L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

CR - Leuctres (Legion) - JustinSwanton vs Pyrrhos

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

Deuxième bataille: La revanche du Thébain ?

Nous remettons le couvert dans la foulée.
Etat d'esprit des deux belligérants ?

Le Thébain: "Rogntudju !"
Le Spartiate: "M'enfin !"

Bref, y a de la vengeance dans l'air...

Les armées se déploient:

Situation à l'issue du Tour 1:





Situation à l'issue du Tour 2:






Il y a donc des changements importants chez le Thébain. La grand phalange est cette fois-ci placée sur l'autre flanc, toujours secondée par le Bataillon sacré. La cavalerie est répartie de façon plus équilibrée entre les deux ailes. Mystérieusement, l'infanterie légère est pour le moment mêlée à la ligne d'hoplites, laissant planer un voile sur son utilisation future.

Du côté du Spartiate, l'avancée est plus rapide (les règles concernant l'effet de la colline ayant été bien comprise cette fois), mais reste prudente. Les vétérans spartiates restent au centre du dispositif. Cléombrotos semble se placer sur la gauche de la ligne des vétérans, ce qui aura une conséquence importante. Une grande partie des alliés se place à gauche, dans la perspective d'une collision à venir avec la grande phalange de l'ennemi. L'infanterie légère est à gauche afin de les soutenir. La cavalerie couvre les flancs, dans une répartition équilibrée.

Voir le profil de l'utilisateur
Situation à l'issue du tour 3:





Tour 4: la charge est imminente !


L'armée spartiate a à peu près achevé son déploiement. Les vétérans spartiates forment un centre puissant dont la capacité à briser la ligne ennemi sera décisif pour l'issue de la lutte. La cavalerie à droite reste en retrait, craignant d'être débordée par celle de l'ennemie. A gauche , une forte concentration de troupe est destinée à soutenir le choc avec la phalange thébaine. L'infanterie légère est notamment en position pour harceler celle-ci.

L'armée thébaine semble confirmer son déploiement initial: une grande ligne d'infanterie centrale avec la pointe, constituée de la grande phalange et du Bataillon sacré, située à droite. La cavalerie couvre les ailes et menacent celles de l'ennemi.

On notera que chaque armée tend à freiner les troupes placées face au plus fort de la ligne ennemie.

Mais Epaminondas prépare une petite surprise... avec l'aide de quelques dieux capricieux.


Voir le profil de l'utilisateur
Tour 5: le combat s'engage


Le joueur thébains exploite enfin les grandes capacités de manoeuvre de son armée: les dieux auront leurré les Spartiates !
Epaminondas fait exécuter à sa phalange un rapide mouvement de conversion et la replace plus au centre de son dispositif, prête à prendre en enfilade la ligne des vétérans spartiates.
Parallèlement, les cavaliers thébains chargent sur les ailes et, de façon prévisible, cherchent à déborder les Spartiates. Ces charges sont très efficace: trois des quatre unités de cavaliers spartiates sont affaiblies, alors que les thébains sont quasi indemne. Ce revers inattendu est inquiétant pour la suite.






Les Spartiates doivent désormais s'adapter à la nouvelle situation.
Une faiblesse inquiétante apparaît dans mon placement de troupes: l'unité de mon général Cléombrotos est précisément celle qui va recevoir le choc de la phalange thébaine. Ce choc est désormais inévitable. L'armée spartiate n'a pas les capacités de manoeuvre de son ennemi. Il n'est plus temps de se réorienter: il faut charger ! L'infanterie spartiate est excellente et elle a déjà gagner un demi tour par rapport à la phalange thébaine: le centre ennemi peut être brisé que les Thébains ne prennent l'avantage. De plus une unité d'infanterie légère est ramener vers le centre en vue de gêner l'assaut de la phalange thébaine. Enfin, à gauche de la ligne d'infanterie, la perte de la couverture de cavalerie pour les Thébains permet de glisser un unité d'infanterie légère sur les arrières du Bataillon sacré et d'obtenir une attaque forte dns ce secteur.
La cavalerie sur les ailes doit reculer: le risque est très grand qu'elle ne craque au prochain tour, bien plus vite que prévu.

La charge spartiate est efficace: plusieurs unités béotiennes sont affaiblies, laissant envisager l'élimination de certaines dès le prochain tour.

Malgré les difficultés sur les ailes, j'ai confiance: la phalange de l'ennemi devrait être neutralisée et j'ai l'avantage partout ailleurs sur la ligne d'infanterie.


Voir le profil de l'utilisateur
Tour 6 première partie: l'affaire se complique pour Sparte


Comme prévu, les Thébains relancent l'assaut sur les ailes et la grande phalange charge, tandis que la ligne d'infanterie béotienne recule sous la pression des Spartiates.





Ce qui était un peu moins prévu, c'était l'efficacité de la charge thébaine: l'ennemi touche par deux fois les Hippeis accompagnant Cléombrotos, fragilisant plus vite qu'attendu l'aile gauche de la ligne spartiate (le deuxième coup étant transféré à l'unité double aux côtés des Hippeis: Legion simule ainsi l'usure d'une ligne de combattants) .





Sur l'aile droite, c'est encore pire: la cavalerie spartiate vole en éclat et les arrières de l'armée sont désormais sans protection.





A l'aile gauche spartiate, la situation, sans être aussi désastreuse, est grave: les combats tournent encore à la faveur des Thébains et la cavalerie spartiate menace également de s'effondrer.





Un début de tour qui confirme la bonne forme de l'armée thébaine, très en réussite sur les dés. Le plan spartiate n'est toujours pas mis en échec et les chances de victoire restent bonnes, mais si le sort s'acharne l'avantage stratégique gagné par l'armée lacédémonienne ne suffira pas à remporter la journée.

Voir le profil de l'utilisateur
Tour 6 deuxième partie: la mécanique spartiate s'enraye


Malgré les difficultés, les Spartiates ont toujours de bons atouts.
Leur infanterie légère vient gêner la charge de la phalange thébaine: celle-ci est provisoirement neutralisée et ne menace plus les hoplites de Sparte. Le temps ainsi gagné devrait permettre aux vétérans de briser la ligne d'hoplites béotiens: les Spartiates maintiennent leur pression au centre et chargent à nouveau !
A gauche, les cavaliers reculent encore sous la pression ennemie, prolongeant ainsi leur résistance.





Le sort semble d'abord plus favorable aux Spartiates: leurs assauts sur la gauche entraînent la destruction d'une unité béotienne, et avec elle la panique d'une unité de fantassins légers, tandis que le Bataillon sacré thébain est affaibli.
C'est alors que le combat au centre prend une tournure dramatique pour les Lacédémoniens. La résistance béotienne se durcit et les assauts spartiates sont totalement inefficaces. Pire: les attaques béotiennes restent toujours aussi efficaces contre les Hippeis et ces derniers sont désormais à la limite de la rupture.
Contre toute attente, l'attaque spartiate est donc bloquée au centre, compromettant toute la stratégie de l'armée. La charge imminente des cavaliers béotiens sur les arrières et la probable rupture des Hippeis pourraient bien paver la voie à une victoire thébaine.
La balance penche désormais en faveur de Thèbes.


Voir le profil de l'utilisateur
Tour 7 phase thébaine


La cavalerie thébaine de l'aile gauche peut à présent charger sur les arrières des unités spartiates. Si en soi cette charge n'est pas trop dangereuse (la cavalerie moyenne touche difficilement l'infanterie lourde), elle inflige un malus aux attaques spartiates contre les hoplites béotiens et donne à ces derniers un bonus: la supériorité des vétérans spartiates est ainsi annulée.
La phalange thébaine se réoriente pour charger une nouvelle unité ennemie et les cavaliers de l'aile droite se ruent sur leurs adversaires spartiates.







Toutefois, les deux armées rivalisent alors d'inefficacité dans leurs attaques. Le combat reste intense, tendu: les Spartiates, ébranlés, résistent malgré tout aux coups du sort.

Voir le profil de l'utilisateur
Tour 7 phase spartiate: La fin de Cléombrotos



Sur la gauche, l'infanterie spartiate encercle désormais le Bataillon sacré. Les cavaliers reculent et prolongent leur résistance, assurant encore une protection pour les arrières des hoplites.







Malheureusement pour les Spartiates, la phase de combat qui suit sourit à nouveau aux Thébains.
A l'aile gauche spartiate, le Bataillon sacré thébain résiste aux charges et ne craque pas.
Au centre, débordés, les Hippeis succombent finalement et le commandant spartiate Cléombrotos tombe au combat. C'est un affaiblissement majeur pour les forces de Sparte dont le moral commence à chanceler.
Ces succès sont toutefois arrachés péniblement par les Thébains: la ligne d'infanterie béotienne, qui a vaillamment résisté aux vétérans spartiates, est désormais très affaiblie.



Voir le profil de l'utilisateur
Tour 8 phase thébaine:


L'infanterie béotienne continue à reculer sous la pression spartiate. La pression sur l'aile gauche spartiate s'accentue: la grande phalange se réoriente pour charger des vétérans lacédémoniens et les cavaliers béotiens reprennent leurs assauts contre des forces montées spartiates étonnamment résistante.







C'est à ce moment que l'héroïque résistance du bataillon sacré s'effondre. Les guerriers thébains encerclés sont anéantis par les multiples assauts spartiates.
Toutefois, une terrible menace plane sur ces derniers: si la charge de la phalange thébaine venait à briser l'unité de vétérans qui lui est opposée, compte tenu de la présence de troupes légères affaiblies et d'hoplites de faible qualité et du moral global chancelant de l'armée, c'est toute l'aile gauche qui pourrait s'effondrer d'un coup sous l'effet de la panique !







L'instant est donc crucial. Les attaques thébaines sont terribles et une unité de cavaliers spartiates n'y résiste pas. Mais les solides hoplites tiennent le coup et ne craquent pas face à la phalange thébaine. L'aile gauche spartiate est donc provisoirement sauvée !



Voir le profil de l'utilisateur
Il faut avouer que j'ai eu un bon plan cette fois, non? Smoker

Voir le profil de l'utilisateur
JustinSwanton a écrit:Il faut avouer que j'ai eu un bon plan cette fois, non? Smoker

Y a pas photo quand on compare !
Toutefois, je trouve que ces Thébains peinent à exploiter leurs atouts...

Voir le profil de l'utilisateur
On y arrive peu a peu... Elephant

Voir le profil de l'utilisateur
Tour 8 phase de mouvement spartiate


Divisée en trois groupes, l'armée spartiate devient difficile à gérer. La dépense de la totalité des points de commandement ne permet d'activer toutes les unités et il ne reste donc plus rien pour des bonus de combat.
Une unité d'infanterie légère est envoyée en écran devant la phalange thébaine, tandis certaines unités de l'aile gauche chargent la cavalerie béotienne exposée. Les vétérans lacédémoniens reprennent leur assaut contre les hoplites béotiens, mais la déviation des phalanges laissent désormais hors d'atteinte la moitié de ces derniers.



Voir le profil de l'utilisateur
Nouveau coup dur pour l'armée spartiate: la destruction d'une unité double d'hoplites isolée au centre du champ de bataille provoque la déroute de deux autres unités, dont les fantassins légers protégeant l'aile gauche contre la charge de la phalange thébaine.







Toutefois, l'armée thébaine souffre elle aussi. La charge de l'aile gauche spartiate contre la cavalerie béotienne aboutit à la destruction d'une unité et à la déroute des autres après panique. De leur côté, les vétérans spartiates font enfin prévaloir leur supériorité et détruise une unité d'hoplites béotiens. Malheureusement, ce succès survient bien tard...



Voir le profil de l'utilisateur
Tour 9 phase thébaine: ils courent, ils courent les petits Spartiates...


Epaminondas lance toutes les forces possibles à l'assaut de l'aile gauche spartiate. Seule une unité d'hoplites béotiens reste face aux vétérans lacédémoniens.
La grande phalange thébaine charge l'unité de vétérans affaiblie qui n'est plus couverte par l'infanterie légère. L'instant est à nouveau dramatique: la destruction de cette unité pourrait entraîner dans la débâcle toutes celles qui l'entourent.






Ce qui devait finir par arriver se produit alors. La charge de la phalange thébaine est irrésistible et l'unité ennemie est détruite. Une épouvantable panique saisit alors l'ensemble de l'aile gauche spartiate qui fuit le champ de bataille. Par chance toutefois, la retraite se déroule sans encombre majeur et les pertes sont limitées.







Bon, ben là, ça se passe de commentaire...



Voir le profil de l'utilisateur
Tour 9 phase spartiate: baroud d'honneur



De l'armée spartiate, il ne reste que 3 des 5 unités de vétérans, dont 2 affaiblies, accompagnées d'une unité double d'alliés. Le danger est grand d'un retour de la phalange thébaine qui détruirait ces forces usées par l'âpreté du combat. Aussi il n'y a guère le choix: pour conserver une liberté de mouvement, il faut charger et éliminer l'unité béotienne qui fait front.







Le choc est violent et les Spartiates font enfin la démonstration de cette efficacité qui leur a tant manqué jusque là ! L'unité d'hoplites béotiens est détruite. Deux autres unités de l'armée thébaine, des cavaliers et des fantassins légers (ces derniers ayant au cours de la bataille résisté à plusieurs assauts d'hoplites ennemis !) paniquent alors et fuient le champ de bataille.







Que faire à présent ?
Il est toujours envisageable de tenter un dernier choc contre l'ennemi. Toutefois, la grande phalange intacte et la présence d'Epaminondas semblent devoir assurer une rapide destruction des unités spartiates. Aussi, les guerriers spartiates préfèrent profiter du boulevard ouvert par leur dernier succès et fuient le champ de bataille. D'un commun accord avec mon adversaire, je réalise immédiatement un test de fuite, sachant que mes unités ne pourront pas quitter le champ de bataille par leur côté d'entrée, ce qui donne un malus au dé. Toutefois, les deux unités vétérans affaiblies ont chacune une chance sur deux de réussir le test et d'être "withdrawn" plutôt que "Scattered". La troisième a 5 chance sur 6, ainsi que l'unité double alliée.
Mais c'est sans compter la scoumoune qui poursuit Sparte ce jour-là ! Quatre lancers nous donne trois fois le chiffre de "1", condamnant les trois unités vétérans à une retraite désastreuse et une qualification en "Scattered"... Mad jocolor
Triste fin pour une armée spartiate qui aurait pourtant pu à nouveau triompher...
Mais un bon moment passé sur une bataille tendue et rudement disputée !



Voir le profil de l'utilisateur
Le bilan des pertes:

Description des statuts:

Shattered = Unités détruites au combat

Scattered = Unités décimées au cours de leur fuite

Withdrawn
= Unités ayant pu retraiter sans grands dégâts

On remarquera que les pertes au combat à proprement parler sont relativement proches: 4 unités d'hoplites dans les deux camps, mais 3 unités de cavalerie spartiates contre une béotienne, et surtout la mort du général spartiate Cléombrotos.



Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum