le front est coupé en deux: Rosenberg seul au sud avec un corps intact et Kolowrat au nord. Cette opération fut facilitée par le bluff de la cavalerie de Marulz et par l'acharnement de Legrand et St Sulpice qui gagnent eux aussi un peu de terrain.

En après-midi, Liechtenstein et Bellegarde s'entendent sur une attaque sur Oudinot. Ce dernier est battu mais emporte la division Ulm avec lui. Pendant ce temps, Kolowrat bat Mouton à plate couture. Le reste de la contre-attaque autrichienne prend l'eau lorsqu'un mauvais placement de troupes la prive d'un impact significatif. Kienmayer doit reculer face à Napoléon et Hohenzollern face à Masséna.
Oudinot reprend ses esprits et réorganise Tharreau et Colbert. L'Empereur des français attaque Rosenberg avec l'appui de Bessières, Masséna et Van Damme, mais les autrichiens repoussent l'assaut!

Les français relancent l'attaque en soirée et dispersent le corps de Rosenberg. Hohenzollern et Kienmayer quittent le champ de bataille. Dernier sursaut d'orgueil: Bellegarde élimine le peu d'hommes qui restaient sous les ordres de Mouton. La nuit est calme mais peu inspirante.

23 avril
Kulowrat et Bellegarde amène la totalité de leurs effectifs au contact de Napoléon, pensant tirer parti du semblant d'isolement de l'Empereur. Ce dernier perd la moitié de sa force et se replie sur Thann. Ils se tournent alors vers Masséna et l'éliminent à son tour, mais non sans avoir versé de leur propre sang. Saisissant cette occasion, Napoléon revient à la charge avec Bessière, Van Damme et Lefebvre et repousse Kolowrat. Fin de la campagne!



Le renfort du corps de Bellegarde était plus que bienvenu, étant données les unités qui le composent. La configuration du champ de bataille a rendu son impact immédiat: un tour pour arriver au front, et la présence de Liechtenstein tout près pour l'activer automatiquement à chaque tour. Si Hiller avait pu retarder davantage Lefebvre, il y aurait probablement eu un voire deux assauts en moins en fin de partie. Le dé n'a pas favorisé du tout les choses...
Côté points de victoire, le bilan est de 5 pour les autrichiens et 9 pour les français, ce qui représente une victoire simple pour les français. Le total des points de forces perdus a été critique pour les autrichiens puisqu'il leur coûte 4 PV. La faiblesse du moral de leur troupe est un handicap également puiqu'elle en rapporte 4 aux français. 3 corps autrichiens avaient a peine franchi le seuil de démoralisation. Si la partie avait été plus "normale" (moins de jets d'initiatives réussis en début de campagne), le ratio aurait été difficilement plus en faveur des français car il leur faut vraiment démoraliser un maximum de corps adverses (et donc en plus causer un maximum de pertes. Les autrichiens n'auraient cependant probablement pas eu un seul bonus pour contrôle des ponts sur le Danube.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum