L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] Trial of strength : chevauché sauvage en URSS

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 3]

Fix a écrit:
"les symboles OTAN c'est bieeeeen"
"les silhouettes c'est maaaaaal" Very Happy

Les silhouetes Bieeeeennnn !
Les symbles OTAN Pas Bieeeennnnn! geek

Voir le profil de l'utilisateur
que le soviétique ne sait pas jouer Very Happy
plus serieusement, je me rappelle pas de jeux ou barbarrossa 41 soit un super moment pour la patrie du socialisme Wink (je suis en train de lire l'article EFS dans VV et la non plus ça a pas l'air super drole pour le rouge Very Happy). maintenant attendre les coups est a mon avis le meilleur moyen de perdre. Dans ToS il y a 2 choses qui retardent l'ennemi
- la voie de ravitaillement
- les contres qui apportent des pénalités de mouvement

il est donc important pour le soviétique de faire 2 choses
- résister sur les axes de ravitaillement, pour bloquer l'avancé, non pas de l'ensemble de la troupe allemande, mais simplement des convertisseurs de rail. Ainsi si ya un retard d'un tour, comme on ne peut convertir qu'un hex par tour, ça fait autant d'hex gagnés dans la progression. Il est ainsi interessant de s'appuyer sur les grands centres urbains comme minsk, smolensk, kiev,... car ils réduisent l'impact blindé. Dans mon CR par exemple, a chaque fois que j'ai attaqué directement karkhov, Minsk ou smolensk, même avec plus de troupes, plus de char et plus d'avions, je me suis pris une pile. tu as -1 shift pour les blindés (donc max 3 colonnes en plus) et -1 colonne pour la ville, +1 au moral pour rester sur place envers et contre tout. ajoute une forteresse niveau 1 (construite rapidement) et tu as -2 en blindé et -2 en shift, ce qui fait un joli -4 colonnes contre une pointe blindée, ce qui veut dire un rapport de force brut sans apport blindé si il a le max de shift blindés, soit 4). Comme en plus ce sont souvent des villes en terrain de merde (minsk est entourré de forêts, smolensk est bordé par le dniepr, ...) tu peux t'appuyer sur le terrain autour pour faire chier l'allemand (le terrain autour de minsk, quelle merde). Bref tu peux largement ralentir les choses. Alors bien sur ça crame vite l'infanterie, mais effectivement, c'est pas les remplacements qui manquent. Ajoute un petit char (petit, pour pas en perdre trop) dans ces points de résistance, et si il attaque avec ses chars , la 1ere perte est sur un pion char. Et les pertes en char ça finit par user les blindés allemands. Tout ça tu en tireras les bénéfices en hiver.

- faire des contres attaques régulièrement. Chaque contre fait une pénalité de mouvement a l'adversaire, proportionnel à la taille de ton attaque. Il faut éviter de perdre blindés et QG (pasque ça c'est des steps armored a reconstruire), mais dit toi qu'avoir plein de troupes en défense ne sert pas forcément. l'allemand va percer en 1 point et tourner le reste, donc seul une infime partie des troupes va réellement combattre en défense. Si c'est interessant autour de moscou (pour reformer des lignes, et comme c'est de la forêt pour forcer a y mettre le paquet), ça l'est moins en ukraine ou de toute façon la steppe c'est pas ce qui bloque l'allemand. Donc il faut attaquer, attaquer, attaquer,.... mais raisonnablement pour pas détruire tout seul sa ligne Wink. c'est un juste milieu entre cramer des troupes pour retarder les fleches blindés allemandes, et en avoir suffisement pour le forcer a dépenser des PM en attaque.

a coté de ça il faut sauvegarder ses chars (surtout les motorisés, qui sont non reconstructibles), garder des QG avec une force correcte pour faire des contres importants locaux, préparer les défenses autour de Moscou, leningrad, sébastopol,....
bref ya a mon avis de quoi faire. Maintenant, comme tout jeu sur barbarossa, c'est un peu "fesse moi avec une pelle" jusqu'à la boue. C'est pas comme si on était pas au courant, mais de la a dire qu'il y a rien a faire.....

Voir le profil de l'utilisateur
Ce qui est paradoxal c'est que du coup les efforts soviétiques sont concentrés par rapport à ce pion reconstructeur de rail au lieu de focaliser surtout sur les forces ennemis ; mais au final, le rendu est tout à fait historique d'après ton post.
Le seul jeu auquel j'ai joué sur la campagne de Russie à ce niveau c'est Third Reich (mais ce n'est pas que la campagne de Russie, War in Russia mais c'est informatique,....c'est Plan Barbarossa (ce doit être un jeu Descartes) j'avais beaucoup aimé, notamment la 2e action des blindés, mais il est loin d'être à la page au regard du tien jocolor
Je n'ai jamais testé le VV sur le sujet en revanche.

Voir le profil de l'utilisateur
non, le focus est sur les lignes de communications allemandes. Et celle ci passent par le train principalement. Ce qui veut dire faire des noeuds de résistance sur les points de passage obligés des allemands. Et ça c'est historique. Le probleme c'est, et ça aussi c'est historique, qu'on se fait tourner sans arret. C'est une stratégie de ralentissement, pas une stratégie d'arrêt. Mais ça rend tres bien ce qui a été la résistance soviétique aux premiers jours de la guerre.
si on prend minsk par exemple, c'est a 5 cases de la frontière. donc en gros tu risques de te le faire capturer tres tôt (second tour au mieux), et en assurer une défense comme dit au dessus n'est pas évident du tout. Mais a contrario, l'allemand doit aussi se bouger les fesses. Si le soviétique se rentranche dans minsk et a le temps de construire une fortif, attention au retard.
Historiquement d'ailleurs, les allemands ont le même probleme. Fin juillet smolensk (vers le 20 je crois) est déjà capturé, pourtant la poursuite sur moscou ne reprend qu'en début septembre. alors bien sur il y a les problemes du GA sud, mais ya pas que ça. il faudra 1 mois pour que le reste de l'infanterie rattrape son retard, pour que les lignes de communications se réduisent un peu et pour que les troupes se reposent un peu. En gros les allemands ont eu le même probleme, la conversion de rail a pris tellement de temps qu'ils ont du s'arreter d'eux même pendant 6 semaines.
de ce que j'en ai vue on reste dans de l'historique

Voir le profil de l'utilisateur
Oui, sur la conversion de rail et d avance on a le meme rendu dans Russian Front Wink

Voir le profil de l'utilisateur
Tour 7 : 1er au 10 Septembre 1943
La phase allemande

A 1er Septembre la ligne de défense allemande sur le Dniepr est maintenant complète. Comme la situation a Konotop et a l'extrême sud s'est d'un coup dégradé, et au vue de la situation générale, l'OKW décide de se replier sur une ligne plus solide. La seule perte d'importance est l'abandon de Karkhov, mais les 2 autres centres de production du sud restent fermement dans les mains allemandes (Dniepropetrovsk et Kiev). le retrait n'est cependant pas total et une mince bande le long du grand fleuve reste occupé par les armées allemandes, pour empêcher un déferlement trop rapide, ou une mauvaise gestion des placement sui donnerai une occasion aux soviétiques de placer une tête de pont.
A nord par contre la situation stagne d'un coup et seul un peu de terrain est lâché en Lituanie pour raccourcir légèrement le front.
Enfin, au centre le marais du pripet vois de nouvelles troupes se placer devant l'avancée soviétique. Le terrain étant fortement à l'avantage du défenseur, il n'y a pas besoin de trop de monde pour tenir la zone.

La phase soviétique

Au nord l'armée rouge tente une nouvelle fois de reprendre l'initiative. en Karélie l'aviation finlandaise n'est pas suffisante et cette fois ci le verrou finlandais saute et l'avancée soviétique vers les frontières de 1940 peut commencer.
Toutefois tout n'est pas aussi facile, et une attaque au nord se termine par la disparition de l'armée soviétique incriminée contre aucune perte aux montagnards germains.

On remarque toutefois que des troupes se rassemblent a Tallinn (rond rouge). manifestement le grand timonier a une idée derrière la moustache.


Au nord du front principal les opérations suivent leur cours. Les troupes soviétiques arrivent clairement sur le Niemen et Kaunas est capturé (tiens j'ai oublié une flèche rouge). De façon générale la ligne allemande recule, mais pied a pied.
Au centre par contre le front de Briansk continue son avancée dans les marais du pripet pour contourner le verrou de Minsk. Minsk d'ailleurs qui tient sans trop de problème face aux assaut du front ouest. C'est a priori pas avec un assaut frontal qu'on va s'en sortir.


Au sud, devant le retrait allemand, la poussé de l'armée rouge est évidement très forte, réussissant même a repousser la 8e armée allemande de l'autre coté du Dniepr et à isoler la Crimée, y enfermant un corps de cavalerie roumaine.
Mais il ne faut pas se leurrer. Au sud la quantité de troupes soviétiques ne cache pas le manque de chars et d'appuis aérien, condamnant une traversée du Dniepr a court terme. Seul un assaut préparé devrait pouvoir permettre de s'en sortir, et vue la période, il va falloir attendre la fin de la boue de l'automne soviétique, qui va commencer à se profiler à la fin du mois.

Voir le profil de l'utilisateur
Punaise, ça a bien bougé !
Boue = Raspoutitza Wink

Voir le profil de l'utilisateur
moi je le sais ce qu'est la Raspoutitsa, mais j'ai mis boue pasque je voulais être sur que tous le monde comprenne Wink

et oui ça a bien bougé. D'unhe manière générale je trouve d'ailleurs que l'allemand a abandonné beaucoup de terrain trop vite et aurais du reculer pied a pied, me forçant a dépenser des PM en attaque, retardant d'autant mon avance. je suis sur qu'il m'aurait bien bloqué au nord si il avait rétablis sur les lacs au lieu de faire le grand reflue. et au sud c'est un peu pareil, il n'avait pas de raisons de lacher autant de terrain aussi vite; je pense qu'il a été échaudé par l'encerclement qui a eu lieu au début et qu'il voulais éviter de perdre d'autre QG. apres tout je lui ait détruit une armée allemande et une armée roumaine, et au final ça coute cher.

Voir le profil de l'utilisateur
Tour 8 : 11 au 20 Septembre 1943
La phase allemande

Au nord la dernière offensive soviétique ayant disloqué le front de Carélie, un raccourcissement du front est imposé aux finlandais, qui doivent abandonner toutes leurs conquêtes depuis 2 ans, retournant pratiquement sur les frontières de 1941


Au centre quelques ajustements ont lieux sur le front. Au nord le replis derrière le Niemen est complet, Memel étant abandonné à son sort. Au centre c'est un rétablissement sur le Pripet qui doit permettre de stabiliser le front pour tenir jusque la boue.


Enfin au sud les allemands abandonnent pour de bon la rive est du Dniepr pour se replier sur la rive ouest, fortement fortifiée. Cette fois ci la noix sera dure à briser pour l'armée rouge.

Voir le profil de l'utilisateur
Tour 8 : 11 au 20 Septembre 1943
La phase soviétique

En Finlande l'offensive continue avec la recapture de la Carélie et l'entrée en Finlande. Plus grave pour les Finlandais, un nouveau parachutage a lieux, mais cette fois si sur Hango qui n'est pas défendu, laissant une tête de pont en Finlande. Banzai rouge était un échec, mais l'opération "pousse toi dla que jm'y mette" est un succès augurant d'une fin rapide de la guerre avec la Finlande par une tête de pont à coté de la capitale.
Le fait que l'aviation finlandaise n'était pas disponible pour intercepter les transports soviétiques était d'ailleurs inespéré


Sur le reste du front les actions sont faibles, les soviétiques étant au maximum de leurs possibilitées à cause de lignes de ravitaillement trop étendues. Cependant il est à noter que Mémel (alias Klaipéda) est occupée suite au retrait des allemands de la ville. Cette entrée dans le Reich est un avant gout de ce qui va arriver au reste de l'Allemagne bientôt, l'occupation commence, et la revanche aussi.
Au centre on étend légèrement le contrôle sur le pripet, et au sud on colle au Dniepr. Reste la Crimée, liberée au dépend des roumains, les quelques allemands encore dans le Caucase se faisait balayer par les chasseurs alpins soviétiques.

Maintenant l'objectif est simple : percer le saillant de Minsk avant la boue (c'est a dire entre 1 et 3 tours) pour reprendre la ville et ses points de victoires et de production. ça va pas être facile.

Voir le profil de l'utilisateur
Tour 9 : 21 au 30 Septembre 1943
Premier jet de dé pour savoir si la boue arrive, les probabilités sont très faibles, mais malgré tout.....la boue arrive.
C'est une catastrophe, celle-ci arrêtant toute progression soviétique, la plupart des unités étant même hors ravitaillement et dans une position difficile. Heureusement les allemands sont a bout de souffle et sont pas mécontent, ayant enfin la possibilité de faire une pause, pour reconstruire leurs blindés.

Coté soviétique l'arrivée de la boue marque la fin des opérations d'été et le temps de se consacrer à la conversion des rails pour rapprocher le ravitaillement, les lignes étant largement étirées depuis juillet dernier.


Au nord quelque opérations ont encore lieux, mais c'est bien faible. En Carélie les soviétiques continuent de progresser, mais la rationalisation des fronts laisse présager que l'hiver vas tout stopper.
Reste qu'à hango une armée soviétique est envoyée en renfort alors que les parachutistes avancent un peu. Mais Helsinki est hors d'atteinte tant qu'un front soviétique ne sera pas la. Il n'empeche que si ils sont pas contenus ils vont créer du chaos en Finlande, mais ça n'est pas pour l'immédiat.


Au centre aucune activité n'est relevé, la boue a largement fixé les fronts qui resterons maintenant statiques pour plusieurs semaines


La situation est donc la suivante pour l'axe. on remarque la grande quantité d'unité détruites (en bas a gauche) dont de magnifiques panzer et une armée complete. Les roumains ne sont pas a la fete, la quantité d'unité vertes détruite parle par soit même. et la situation est tendue, la quantité d'unité brisées en petites unités (a droite) est un bon indicateur pour signaler les trous à boucher dans le front.


les armées allemandes sont d'ailleurs bien vides et on remarque plusieurs panzer qui sont mal en point eux aussi. Ne parlons même pas des armées roumaines ou hongroise qui n'ont que des unités qui ne valent rien dedans.


coté soviétique il n'y a pas grand chose a reconstruire


et les armées sont bien dotées

bref une situation qui aurait permis de continuer un peu plus avant, n'eut été la boue. Gageons que la reprise après la boue verra une situation différente, les allemands ayant le temps de reconstruire leur forces.
Ce tour marque la fin de ce CR, la boue immobilisant tout. On aurait eu le temps de continuer les tours de boue (au moins 1 mois, jusque 2) mais pas celui de jouer la reprise avec la neige, donc on a décider d'en rester la.
J'ai eu beaucoup de plaisir à jouer cette partie de ce jeu formidable et mes souvenirs n'étaient pas faux, ce jeu est fantastique.
Voila, j'espere que vous aurez eu du plaisir à lire ce CR, et moi j'espere qu'un jour je pourrais jouer la campagne complete Smile (a la retraite peut être.... Very Happy)

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum