L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

livres sur la tactique navale

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

26 Re: livres sur la tactique navale le Ven 5 Mar 2010 - 12:17

sharl a écrit:jouer tactiquement une bataille dont les conditions sont fixées par un jeu stratégique (ou par une rupture d'échelle comme dans SWWAS par exemple), me semble un complément passionnant.
200% d'accord avec ça, et content de voir que je ne suis pas le seul à le penser - depuis longtemps je m'interroge sur, au fond, l'intérêt d'un système aussi détaillé comme Command at Sea, qui ne prévoit pas grand chose pour l'opérationnel et qui aurait dû à mon avis investir autant d'effort dans la gestion opérationnelle de chaque amirauté (et l'aléatoire de ces opérations) qu'il en a mis à décrire les calibres des sous-armes des vedettes lance-torpilles.

Et ce que dit Sharl revient à un des premiers et principaux principes énoncés dans Fleet tactics : "Attack effectively first". Ca peut sous-entendre avoir les canons qui tirent le plus gros truc le plus loin ou la torpille qui court le vite et le plus longtemps, mais surtout la concentration des forces au bon moment pour que les trois termes et notamment celui du milieu - effectively - soient respectés. Je pense qu'en forçant à peine le trait, on peut trouver des tas d'exemples de la 2ème GM sur mer où les avantages donnés des gros canons, des grosses torpilles ou des gros avions qui font le délice des mécano-tacticiens se sont trouvé battus en brèche parce que soit ils attaquaient les premiers mais pas efficacement (Bismarck), soit ils pouvaient attaquer efficacement mais pas les premiers (Yamato), en raison des circonstances imposées par les opérations (et que dire des premiers à avoir été efficaces mais sans attaquer - Pearl Harbor ? Wink ).
Donc un bon thème tactique, c'est la cerise sur le gâteau d'un excellent thème opérationnel; le reste n'est que portées, masses et statistiques.

Maintenant je ne sais pas si ces assertions pourront orienter tes lectures... Wink

Voir le profil de l'utilisateur

27 Re: livres sur la tactique navale le Lun 8 Mar 2010 - 15:22

Fix,

"Je suis tout à fait d'accord pour dire que ça aurait été plus efficace, mais je doute franchement que ces choses auraient été faites, les moyens eu été disponibles."

nous sommes d'accord : mes commentaires (négatifs) sur les torpilles 'Long lance' étaient un exemple pour évoquer les lacunes de la doctrine japonaise. La médiocrité de cette doctrine explique pourquoi la marine japonaise s'est fourvoyée à construire des super torpilles et des super cuirassés (en gros des armes qui gagnent les batailles) plutôt que des armes moins spectaculaires mais bien plus utiles (antiaériennes et anti sous marines : les armes qui gagnent les guerres).

Voir le profil de l'utilisateur

28 Re: livres sur la tactique navale le Lun 8 Mar 2010 - 15:55

El Commandante,

pourquoi ne mets-tu plus ton site à jour ? Est-ce pour des raisons techniques ou par manque de temps / de matériel ... Parce qu'il y aurait des choses à faire : propositions de règles, scénarios, comptes-rendus, échanges d'idées sur l'arbitrage, etc.

Par ailleurs, je rebondis sur ta remarque à propos des phases stratégiques dans Amirauté. Elles sont certes passionnantes, mais sont difficiles à mettre en place et à gérer.

Dès que l'on sort du cadre strict de l'engagement, la masse de données à gérer peut vite devenir problématique. Un jeu stratégique en Méditerranée ne peut être envisagé sans prendre en compte l'aviation et la poussière navale, les mines, les sous-marins, etc. Chacun de ces paramètres en appelle d'autres : si on parvient à trouver l'ordre de bataille aérien à une période donnée, on se pose les questions suivantes : combien d'avions étaient réellement opérationnels (en réalité rarement plus de la moitié) ? de quelles munitions disposaient-ils (un groupe de Ju88 basé en Libye pour soutenir l'Afrika Korps n'aura peut-être pas de torpilles) ? qui les commande ? (un amiral italien n'a aucune autorité sur l'aviation et sa demande de soutien aérien, si elle est acceptée, n'aboutira pas avant plusieurs heures) où sont et comment sont les bases ? (car dès qu'il y a de l'aviation en jeu, il y a des raids sur les bases : il faut savoir si elles ont un radar, combien de pièces de dca les protègent, etc.) quelles sont les contraintes des unités aériennes (nécessité de protéger ou d'attaquer des cibles terrestres, etc. En résumé, on a vite fait de se perdre tant dans la préparation du scénario que dans sa gestion.

Le deuxième point, plus grave (car on peut toujours couper court au premier en étant dirigiste) est que la partie peut très facilement vous échapper. Les joueurs ont une aptitude hors du commun à surprendre l'arbitre et peuvent amener une partie là ou elle n'était absolument pas prévue. Certaines surprises sont heureuses, mais d'autres, et elles sont nombreuses, le sont moins.
Je me souviens d'une partie récente, qui devait en essence être un affrontement de surface de jour semblable à la bataille du détroit du Danemark. Le joueur britannique avait repéré l'escadre allemande un peu avant le lever du jour. Je l'ai laissé manoeuvrer afin qu'il puisse préparer son escadre à sa guise pour le combat, que je prévoyait à l'aube. Las, il a eu l'idée (pas sotte au demeurant) d'engager le combat avant le lever du jour, et la partie a dégénéré en un combat de nuit incroyablement confus et sanglant, qui n'a satisfait personne. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. Je me souviens d'une autre partie, très frustrante pour tous les participants. Consacrée à la chasse au Graf Spee dans l'Atlantique Sud, elle est tombée à l'eau (si j'ose dire) car les groupes de chasse n'ont jamais trouvé leur proie.

En résumé, les thèmes stratégiques sont très séduisants mais difficiles à mettre en oeuvre. Ne voyez pas trop grand ou vous risquez d'être déçu.

Voir le profil de l'utilisateur

29 Re: livres sur la tactique navale le Lun 8 Mar 2010 - 15:59

Désolé de monopoliser cette discussion ...

Juste un mot sur Midway : le livre de Fuchida date énormément et n'est plus une référence sérieuse. L'auteur semble ne pas avoir été totalement honnête dans son traitement du sujet ...

Le livre de référence sur le sujet est : Shattered sword de A. Tully et J. Parshall
Je vous conseille également : A glorious Page in Our History de R. Cresman (il y a quelques erreurs, mais l'ouvrage est très détaillé)

Voir le profil de l'utilisateur

30 Re: livres sur la tactique navale le Lun 8 Mar 2010 - 17:07

Francis Marliere a écrit:Dès que l'on sort du cadre strict de l'engagement, la masse de données à gérer peut vite devenir problématique. Un jeu stratégique en Méditerranée ne peut être envisagé sans prendre en compte l'aviation et la poussière navale, les mines, les sous-marins, etc. Chacun de ces paramètres en appelle d'autres : si on parvient à trouver l'ordre de bataille aérien à une période donnée, on se pose les questions suivantes : combien d'avions étaient réellement opérationnels (en réalité rarement plus de la moitié) ? de quelles munitions disposaient-ils (un groupe de Ju88 basé en Libye pour soutenir l'Afrika Korps n'aura peut-être pas de torpilles) ? qui les commande ? (un amiral italien n'a aucune autorité sur l'aviation et sa demande de soutien aérien, si elle est acceptée, n'aboutira pas avant plusieurs heures) où sont et comment sont les bases ? (car dès qu'il y a de l'aviation en jeu, il y a des raids sur les bases : il faut savoir si elles ont un radar, combien de pièces de dca les protègent, etc.) quelles sont les contraintes des unités aériennes (nécessité de protéger ou d'attaquer des cibles terrestres, etc. En résumé, on a vite fait de se perdre tant dans la préparation du scénario que dans sa gestion.

Le deuxième point, plus grave (car on peut toujours couper court au premier en étant dirigiste) est que la partie peut très facilement vous échapper. Les joueurs ont une aptitude hors du commun à surprendre l'arbitre et peuvent amener une partie là ou elle n'était absolument pas prévue. Certaines surprises sont heureuses, mais d'autres, et elles sont nombreuses, le sont moins.
Je me souviens d'une partie récente, qui devait en essence être un affrontement de surface de jour semblable à la bataille du détroit du Danemark. Le joueur britannique avait repéré l'escadre allemande un peu avant le lever du jour. Je l'ai laissé manoeuvrer afin qu'il puisse préparer son escadre à sa guise pour le combat, que je prévoyait à l'aube. Las, il a eu l'idée (pas sotte au demeurant) d'engager le combat avant le lever du jour, et la partie a dégénéré en un combat de nuit incroyablement confus et sanglant, qui n'a satisfait personne. Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. Je me souviens d'une autre partie, très frustrante pour tous les participants. Consacrée à la chasse au Graf Spee dans l'Atlantique Sud, elle est tombée à l'eau (si j'ose dire) car les groupes de chasse n'ont jamais trouvé leur proie.

En résumé, les thèmes stratégiques sont très séduisants mais difficiles à mettre en oeuvre. Ne voyez pas trop grand ou vous risquez d'être déçu.

+1

Quoique interessé par le thème naval en wargame, je compte en effet plus de parties "frustrantes" que de parties vraiment passionnantes. En cela, on respecte assez certaines statistiques historiques (de nombreux rendez vous manqués pour quelques grosses batailles). Durant la grande Guerre en Mer du Nord, combien de parties de cache cache vaines et interminables pour un Jutland (lui même inabouti...) et quelques batailles de moindre envergure entre des parties réduites des dispositifs en présence. Même chose lors de patrouilles dans l'Atlantique Nord ou Sud à la recherche de convois ou de raiders... Côté jeu, j'ai également le souvenir d'une chasse au Goeben en Méditerannée peu fertile en évènements ... Sans oublier ces batailles aéronavales où après une longue et fastidieuse mise en place du jeu, l'un des deux camps trouve (trop) rapidement les porte avions ou convois adverses et les envoient au fond sans que son adversaire ait encore le temps ou les moyens de répliquer. Enfin, il y a ces combats tactiques trop longs où les joueurs lassés de probabilités de coups au but d'à peine quelques % et/ou voyant, entre autres, l'heure du diner approcher (...) se mettent à raccourcir les distances de tir pour se livrer à d'aussi expéditifs que peu réalistes duels d'artillerie à bout portant... Embarassed

Voir le profil de l'utilisateur

31 Re: livres sur la tactique navale le Lun 8 Mar 2010 - 17:12

Pour le livre de Fushida, il est clair qu'il est moyennement objectif. Mais cela est normal s'agissant d'un livre écrit par un témoin et peu de temps après la guerre. Son intérêt est justement cet aspect témoignage vécu.

De même pour le livre de Hara, dont je n'ai pas entendu de critiques. On peut supposer qu'il aussi partial que celui de Fushida.

Mais ces deux livres ont un avantage : ils sont traduits en français!

Pour le suivi stratégique je viens de découvrir un petit logiciel qui s'appelle Berthier:
http://delyall.tripod.com/berthier/berthier.html

Connaissez-vous?

Savez-vous s'il en existe d'autres du même style?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeux-histoire.fr

32 Re: livres sur la tactique navale le Lun 15 Mar 2010 - 14:04

Francis Marliere a écrit:El Commandante,
Désolé pour le délai de réponse.


Francis Marliere a écrit:pourquoi ne mets-tu plus ton site à jour ? Est-ce pour des raisons techniques ou par manque de temps / de matériel ... Parce qu'il y aurait des choses à faire : propositions de règles, scénarios, comptes-rendus, échanges d'idées sur l'arbitrage, etc.
Manque de temps, lassitude, manque de réaction, pas trop suivi la technique ouèbe des dernières années, tout le quotidien d'un site ouèbe. Et je crois que d'autres ont pris le relais à côté, j'ai vu circuler des compilations de règles pour Amirauté très très (trop) complètes. Je me souviens même t'avoir demandé tes propres ajouts il y a quelques années... sans succès... Wink
A l'origine j'avais fait ça pou jouer par correspondance avec des potes quand j'étais en Bosnie (que l'on faisait sur véritables cartes marines, compas à l'appui - luxe non nécessaire à mon avis... Smile ). Puis j'ai pris contact avec Paul Bois, qui était partant pour une réédition des règles. Et puis la vie, le boulot, les mômes... "Choose life". Le site a suivi.


Francis Marliere a écrit:Par ailleurs, je rebondis sur ta remarque à propos des phases stratégiques dans Amirauté. Elles sont certes passionnantes, mais sont difficiles à mettre en place et à gérer. Dès que l'on sort du cadre strict de l'engagement, la masse de données à gérer peut vite devenir problématique. Un jeu stratégique en Méditerranée ne peut être envisagé sans prendre en compte l'aviation et la poussière navale, les mines, les sous-marins, etc. Chacun de ces paramètres en appelle d'autres

Je crois que là, la pratique du jeu nécessite une réflexion en amont : que veux-tu faire vivre aux joueurs ? La prise de décision et les arbitrages des hauts commandements, ou le symposium annuel des commissaires à la logistique ? Tu soulignes le point : la masse des données : quelles données sont pertinentes dans la prise de décision ? Que va-t-on mettre en équilibre ? Ne risque-t-on pas de noyer le joueur qui n'a pas forcément une connaissance très étendue de la chose navale, au détriment du jeu ? Pour moi l'énorme intérêt d'Amirauté est la possibilité d'y faire jouer des gens, certes intéressés, mais sans qu'ils connaissent le moindre bout de règle, et qu'ils se limitent à effectuer un rapport de vitesse, de temps et d'échelle sur une carte. Et qu'ils réfléchissent. Quand je mène (menais, car cela fait un bout de temps que je n'ai pas fait jouer), je tâche de faire en sorte que la contrainte du jeu respecte au maximum ce concept. Je l'enfreins juste pour la mécanique (et surtout les délais) des opérations de porte-avions ou des installations portuaires, qui nécessitent une petite fiche récapitulative.
Si tu veux restituer la guerre navale en Méditerranée (j'ai toujours rêvé de mener cette campagne), il faut aussi à mon avis restituer l'ordre des choses. Quel est l'intérêt marginal par exemple d'une vedette côtière et son utilité marginale dans l'objectif global de chaque camp (globalement et pour simplifier tenir l'AfNord) ? A mon avis il est tellement nul qu'il en devient négligeable. Donc l'effort qu'on prendrait à la représenter aussi, par conséquent. Pour ce qui est des principales bases, on trouve l'info facilement, avec toutes les publications existantes... et de toute façons tu as besoin de celles qui défendent les principaux objectifs, quitte à laisser la liberté aux joueurs d'en implanter ou d'en renforcer d'autres selon une équation simple que tu détermineras arbitrairement ("si vous m'amenez tant de tonnes de convois à tel endroit, vous avez une base opérationnelle pour tant de jours, qui doit ensuite être ravitaillée" - peut-être ton estimation du tonnage nécessaire se plantera-t-il de 20 ou 50% - et alors, qui te contredira ? L'essentiel est de susciter un arbitrage, une prise de décision et l'allocation de ressources : le jeu est là).

Tu soulignes néanmoins des points tout à fait valables qui vont donner l'ambiance au jeu : les dysfonctionnements entre alliés, les retards, les coups du sort, etc. Je crois que Paul Bois l'avait bien compris dans sa vision du jeu et il englobait une large partie du "chrome" dans ce qu'il appelait les "cartes chances". A l'arbitre de les élaborer, d'y inclure des coups du sort liés à la poussière navale, des délais, des pannes de transmission ("où est l'éclaireur du Tone ?" Wink ), les hommes-grenouilles, les attaques de vedettes côtières lance-torpille, etc. Et que tout le monde en connaisse au moins le contenu (sauf quelques secrètes ?), pour savoir qu'il existe un risque. Si les dysfonctionnements sont réels, une règle simple : 1d6 heures pour une demande soutien aérien italien. Etc.

Reste après qu'il est vrai qu'une partie d'Amirauté se prépare. C'est un vrai boulot pour l'arbitre, effectivement, de réunir les données de manière claire (afin que les joueurs puissent se focaliser sur l'essentiel) sur un support pratique pour que tout cela ait l'air de couler de source. L'arbitre doit aussi avoir une assez bonne connaissance du contexte historique pour préparer les cartes chances, autres renseignements et événements aléatoires qui collent bien au thème. C'est assez agréable à faire, je trouve; un peu comme préparer un bon plat pour ses potes. Smile

Mais à l'échelle tactique aussi on peut se laisser engloutir par les paramètres. Certains jeux le font d'ailleurs, simulationniste au point d'en venir presque à une simulation mathématique des vols d'obus au-dessus des flots, avec une disproportion entre le temps d'exécution et le temps de réflexion (ce qui n'est pas aussi criticable pour une simulation de l'âge de la voile, je trouve). Or là, en plus, quid de la prise de décision des joueurs ? Pour le coup ce genre d'exercice se passe plutôt bien du facteur humain... Et c'est la porte ouverte à toutes les dérives, jusqu'au joueur qui vient te dire "ah oui mais là non parce que fin 42 le destroyer Mégarafiot avait sa peinture refaite et ils avaient enlevé pour l'occasion une mitrailleuse à bâbord pour caser les pots de peinture, donc ça fait un facteur de moins pour couvrir l'attaque des torpilleurs...". Evil or Very Mad


Francis Marliere a écrit:Le deuxième point, plus grave (car on peut toujours couper court au premier en étant dirigiste) est que la partie peut très facilement vous échapper. Les joueurs ont une aptitude hors du commun à surprendre l'arbitre et peuvent amener une partie là ou elle n'était absolument pas prévue. Certaines surprises sont heureuses, mais d'autres, et elles sont nombreuses, le sont moins.

Là - et c'est aussi le MJ de JdR qui parle, je n'aurai qu'une réponse : expliquer et éventuellement tricher. Dans le sens arranger la sauce. "Vous êtes certains de vraiment vouloir faire ça ?". Et, à Amirauté, j'avais un paravent, pour pouvoir faire du bruit avec les dés derrière. Si des joueurs se sont bien débrouillés pour repérer le Graf Spee, mais que leur jet de repérage foire lamentablement, pour la troisième fois consécutive, rien n'interdit de souffler un peu dans les voiles, dans le sens de l'histoire. Et si les joueurs s'égarent, les remettre dans un meilleur chemin avec une arrivée de renseignements de l'état-major. Etc.

Francis Marliere a écrit:En résumé, les thèmes stratégiques sont très séduisants mais difficiles à mettre en oeuvre. Ne voyez pas trop grand ou vous risquez d'être déçu.

De l'intérêt de jouer à plusieurs joueurs en chaque camp, chacun responsable d'un morceau de flotte ou de l'aviation, voire de la logistique. Avec des moyens à chacun et des responsabilités à tous. Et là on voit surgir de vrais dysfonctionnements qui valent toutes les préparations historiques de comportement des états-majors... Smile

Voir le profil de l'utilisateur

33 Re: livres sur la tactique navale le Lun 15 Mar 2010 - 14:35

tres intéressant votre petite discussion. a dire vrais ça m'a fait sauter aux yeux "le vol de l'aigle". Car avant ça qui aurait parlé d'une simulation napoléonienne simple à jouer mais portant autant le joueur à la décision dans un ensemble global de joueur du même camp?

finalement on se trouve avec un système simple, dont les joueurs n'ont pas besoin de savoir quoi que se soit du système (ou presque), d'avoir un verni historique tout au plus pour pas confondre les trucs de base et pas lancer tous le monde façon WWII, mais qui pousse à la décision constament, avec le problème de la coordination.

j'avais fait une partie d'amirauté ou on refaisait la campagne de norvège, et ça a été dantesque, même si on a ralé pour pas mal de trucs (communication instantané entre autre qui poussait celui qui jouait les avions et l'état major à s'insérer dans tous les combats naval). finalement je suis convaincu qu'un système à la vol de l'aigle, rendant abstrait et facile à jouer les parties tactiques serait tout à fait faisable, les moyens de détection de la WWII rendant possible de nombreuses choses (on a quand même moins la possibilité de se passer à coté comme durant la WWI)

Voir le profil de l'utilisateur

34 Re: livres sur la tactique navale le Lun 15 Mar 2010 - 15:51

El Comandante a écrit:"Vous êtes certains de vraiment vouloir faire ça ?"

La guerre des étoiles (le jeu de rôle) 1987 ? Smile


Je suis assez d'accord avec toi sur l'analyse. Les règles terrestres de la campagne de Guadalcanal sont une sorte de modèle du genre. L'objectif du jeu naval ? Amener des renforts. OK, alors la prise de l'île se joue chaque jour sur un jet de dé modifié par le rapport de force. Hop.

Voir le profil de l'utilisateur http://downinflames.free.fr

35 Re: livres sur la tactique navale le Lun 15 Mar 2010 - 17:16

sharl a écrit:
El Comandante a écrit:"Vous êtes certains de vraiment vouloir faire ça ?"

La guerre des étoiles (le jeu de rôle) 1987 ? Smile

aaargh.


déjà 23 ans. What a Face

Voir le profil de l'utilisateur

36 Re: livres sur la tactique navale le Mar 16 Mar 2010 - 13:10

Fix a écrit:tres intéressant votre petite discussion. a dire vrais ça m'a fait sauter aux yeux "le vol de l'aigle". Car avant ça qui aurait parlé d'une simulation napoléonienne simple à jouer mais portant autant le joueur à la décision dans un ensemble global de joueur du même camp?

finalement on se trouve avec un système simple, dont les joueurs n'ont pas besoin de savoir quoi que se soit du système (ou presque), d'avoir un verni historique tout au plus pour pas confondre les trucs de base et pas lancer tous le monde façon WWII, mais qui pousse à la décision constament, avec le problème de la coordination.

Raison pour laquelle j'ai sauté sur le VdA dès que j'en ai eu connaissance. Pour moi c'est exactement le même esprit (et je regrette d'autant plus de ne pas avoir encore l'occasion de le mener ou d'y jouer), même si les affrontements sont probablement moins "mécaniques" que pour du naval.

Voir le profil de l'utilisateur

37 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 13:05

Bonjour El Commandante,

désolé d'avoir, moi aussi, tardé à répondre. Nous partageons, je crois, la même conception du jeu ; son essence est le commandement, la prise de décision : la fonction qu'un joueur doit assumer est celle d'un commandant de navire ou d'escadre, pas celle du responsable de la conduite de tir ou de la salle des machines. En conséquence, il faut concevoir la modélisation comme un mal nécessaire, un outil qui doit être le plus discret possible, et non comme étant le cœur du jeu.

Je ne te suis cependant pas totalement quand tu relativises l'importance des détails. La poussière navale, comme des mouilleurs de mines ou des vedettes lance-torpilles peuvent avoir une importance capitale dans un jeu (pour fermer le canal de Sicile par exemple). Pareillement, il me semble capital de suivre dans le détail la refonte de l'armement antiaérien des navires au cours de la guerre. L'exemple de l'USS Maryland illustre bien mon propos : si le navire est au début de la guerre extrêmement vulnérable aux attaques aériennes (il ne dispose que de 8 pièces de 5"/25 et autant de mitrailleuses lourdes), il est doté en 1945 d'une formidable dca (16 pièces de 5"/38, 36 de 40 mm et 44 de 20mm) qui le rend presque invulnérable. On peut difficilement nier l'importance de ces refontes successives dans un jeu où intervient l'aviation.

Mon message avait pour but de faire profiter la communauté de ma modeste expérience et de mettre en exergue les difficultés fréquemment rencontrées lors des jeux stratégiques et opérationnels. Ceux-ci ne sont certes pas impossibles mais demandent beaucoup de préparation et beaucoup d'attention pendant leur déroulement.

Je finis en rebondissant sur tes remarques sur le combat tactique. Son essence est à mon avis la même que les thèmes stratégiques : le commandement, la prise de décision. Certes, il est possible de "se laisser engloutir par les paramètres". Mais c'est justement l'art du commandement que de trier les informations pour ne garder que ce qui est utile.

Certains considèrent à tort les thèmes tactiques comme étant moins riches, moins intéressants que les thèmes stratégiques. A mon sens, la conduite du combat n'est pas moins noble, moins plaisante que les manœuvres qui le précédent : elle est juste plus difficile à concevoir dans sa richesse pour beaucoups. En effet, il est pour les joueurs relativement peu expérimentés souvent difficile de percevoir l'étendue des tactiques disponibles au cours d'un combat : la plupart se contentent de se rapprocher de l'ennemi en le canonnant, sans élaborer de plan de bataille. A l'inverse, comprendre les tenants et les aboutissements d'une phase stratégique demande moins d'expérience, de réflexion et de culture historique. Pour être juste, il est difficile de concevoir des tactiques justes et saines quand la modélisation ne le permet pas. Les règles d'Amirauté sont clairement insuffisantes tant en justesse qu'en précision sur ce point.

Voir le profil de l'utilisateur

38 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 15:20

Francis Marliere a écrit:A mon sens, la conduite du combat n'est pas moins noble, moins plaisante que les manœuvres qui le précédent : elle est juste plus difficile à concevoir dans sa richesse pour beaucoups. En effet, il est pour les joueurs relativement peu expérimentés souvent difficile de percevoir l'étendue des tactiques disponibles au cours d'un combat : la plupart se contentent de se rapprocher de l'ennemi en le canonnant, sans élaborer de plan de bataille.
C'est très juste. A charge du monde du jeu, je n'ai pas souvenir d'avoir croisé un jeu (probablement l'aurais-je loupé) qui facilite l'acquisition et la mise en oeuvre des tactiques navales sans que les joueurs aient besoin d'en avoir une connaissance préalable qui dépasse de loin le cercle des joueurs (même éclairés) pour rejoindre celui des passionnés qui, plus ou moins occasionnellement, jouent aussi. Ou même d'un livret de règles qui propose en annexe les grands principes appliqués de la tactique navale.

Il y a un marché à prendre. Wink

Voir le profil de l'utilisateur

39 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 16:57

El Comandante a écrit:

Il y a un marché à prendre. Wink

Ok alors allons-y. Quels sont les grands principes appliqués de tactiques navales (limitons-nous à la WWII) qu'un jeu se doit de pouvoir reprendre et de préférence simplement.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeux-histoire.fr

40 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 17:02

En effet, il n'y a pas de jeu, ni même de livre qui expose les ficelles du métiers au débutant. Il faut se former soit même, petit à petit. Concernant, c'est d'ailleurs un cercle vicieux : les jeux simples n'intéressent pas les joueurs expériementés et les joueurs débutants sont souvent rebutés par les jeux plus ambitieux (comme Seekrieg 5).

A propos, mes excuses de ne pas t'avoir envoyé 'mes' règles. Elles sont en chantier depuis de longs mois. Contacte-moi par mp si tu es intéressé par d'anciennes versions ou par celle qui en cours d'achèvement.

Voir le profil de l'utilisateur

41 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 17:04

dauriac a écrit:[Ok alors allons-y. Quels sont les grands principes appliqués de tactiques navales (limitons-nous à la WWII) qu'un jeu se doit de pouvoir reprendre et de préférence simplement.

J'avais fait il y a quelques années une petite introduction aux tactiques navales pour dégrossir mes joueurs les moins expérimentés. Cela n'a rien d'extraordinaire mais je veux bien le diffuser s'il y a des gens que cela intéresse.

Voir le profil de l'utilisateur

42 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 17:12

Oui pour moi!

Voir le profil de l'utilisateur http://www.jeux-histoire.fr

43 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 17:16

Je suis preneur aussi!

Voir le profil de l'utilisateur

44 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 18:19

Il faut que je le retrouve, le retravaille un peu peut-être (parfois on écrit des âneries ...).
Comment le diffuser : préférez-vous un envoi par mp ou est-il à la fois possible et souhaitable de stocker un document sur le forum ?

Voir le profil de l'utilisateur

45 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 18:22

Je reviens un peu en arrière, sur Fuchida : John Parshall, le co-auteur de Shattered Sword (LE livre de référence sur la bataille de Midway) lui a consacré un article téléchargeable à cet adresse :
http://www.usnwc.edu/getattachment/612aa0c4-47a1-4107-afbb-17fa992adf59/Reflecting-on-Fuchida,-or--A-Tale-of-Three-Whopper

Voir le profil de l'utilisateur

46 Re: livres sur la tactique navale le Lun 22 Mar 2010 - 19:21

Francis Marliere a écrit:
dauriac a écrit:[Ok alors allons-y. Quels sont les grands principes appliqués de tactiques navales (limitons-nous à la WWII) qu'un jeu se doit de pouvoir reprendre et de préférence simplement.

J'avais fait il y a quelques années une petite introduction aux tactiques navales pour dégrossir mes joueurs les moins expérimentés. Cela n'a rien d'extraordinaire mais je veux bien le diffuser s'il y a des gens que cela intéresse.

Génial. Si ça peut tenir sur un sujet dédié (parce que celui-là, on l'a bien pourri... Wink ); sinon je suis évidemment preneur.
Ou bien existe-t-il des hébergements simples de type wiki pour que l'on puisse laisser d'éventuels commentaires ?

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum