L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

CR VV90 - Loups gris... - U-203

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Lun 25 Jan 2010 - 8:55

En ce jeudi 17 juillet 1941, l’U-203 s’éloigne lentement du quai où résonne encore la musique de la fanfare de la 1e Flottille d’U-boote. Dans le kiosque, le commandant Heinrich Wittenberger, après avoir salué les officiels, se concentre à présent sur les manœuvres qui conduiront son sous-marin dans la rade de Brest et, de là, en plein Atlantique… La Bataille de l’Atlantique bat son plein, et le Befehlshaber der U-boote (BdU) a donné ordre au U-203 de rejoindre la zone de patrouille n° 9, au cœur de l’Atlantique…

L’U-203, un sous-marin de Type VII, a récemment rejoint la flotte des sous-marins opérationnels, au sein de la 1e Flottille. L’équipage est constitué de jeunes dont ce sera la première mission de combat ; ils ont rallié Brest deux mois plus tôt, après une formation initiale en mer Baltique. Wittenberger lui-même a reçu sa nouvelle affectation il y a dix jours à peine. C’est d’ailleurs son premier commandement, lui qui a été, depuis le début des hostilités le brillant officier en second à bord de l’U-70, à Wilhelmshaven.

Galvanisés par le départ, ses hommes sont pressés d’en découdre et de flanquer une bonne raclée aux Anglais… Ils ont pour modèles ces Prien, Schepke ou, bien sûr, Kretschmer, leurs héros, dont la presse relate régulièrement les exploits... Alors que l’U-203 franchit le goulet de la rade de Brest, Wittenberger se laisse aller à un court instant de méditation : il connaît l’ampleur de la tâche qui les attend, lui et son équipage. Il sait aussi que tous partent, vers la gloire peut-être, mais aussi vers la mort, la leur ou celle de l’adversaire…


Tour 1 (17-19 juillet)

L’U-203 franchit le goulet de la rade de Brest et s’éloigne à pleine vitesse en direction du sud-ouest, afin de passer à l’écart des zones jouxtant la Perfide Albion, infestées d’ennemis potentiels. Il est en effet inutile de prendre le risque d’être attaqué dès la sortie du port ; de plus, c’est la 1e sortie opérationnelle de l’équipage, et il vaut mieux l’aguerrir progressivement dans des zones moins exposées…

L’U-203 s’élance donc à pleine vitesse à travers le Golfe de Gascogne et traverse 3 zones. La météo en ce 1er tour est de niveau 6 (moyen, ni bonus ni malus).

« Flug Alarm !!! » Soudain, en effet, la vigie signale un bombardier anglais [Bomb-0] en approche !
L’U-203 tente de plonger en catastrophe… 1d10 : 1 + 2 de modificateurs = 3.
Le sous-marin toutefois est repéré... Sans hésiter, Wittenberger ordonne : « Plongée coûte que coûte ! ». L’U-203 s’enfonce dans les flots mais tire 5 – 3 = 2 pions de dégâts :
. Ce E ; 1d10 : 8, perte de 2 PA…
. Cp X, le canon de pont est touché…
Malgré tout, l’U-203 est désormais à l’abri, et l’Anglais doit rompre le contact…

Alerte aérienne ! Le bombardier a sans doute pris le temps de communiquer à sa base les coordonnées de l’U-203, puisque moins de deux heures après apparaît un nouvel avion anglais… Il s’agit cette fois d’un appareil de patrouille maritime...
1d10 = 6 + 2 de modificateurs = 8. L’U-203 est à nouveau repéré par les Anglais, mais s’en tire à bon compte car l’Anglais, non armé, ne peut attaquer et se contente donc de diffuser la position du sous-marin…

Fin des contacts...

L’U-203 ayant subi des dégâts, l’équipage doit tester sa combativité : 1d10 = 9, le moral reste au beau fixe !!!

Wittenberger est satisfait, c’est un bon début, ses gars se sont bien comportés et ont un excellent moral ; la traversée du Golfe de Gascogne s’est plutôt bien passée, la mission peut vraiment commencer !!!

Tour 2 (20-22 juillet)

Le temps s’améliore légèrement, passant de 6 à 4 (toujours ni bonus, ni malus), et l’U-203 peut tailler sa route à pleine allure vers le centre Atlantique, traversant 3 nouvelles zones « côtières ». Les choses sérieuses vont pouvoir commencer !!!

Le ciel est vide d’avions ennemis. L’U-203 poursuit sa progression lorsque soudain, un cargo solitaire [2-3] est repéré ; Wittenberger décide de l’attaquer à la torpille, ce qui permettra d’entraîner l’équipage... L’U-203 tente une approche directe de sa cible, afin de profiter au maximum de l’effet de surprise.
1d10 : 7 + 5 de modificateurs = 12. L’U-203 parvient à se placer en position idéale de tir, sans avoir été repéré par le cargo. Il bénéficiera ainsi d’un bonus de +2 au dé d’attaque…

Wittenberger ordonne le lancement de 2 torpilles à impact, à vitesse rapide. Les paramètres de tir sont entrés dans le calculateur, la porte des tubes lance-torpilles ouverte. L’officier armurier signale que les « anguilles » sont prêtes… A bord de l’U-203, l’équipage retient son souffle. Dans l’excitation du combat, les gestes mille fois répétés en mer Baltique, lors des entraînements, prennent ici une saveur particulière, cette fois, on y est !!!
« Tube 1, Feuer ! Tube 2, Feuer ! ». ça y est, l’air comprimé chasse les torpilles de leur tube, elles filent à 40 nds vers leur cible. Encore quelques secondes…
1d10 : 5 + 3 = 8. Les torpilles arrivent pile sur le cargo…
Celui-ci tente en catastrophe de les éviter…
1d10 : 9 – 3 = 6. « Touché ! ». Contre une salve de 2 torpilles à grande vitesse, le cargo n’avait que peu de chance… Sa coque éventrée par une double explosion (1d10 : 9), le navire explose et coule immédiatement… Le drame s’est produit si rapidement que l’équipage du malheureux cargo n’a même pas eu le temps de réaliser ce qui se passait, ni de signaler l’attaque sur les ondes…
1e victoire !!! A bord de l’U-203, un enthousiasme indescriptible, les hommes se congratulent… Wittenberger, savoure intérieurement la liesse de ses hommes. Il se remémore ses propres premières victoires, et retrouve chez ses hommes l’enthousiasme dont il avait alors également fait preuve…

La sécurité du navire prime toutefois pour l’instant, et il faut avant tout veiller à éviter une éventuelle réaction des Anglais. L’U-203 s’éloigne donc rapidement et poursuit sa route. Ce soir, lorsque le sous-marin aura retrouvé la sécurité des profondeurs, l’équipage aura droit, lors du dîner, à une ration de Schnaps pour fêter ça…

Il ne faut en effet pas relâcher sa vigilance, un Dest-1 anglais croise dans le secteur, mais sa route ne rencontre pas celle de l’U-203. En revanche, le lendemain 22 juillet, 1 E/P apparaît à l’horizon ! L’Anglais repère le sous-marin, qu’il force à s’immerger...

Wissenberger parvient toutefois à semer l’escorte, en se glissant en avant lente hors d’atteinte de l’E/P...

Fin des contacts...

Tour 3 (23-25 juillet)

Le temps reste stable et beau (4). L’U-203 poursuit sa croisière à pleine allure, traversant 3 nouvelles zones. Il atteint d’ailleurs le Centre Atlantique, dans la zone 1.

Le 25, la route de l’U-203 croise celle d’un petit cargo [2-1] naviguant seul.

Wittenberger saute sur l’occasion qui se présente à lui, et décide d’attaquer le cargo solitaire au canon, après une approche indirecte. Cette attaque permettra aussi de vérifier le bon fonctionnement du 88mm… L’U-203 réussit son approche (1d10 : 3 + 5 de modificateurs = 8...), et peut passer à l’attaque…

Les artilleurs se ruent sur le canon et commencent à cribler d’obus le malheureux navire…
1d10 : 8 + 4 = 12. L’exécution est brève… Une sourde explosion déchire l’air, et le cargo disparaît dans un tourbillon de flammes et de fumée, avant de sombrer sous les yeux fascinés des artilleurs… Le cargo, non armé, n’a même pas la possibilité d’essayer de riposter, ni le temps de signaler la présence du U-boot, qui reste non détecté…
2e victoire ! Le commandant est décidément pleinement satisfait de ses hommes, qui viennent de faire la preuve de leur aptitude au combat, à la torpille comme au canon…

Fin des contacts... Capitain

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Lun 25 Jan 2010 - 9:21

Bienvenu kri3gspi3l, chouette CR... Happy

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

3 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Lun 25 Jan 2010 - 11:20

Excellent en effet.....Et il semble que Kri3gsp3l connait bien son sujet.

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Lun 25 Jan 2010 - 21:39

Merci à tous les deux...

Ce jeu est vraiment très agréable à jouer, alors je me suis dit que j'allais essayer de vous en faire profiter aussi, façon romancée et avec un petit côté "épique" à la Das Boot...

Puisque ça vous plaît, on continue !

---------------------------

Tour 4 (26-28 juillet)

L’U-203 poursuit à pleine allure sa route vers sa zone de patrouille. Traversant une large zone d’anticyclone, il bénéficie d’un grand beau temps (1d10 : 1), ce qui favorise les attaques mais rend, en contrepartie le sous-marin plus facile à détecter en approche. L’U-203 traverse les zones 2 et 3 puis finit son mouvement dans la zone 4.

Le festin continue !!! A nouveau, un cargo isolé, quoique de taille plus respectable toutefois que le précédent [4-2] apparaît à l’horizon… Wittenberger décide de l’attaquer à la torpille après une approche directe, afin de réduire les risques de détection. L’U-203 parvient à approcher sa cible (1d10 : 2 + 5 = 7) ; il peut enfin passer à l’attaque…

Wittenberger ordonne le lancement de 2 torpilles à impact, à vitesse rapide.
1d10 : 5 + 3 = 8. Les torpilles filent vers le cargo…
1d10 : 7 – 3 = 4. Trop tard ! La coque déchirée par l’explosion, le navire s’immobilise, offrant une cible parfaite au sous-marin mais refusant de couler… Depuis sa passerelle, l’opérateur radio envoie sans discontinuer le signal de détresse, faisant à l’U-203 une publicité dont il aurait préféré se dispenser…

Wittenberger n’étant pas homme à rester sur un échec, il décide d’achever le cargo au canon.
1d10 : 3 + 4 = 7, le cargo finit par s’enfoncer lentement sous les flots, coulant par la poupe : 3e victoire !
L’équipage anglais parvient à mettre à l’eau une chaloupe. Wittenberger est plutôt soulagé à cette vue, c’est la guerre, certes, mais entre gens de mer, il existe cette solidarité qui transcende les nationalités… Et puis ceux-ci ne sont plus dangereux… Ils s’en tireront d’ailleurs sans doute, ce ne sont pas les navires alliés qui manquent dans la zone ! Il s’en trouvera toujours un pour les repêcher dans quelques heures tout au plus… Il faut d’ailleurs faire vite pour l’U-203, car à tout moment peut surgir un navire ennemi… Wittenberger fait distribuer quelques rations de survie aux naufragés, puis l’U-203 s’éloigne rapidement.

Fin des contacts...

Tour 5 (29-31 juillet)

L’U-203 poursuit, toujours à pleine allure, son périple, qui le porte dans la zone 7. Autant les conditions météorologiques étaient clémentes la veille encore, autant là l’U-203 essuie un énorme coup de tabac (1d10 : 9) : les approches en seront facilitées (+ 2 au dé), mais les attaques pénalisées (- 2).

Les deux premiers jours se déroulent sans aucun contact à signaler, peut-être en raison d’ailleurs de la tempête, qui a pu amener les navires à se dérouter de cette zone pour bénéficier de conditions de navigation plus clémentes… Le troisième jour, cependant, l’U-203 repère à l’hydrophone le bruit sourd d’un lourd moteur… Immédiatement, l’U-203 fait surface et se dirige, malgré les déferlantes qui le chahutent, vers l’origine du doux son… Les efforts de l’U-203 sont récompensés par la vue d’un lourd et lent pétrolier [4-1], laissé à lui-même au milieu du coup de tabac…

La cible, de beau tonnage, constitue malgré le temps exécrable un mets de choix, et Wittenberger décide de tenter sa chance en attaquant au canon, après une approche indirecte. L’U-203 parvient à approcher sa cible sans être repéré (1d10 : 2 + 5 = 7).

Les artilleurs, sur le pont de l’U-203, doivent à tout instant prendre garde à ne pas être emportés par une vague. Ils parviennent toutefois à immobiliser le pétrolier (1d10 : 4 + 2 = 6), mais la présence du sous-marin est reportée sur toutes les ondes… Il faut donc en finir, une seconde série d’obus frappe le pétrolier, qui disparaît finalement dans une explosion dantesque… (1d10 : 4 + 2 = 6) 4e victoire !

Fin des contacts...

Wittenberger est pleinement satisfait : l’U-203 va arriver dans sa zone de patrouille (Zone 9), après avoir déjà coulé 4 navires. Aucune perte, aucun dégât n’est à signaler à bord, et l’opposition rencontrée a été pour ainsi dire négligeable. La seule petite contrariété vient de l’autonomie du sous-marin, déjà faible en temps normal mais encore réduite de 2 PA, suite à l’attaque aérienne du 18 juillet...

Tour 6 (1er-2 août)

Le début du mois d’août voit revenir des conditions météo largement plus favorables (3). L’U-203 en profite pour atteindre sans difficulté sa zone de patrouille (zone 9), remportant à cette occasion 2 PR.

La patrouille sur zone permet de débusquer un cargo [4-1] isolé, que Wittenberger décide d’attaquer au canon, après une approche indirecte.
Approche : 8 + 2 = 10, l’U-203 parvient, sans se faire repérer, à se placer dans une position d'attaque idéale, avec un bonus de + 1 au dé...
Attaque : 1 + 5 = 6 [on relance un dé, au coût d’1 PR : 2 + 5 = 7]. La cible est immobilisée, mais l’U-203 est repéré... Le cargo, non armé, ne peut se défendre.
Deux destroyers anglais [Dest-3 et Dest-1], qui étaient en patrouille dans les environs, tentent de rallier la zone des combats : tous deux cependant échouent, avec un 4 au dé (8 minimum requis).
L'U-203 est donc libre d’essayer d’achever sa victime...
1d10 : 4 + 4 = 8, le cargo explose…, 5e victoire !

Le Dest-3 parvient enfin à rallier la zone (8 au dé) et devient une escorte. Le Dest-1 quant à lui échoue à nouveau...

L’U-203 doit tenter de semer l’escorte en prenant la fuite :
1d10 : 6 + 2 = 8, repéré mais à l’abri
1d10 : 9 + 2 = 11, l’U-203 parvient à semer le destroyer, fin des contacts

L’intervention du destroyer britannique permet de mettre en fuite, au moins temporairement, l’U-203, et ainsi de sauver deux autres cargos [1-1 et 3-1] qui, un peu plus tard, traversent à leur tour la zone 9. Mais pour l’U-203, ce n’est que partie remise, il reste sur zone, dans l’attente de nouvelles opportunités...

Dans la zone se trouve également un destroyer d’escorte [Dest-1], qui toutefois passe trop au large pour pouvoir détecter l’U-203...

Fin des contacts...

A suivre... Capitain

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Lun 25 Jan 2010 - 22:43

J'adore, on s y croirait...Vraiment sympa.

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Mar 26 Jan 2010 - 10:51

Tour 7 (3 août)

Météo : 1 !
L'U-203 dépense 1 PA pour pouvoir se maintenir un tour de plus dans sa zone de patrouille.
Le grand beau temps qui y règne offre une excellente visibilité. Aussi les vigies de l’U-203 n’ont-elles aucune difficulté à repérer, dans le lointain, la fumée qui s’élève lentement. L’auteur en est un solide cargo [4-1], qui navigue à faible vitesse, cap au 060. Une nouvelle fois, Wittenberger décide de passer à l’attaque, à la torpille, après une approche directe.
Approche : 9 + 5 = 14, approche parfaite, avec un bonus de + 2 au dé...
Wittenberger choisit finalement d’attaquer au canon : "Dans cette position, inutile de gâcher une torpille..." tranche-t-il, un léger sourire aux lèvres...
Attaque : 9 + 6 = 15 ! La cible explose rapidement, sans même signaler l'attaque, 6e victoire !

Fin des contacts...

Tour 8 (4 août)

Météo : 2
L’U-203 dépense à nouveau 1 PA pour pouvoir rester dans la zone 9.
Le temps, toujours aussi beau, facilite d’autant la recherche d’éventuelles cibles. Mais cette fois, il semble bien que ce soit le gros lot pour Wittenberger : de nombreuses matures sont signalées, cap à l’Est !!!

Et en effet, la route de l’U-203 croise celle du convoi OW-14, à destination d’Edinburgh, en Ecosse : 6 cargos [4-2, 1-3, 2-1, 5-2, 5-1 et 3-1], escortés par 4 E/P…

Wittenberger renonce cependant à attaquer le convoi, trop fortement défendu et compte tenu des conditions météorologiques trop défavorables aux Anglais (- 1 au test d’approche). Le convoi poursuit donc indemne son chemin vers les îles britanniques...

Si l’U-203 reste à distance prudente du convoi, il reste encore à échapper aux destroyers [Dest-1 et Dest-3] qui patrouillent dans les environs. C’est rapidement chose faite, l’itinéraire des destroyers les maintenant à l’écart du secteur de patrouille du sous-marin...

Alors que le convoi a disparu au-delà de l’horizon depuis plusieurs heures déjà, l’U-203 n’en a cependant pas encore fini... Sa route croise en effet à présent la route de l’Eskimo, puissant destroyer [Dest-4] la Navy, de type Tribal.

Wittenberger parvient cependant à nouveau à esquiver...

Fin des contacts...

Tour 9 (5 août)

Météo : 3
L’U-203 dépense à nouveau 1 PA pour pouvoir rester dans la zone 9.
Ce faisant, il croise la route d’un modeste cargo [1-2], que Wittenberger décide d’attaquer au canon, après une approche indirecte.
Approche : 7 + 2 = 9, OK
Attaque : 5 + 4 = 9, la cible est gravement touchée. Avant de disparaître sous les flots (7e victoire), le cargo parvient toutefois à émettre un signal de détresse, qui signale la présence de l’U-boot…

L’E/P en patrouille dans la zone capte le signal et parvient à rallier le lieu du naufrage (10 au dé). Gêné par l’importun, l’U-203 tente de semer l’E/P en prenant la fuite.
1d10 : 10 + 2 = 12, OK, l’U-203 parvient sans difficulté à échapper à l’escorte...

Principal bénéficiaire de cette escarmouche, un cargo [2-3] qui passe sans encombre quelques heures plus tard sur une mer redevenue calme et vide…

Fin des contacts...

Wittenberger, après avoir fait le point sur la consommation de mazout et les stocks restants, décide de prendre le cap du retour. Il restera ainsi 1 PA en réserve, au cas où...

A suivre...
Capitain

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Mar 26 Jan 2010 - 11:08

Sage décision pour le convoi. J ai attaqué un convoi avec 3 escorteurs, et j ai passé un mauvais moment. Mon sous-marin etait en miette. J'ai dû risquer la vie de mon équipage en plongeant toujours plus profondement, et en utilisant mes poitns de renommés pour relancer des tests manqués.

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Mar 26 Jan 2010 - 20:36

Tout à fait d'accord avec toi, attaquer un convoi un tant soit peu escorté est un sacré défi dans le jeu... La moindre erreur ne pardonne pas, surtout si on ne parvient pas à semer l'escorte ensuite... Evil or Very Mad

Perso, j'estime que dans ce jeu un U-boot grenadé a a priori plus de chances de s'en tirer à faible profondeur... Il se prend des dégâts, mais a bien plus de probas de réussir les tests post-grenadage qu'à grande profondeur, où le moindre dégât devient rapidement fatal...

(dans une autre partie en cours, j'ai actuellement un U-boot grenadé à faible immersion, qui vient de recevoir son 3e chapelet de grenades... : pas mal de dégâts, mais pour l'instant ça tient toujours ! Je pense qu'à plus grande profondeur, la coque aurait déjà lâché... Cela dit, je ne suis pas sûr de pouvoir sauver ce sous-marin... RIP )

Pour en revenir à l'U-203 :

Tour 10 (6-8 août)

Météo : 10… Les conditions météo se dégradent brusquement en ce 6 août…

Les déjà médiocres conditions météo à l’aube n’empêchent pas l’aviation britannique de se rappeler aux souvenirs de l’U-203 : à 9h23, un Bomb-0 apparaît au loin. 1D10 : 9 + 2 = 11, les vigies font cependant preuve de vigilance, et le sous-marin parvient à disparaître sous les flots sans être repéré par les Anglais.

« Flug Alarm ! », 50 minutes plus tard, nouvelle alerte aérienne ! Un Bomb-2 surgit soudain des nuages, un peu sur l’avant à tribord de l’U-203. 1D10 : 5 + 2 = 7, celui-ci réussit néanmoins à nouveau à s’assurer la protection des eaux grises de l’Atlantique, mais l’U-203 est repéré...

« On s’en tire quand même à bon compte ! », murmure pour lui-même Wittenberger, manifestement soulagé…

Les deux heures qui suivent voit le temps se détériorer encore ; c’est désormais une véritable tempête qui s’abat sur le théâtre d’opérations. L’U-203, qui tente de se frayer un chemin à pleine vitesse entre les montagnes de mer déchaînée, est ballotté pendant pratiquement les 3 jours qu’il met à traverser les zones 10, 11 et 12. Aucun dommage n’est à déplorer, mais les éléments déchaînés rendent impossible toute attaque pour le sous-marin...

Car c’est le moment où le hasard, toujours malicieux, place sur la route de l’U-203 le CD-23, lourd convoi dont le mauvais temps rend impossible le décompte exact des navires le constituant…

Il n’est de toute façon pas envisageable d’attaquer dans de telles conditions…

Wittenberger, après avoir un moment contemplé les lourds cargos chahutés par les déferlantes et peinant à garder leur position dans le convoi, ordonne à l’U-203 de plonger. « Par ce temps, on est tout de même mieux par 50 mètres de fond… »…

L’U-203 et le convoi s’éloignent ainsi progressivement l’un de l’autre, luttant chacun contre les seuls éléments naturels…

Les eaux sont décidément très fréquentées, puisque se trouvent également dans les parages 2 destroyers légers anglais [2 Dest-1] et 1 E/P, trop occupés à lutter contre la tempête pour penser à véritablement se livrer à la chasse au U-boot…

Deux des Anglais, 1 Dest-1 et l’E/P, passent ainsi à trop grande distance de l’U-203 pour avoir même la possibilité d’espérer pouvoir le repérer.

Le second destroyer, en revanche, intercepte par hasard l’U-203…

Le sous-marin, mettant à profit la tempête, parvient néanmoins à nouveau à semer aisément la Navy...

Fin des contacts...

Tour 11 (9-11 août)

Météo : 7, le temps s’améliore... L’U-203 en profite pour traverser les zones 13 à 15.

L’U-203 voit apparaître à l’horizon le mât d’un navire… C’est un petit cargo !!! [1-1]
Wittenberger toutefois décide de ne pas attaquer, notamment car la mer, toujours agitée, pénalise le tir d’un malus de - 1 au dé. De même, le lendemain 10 août, l’U-203 épargne deux autres cargos [1-1 et 4-1]…

Le 11 août, nouvelle alerte !!! Un petit navire de guerre, identifié plus tard comme une corvette britannique [E/P], force l’U-203 à s’immerger en urgence... Une fois encore, cependant, Wittenberger parvient à déjouer les plans de l’Anglais, en se glissant silencieusement, presque en surface, hors de la zone de patrouille de l’E/P...

Fin des contacts...

Tour 12 (12-14 août)

Météo : 2, le temps redevient franchement beau...

L’U-203 poursuit son périple, traversant les zones 16 à 19.
Si les conditions de navigation sont quasi-idylliques, la mer est en revanche complètement déserte... L'U-203 ne rencontre ni cible ni âme qui vive et poursuit donc sa route...

A suivre...

Capitain

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Mer 27 Jan 2010 - 9:26

En effet. Dailleurs dans le CR disponible sur le site VV, il me semble que le U-boot passe en faible profondeur pour subir les grenadages.
C est vrai que le bonus de niveau de profondeur apporté au test "Grenadage" rend les voies d'eau vraiment dangereuse.
Ca m'a couté plusieurs points de renommés pour relancer des tests de réparation de voie d'eau.

C'est vrai que la meilleure procédure semble être:
Subir les grenadage et les dégâts en faible porfondeur, puis tenter de semer l'escorte.
La règle "Toujours plus profond" permet éventullement de semer l'escorte lors du grenadage. Mais la faut de sacré bonus.

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Lun 22 Mar 2010 - 10:21

Je signal la presence de la fiche du U-boot model IX-C sur le site de Vae-victis.

http://vaevictis.histoireetcollections.com/bonus/UBoot%20IXC.pdf

Bien à vous

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Lun 22 Mar 2010 - 10:57

Punaise, j'étais COMPLETEMENT passé à l'ouest de ce CR... Magnifique, je me suis régalé !

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: CR VV90 - Loups gris... - U-203 le Lun 22 Mar 2010 - 11:38

En effet c est vraiment excellent comem retour.
J'attends la suite avec impatience.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum