L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Passchendaele ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Passchendaele ... le Ven 30 Jan 2009 - 23:25



Bonjour

Ce film canadien relate la bataille de Passchendaele (aussi connue comme la troisième bataille de Ypres).
Je ne l'ai aps vu. Et vous ???

http://fr.wikipedia.org/wiki/Passchendaele_(film)

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Passchendaele ... le Jeu 5 Fév 2009 - 16:32

Je l'ai regardé hier. Film écrit et réalisé par Paul Gross, mettant en vedettes Paul Gross et la jolie Caroline Dhavernas, autant dire que c'est un projet qui semble très personnel. Vue la liste à rallonge des participants à la production, Gross n'a pas dû ménager l'huile de coude pour parvenir à ses fins...

Le film dure deux heures, dont une moitié se déroule au front. Pour résumer grossièrement, le Sergent Dunne (Gross), vétéran de Vimy Ridge, est blessé, rapatrié dans l'ouest canadien et mis hors-service. Jouant le secrétaire du bureau de recrutement de Calgary, il ne peut empêcher que le frère de Sarah, l'infirmière dont il est tombé amoureux (Dhavernas), s'enrôle et parte pour le front. Utilisant une fausse identité, il repart en Europe veiller sur le jeunot. Il y retrouve Sarah (qui entre-temps avait aussi été mise au rencart pour une raison que je vous laisse découvrir) servant dans l'hôpital de campagne, et sa compagnie doit partir tenir son coin de dévastation face aux allemands.

C'est une oeuvre très intéressante, qui met la lumière sur quelques effets secondaires de la guerre loin du front, sans toutefois les développer à outrance. On y voit notamment l'humiliation des jeunes hommes valides qui ne se sont pas enrôlés (motivation au volontariat assez spéciale), le décalage des perceptions de l'activité dans les tranchées, les souffrances propres à chacun dans leur rôle au sein d'une boucherie dénuée de sens, etc... Dunne et Sarah sont meurtris profondément pour des raisons particulières et tout s'accélère sur un malentendu. Si la première moitié de film, toute remplie de paysages albertains oniriques, ne permet pas d'oublier que l'on peut vivre l'horreur de l'intérieur malgré la beauté et le clame extérieurs, la seconde moitié met le spectateur en première ligne. Curieusement j'ai trouvé cela un peu moins efficace, et pourtant c'est toute la saloperie de la guerre qui se déroule devant nos yeux. Une saloperie qui se finit à la bayonnette et au couteau. Je comparerais ce film à l'épisode Bastogne de Band of Brothers pour ce qui est de l'aspect humain de cette partie de l'histoire, mais vu sous un aspect terriblement cru et physique. Pas de bravade à rendre fier un Oncle Sam, pas de réplique cinglante, pas de patriotisme à l'aspartame, mais de la boue, des dents serrées, de la peur, et tout le monde dos au mur. L'une des dernière scènes est par contre assez étrange (et encore, c'est discutable) mais est clairement à prendre au second degré, type analyse de texte en seconde.

Je connais peu la Grande Guerre et je ne peux pas critiquer le réalisme de la reconstitution, mais je dirais que c'est secondaire dans l'histoire. Par contre j'aimerais bien avoir les avis des spécialistes du sujet, c'est toujours enrichissant. D'aucuns pourraient comparer le thème à celui de Pearl Harbour, mais le romantisme est nettement moins mièvre et moins lourd. On suit le cheminement personnel de Dunne, qui cherche et réussit à donner un sens à ce qui n'en avait pas. On comprend aussi que les morts ne peuvent raconter leur histoire, qu'ils sont rapidement idéalisés, et curieusement ça me fait penser à l'abus du terme "héros" pour désigner ceux qui servent en ce moment dans les corps US du Moyen-Orient. Ca en prend beaucoup pour mériter ce titre, et encore plus pour en revenir. Quant aux vivants, veulent-ils et peuvent-ils partager et faire comprendre ce qu'ils ont traversé?

Techniquement parlant, j'ai pris la version HD du film et elle est au niveau de qualité standard pour une édition récente. Aucun supplément digne d'intérêt (bandes annonces), et c'est assez ridicule. Quitte à montrer un épisode digne de la fierté canadienne, autant créer un documentaire replaçant des faits et chiffres dans le contexte et instruire un peu la plèbe qui est restée un peu trop scotchée au débarquement du 6 juin. L'effort de guerre canadien lors de la Grande Guerre me semble bien plus important que celui de la seconde (attention: une vie n'est pas moins chère qu'une autre), vu le Canada de l'époque, mais on en parle peu. Tout près de chez moi, pourtant, il y a un petit village qui a été baptisé Vimy Ridge. Se souvenir est important, mais transmettre est crucial. Gross avait une excellente carte à jouer avec ce film mais l'a un peu gâchée. Peu de médiatisation, pas de soirée à thème lors de la sortie. On est bien loin des Boys 12 pour lequel on créerait presque un jour férié! Je suppose que deux choses peuvent expliquer un peu cette situation: il ne devait pas rester beaucoup de budget à consacrer à la promotion et à des suppléments d'une part, et d'autre part le blocage naturel du bas-Canada pour les productions du haut-Canada. C'est dommage car maintenant ce n'est plus qu'un film...

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Sujets similaires

-

» La Bataille de Passchendaele

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum