L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Raphia (LEGION)

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Raphia (LEGION) le Mer 18 Aoû 2010 - 23:21

Nouveau CR avec le système LEGION. J'avais envie de tester des grosses armées hellénistiques. Le choix s'est porté sur Raphia, bataille a priori très équilbrée.

Raphia, 217 av. JC

Contexte :

Cette bataille fut l’affrontement décisif de la Quatrième guerre de Syrie entre les royaumes Lagide et Séleucide. L’armée du pharaon Ptolémée IV y fut victorieuse de celle d’Antiochos III, permettant à l’Egypte de conserver la Syrie.


Le champ de bataille :

Aucun élément de terrain particulier n’apparaît. C’est une plaine sans obstacle.
Chaque hexagone représente environ 300 mètres de terrain.
L’échelle de temps est d’un peu plus d’une demi-heure par tour.
(Je rappelle que l’échelle de terrain et de temps varie en fonction des batailles, ce qui permet d’obtenir des armées ayant toujours entre 20 et 30 unités chacune).





Les armées :


L’armée lagide :




Soit 73 000 hommes dont 5 000 cavaliers et 80 éléphants répartis en 26 unités pour une valeur de combat initiale de 132.



L’armée séleucide :





Soit 64 000 hommes dont 6 000 cavaliers et 100 éléphants répartis en 26 unités pour une valeur de combat initiale de 132.

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Raphia (LEGION) le Jeu 19 Aoû 2010 - 9:14

Commentaire sur les armées :

En apparence, elles sont assez identiques dans leur force (même total de valeur de combat) et dans leur structure. Il s’agit d’armées typiques du monde hellénistique, c’est-à-dire basant leur force sur une puissante infanterie lourde de piquiers, la fameuse phalange macédonienne, opérant en combinaison avec des forces auxiliaires comme la cavalerie lourde (dont le rôle est de fait déclinant par rapport à celui, majeur, que lui avaient donné Philippe II et Alexandre) et les éléphants.

En observant de plus près, on constate toutefois des différences sensibles entre ces deux forces, qui orientent les choix tactiques.

L’armée lagide est supérieure en infanterie lourde : 15 unités (60 000 hommes) contre 9 (36 000). Cette supériorité numérique est quelque peu atténuée par la qualité médiocre des recrues égyptiennes qu’il faudra sans doute regrouper en unités doubles pour éviter une perte en efficacité de la gestion de l’armée. Il reste que le Lagide peut sans problème soit constituer une ligne d’infanterie lourde débordant celle de son adversaire, soit en accroître la profondeur et la puissance, et dans les deux cas s’assurer un net avantage. Aussi, il privilégiera sans doute une stratégie de choc, recherchant un combat d’infanterie pur tout en empêchant l’adversaire de l’amener sur un autre terrain tactique.

L’armée séleucide manque donc de puissance en unités lourdes, mais compense cela par divers avantages dont une utilisation combinée intelligente sera la clef d’un éventuel succès :

• Une importante infanterie légère (6 unités pour 22 000 hommes) qui pourra servir plusieurs objectifs : retarder le choc entre les phalanges en servant de couverture à l’infanterie lourde, user l’ennemi avant ce choc, protéger les flancs pour compenser tant que possible la ligne d’infanterie plus large de l’ennemi.

• Une double supériorité en éléphants. D’abord numérique avec une unité de plus que le Lagide. Et surtout qualitative, les éléphants indiens étant plus efficaces que leurs congénères africains utilisés par les Egyptiens (mais en contrepartie leur perte aura un impact plus fort sur le moral de l‘armée).

• Enfin et surtout, une nette supériorité en cavalerie lourde (6 unités contre 3).


Il découle de ces avantages des choix tactiques qui pourraient orienter le Séleucide vers une priorité donnée aux ailes, ou plutôt à l’une d’entre elles, dans l’espoir qu’une victoire de ses forces montées lui permette de menacer ensuite les arrières lagides afin de renverser à son avantage le rapport de force d’infanterie.

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Raphia (LEGION) le Jeu 19 Aoû 2010 - 11:41

Les plans :


Lagides :

Il s’agit donc de s’appuyer sur la supériorité en infanterie lourde. Les unités de piquiers de faible qualité sont organisées en unités doubles, ce qui permet une économie de points de commandement tout en leur donnant une efficacité en combat comparable à celles des unités de qualité ordinaire.
Ces dernières sont par contre laissées en unités individuelles afin de disposer d’une ligne d’infanterie suffisamment large pour déborder celle de l’ennemi tout en permettant une certaine protection contre les attaques de flanc de la cavalerie ennemie.
Pour contrer cette dernière, on misera sur l’utilisation conjointe des cavaliers lourds et des éléphants. La ligne d’infanterie devant déborder celle de l’ennemi par un côté ou un autre, l’objectif est de neutraliser les forces mobiles de celui-ci suffisamment longtemps pour transformer la supériorité de la phalange en victoire.


Séleucides :

Sans surprise, le plan consiste à s’appuyer sur la supériorité en cavalerie pour vaincre sur une aile afin d’envelopper la phalange ennemie et donner à l’infanterie séleucide les moyens de l’emporter.
Afin de disposer de toute la puissance de choc nécessaire, la totalité de cavalerie lourde sera concentrée sur une aile. Les éléphants avanceront au centre et seront utilisés pour contrer ceux de l’ennemi.
Il sera essentiel de gagner du temps sur l’aile délaissée et au centre. Pour cela, l’infanterie légère sera disposée en écran en avant et sur le flanc de la phalange afin de retarder le choc avec l’ennemi et de l’user quelque peu au préalable.

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Raphia (LEGION) le Jeu 19 Aoû 2010 - 14:28

Le déploiement des armées :


Il dure du tour 1 au tour 4, à l’issue duquel les armées entrent en contact.
Il est assez rapide et donne lieu à quelques manoeuvres.

L’armée lagide entre la première sur la carte. Effet du grand nombre d’unités et d’une qualité tout à fait moyenne, les ponts de commandement sont insuffisants pour déployer toutes les forces, et les piquiers égyptiens doublés n’entrent qu’au tour 2. Ceci entraîne un décalage de leur part par rapport à la ligne d’infanterie qui ne sera comblé que tardivement dans la bataille.
Ptolémée place ses meilleurs fantassins sur sa droite, dont l’Agema qu’il accompagne personnellement (mais contrairement à Antiochos, Ptolémée, qui est un Commandant et non un Leader, peut changer d’unité d’accompagnement en se déplaçant durant la bataille). C’est aussi à l’aile droite qu’il installe sa cavalerie lourde. A l’opposée, l’aile gauche n’est couverte que par des cavaliers légers et concentre les piquiers égyptiens et l’infanterie moyenne mercenaire. Mais l’aile gauche sera plus fournie en infanterie, donc plus difficile à déborder si l’ennemi y concentre ses cavaliers. Les éléphants sont au centre, en attente de ce que fera le Séleucide.

Antiochos déploie la totalité de son armée dès le tour 1, car celle-ci, bien que composée d’autant d’unités, est plus maniable que celles du Lagide. Il mène personnellement toute sa cavalerie sur l’aile gauche, estimant plus faisable une percée là où l’ennemi place sa propre cavalerie lourde. L’aile refusée sera donc l’aile droite. La phalange avance derrière l’écran des fantassins légers, ces derniers couvrant aussi le flanc droit des piquiers.
Ptolémée réagit alors au dispositif séleucide en envoyant ses éléphants à sa droite pour s’opposer à la cavalerie séleucide. Antiochos fait de même avec ses pachydermes pour contrer cette manœuvre. Un instant il hésite à faire volte-face avec ses cavaliers et à utiliser son avantage en manœuvre (plus de points de commandement utilisables en bonus) pour traverser le champ de bataille afin de placer son attaque à droite. Mais finalement il se décide pour le choc à gauche et, à la fin du tour 4, s’engage sur cette aile une mêlée furieuse et très risquée pour les deux camps du fait de la présence côte-à-côte des éléphants et des cavaliers.


Ceci donne la situation suivante au début du tour 5 :





Les armées se sont décalées vers la gauche du champ de bataille où s’enchevêtrent hommes, chevaux et éléphants.
L’aile droite séleucide est déjà débordée par les forces lagides, mais le retard des piquiers égyptiens empêche ces dernières d’exploiter leur avantage numérique. L’infanterie légère séleucide harcèle la phalange ennemie et remplit son rôle d’écran. Une précision : l’infanterie légère est plus efficace en attaque et plus résistante en défense quand elle est supportée par des unités d’infanterie lourde sur ses arrières. Ceci incite les joueurs à utiliser les formations légères de cette façon, assez conforme aux habitudes de la guerre antique (mais d’autres utilisations tout aussi réalistes sont possibles).


Petit zoom sur la mêlée à gauche du champ de bataille :





On remarque l’enchevêtrement complexe des unités. Une unité d’éléphants lagides est quasi-encerclée, Antiochos n’ayant pas hésité à charger les monstres malgré le handicap qu’ils représentent par des cavaliers.

Chaque unité d’éléphants des deux camps est soutenue par des unités de son camp sur ses arrières : ceci leur donne d’avantage d’efficacité et de résistance, sur le même principe que l’infanterie légère. Toutefois, il y a des différences importantes qui soulignent la spécificité de cette arme à double tranchant :

• Les éléphants peuvent être supportés par n’importe quel type d’unité alors que les fantassins légers ne le sont que par de l’infanterie lourde.

• Les unités arrière de support, quelques soient leurs types, peuvent absorber les coups infligés aux éléphants, leur permettant donc de combattre plus longtemps, mais au prix d’un affaiblissement de la ligne derrière eux. Deux tactiques sont donc possibles avec les éléphants : les utiliser dans le cadre d’une force combinée qui gagnera ou perdra dans son ensemble (comme Poros le fit à l’Hydaspes ou Xanthippe à Bagradas) ou bien les utiliser comme un écran sacrifiable en avant de troupes de plus grande valeur qui laisseront les éléphants paniquer sans absorber leurs coups (comme le fit Hannibal à Zama).

• En cas de déroute ou de destruction d’une unité d’éléphants, les risques de panique pour les unités amies adjacentes sont accrus. Ceci simule la tendance des éléphants à devenir furieux au point de devenir une menace pour leur propre camp.


La présence des cavaliers accroît les risques liés aux éléphants, car la cavalerie est plus prompte à paniquer que l’infanterie lourde. La situation à la gauche du champ de bataille est donc hautement tendue.

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Raphia (LEGION) le Jeu 19 Aoû 2010 - 18:43

Tour 5 :


Le combat fait rage sur l’aile gauche séleucide. Les deux camps ont des unités affaiblies. Toutefois, la situation est plus difficile pour le Lagide en raison de l’infériorité de ses éléphants par rapport à ceux du Séleucide. Les éléphants égyptiens sont presque tous affaiblis et ceci crée une grosse menace pour l’aile de Ptolémée à cause des conséquences imprévisibles d’une déroute des pachydermes. Les forces d’Antiochos souffrent aussi, mais les coups subis sont plus dispersés et le risque de voir une unité craquer est pour le moment moindre.





Au centre et à l’aile droite séleucide, l’écran d’infanterie légère remplit bien son rôle. La phalange lagide est gênée et ne parvient pas encore à disperser les tirailleurs qui réussissent même à affaiblir certaines unités ennemies. Toutefois, la supériorité de la ligne lagide contraint à un recul celle du Séleucide, qui troque ainsi de l’espace contre du temps.


Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Raphia (LEGION) le Jeu 19 Aoû 2010 - 22:58

Tour 6 :


L’offensive de la phalange lagide se poursuit. L’arrivée en première ligne des piquiers égyptiens permet aux fantassins lourds de déborder les Séleucides tandis que la cavalerie légère se glisse sur leurs arrières.


Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Raphia (LEGION) le Ven 20 Aoû 2010 - 14:50

Tour 6 (suite) : Un drame pachydermique…


Alors que sur l’aile gauche lagide la situation semble faire pencher la balance en faveur de Ptolémée, une épouvantable catastrophe survient à l’aile droite.

L’unité d’éléphants quasi encerclée par la charge d’Antiochos subit un coup au but alors qu’elle est déjà affaiblie. Un choix se présente au Lagide : faire encaisser cette perte par une unité de cavalerie lourde la soutenant ou accepter la destruction des éléphants. Le test moral automatique que cette dernière hypothèse déclencherait présente un risque : les éléphants en pleine folie furieuse augmentent la probabilité de voir des troupes paniquer. Une évaluation erronée de la probabilité de l’évènement laisse penser le Lagide qu’il n’y a qu’une chance sur 6 que cela se produise (en fait, c’est plutôt 1 sur 3). Estimant préférable d’épargner les cavaliers et de se débarrasser d’une unité devenue handicapante, il choisit la destruction des éléphants.

Le dé est donc lancé pour le test de moral et donne…… 1 (aïe !). Le moral individuel des unités est ensuite calculé. La règle est qu’un moral de 0 entraîne la panique des unités adjacentes à des unités elles-mêmes détruites ou en déroute, ce qui est le cas des cavaliers adjacents aux éléphants détruits, mais (et c’est la cerise sur le gâteau pour le Séleucide), c’est aussi le cas des deux unités d’éléphants qui sont à côté d’elles !

Avec la panique des autres éléphants, les choses s’aggravent pour Ptolémée. Car, bien qu’en principe une unité ayant un moral de 1 ou plus ne panique pas, la présence d’éléphants en déroute dans un hexagone adjacent fait craquer les unités ayant un moral de 1 (les fameux éléphants qui se retournent contre leur camp…). Et donc la panique s’étend des éléphants vers les cavaliers lourds vétérans de la Garde et une unité de piquiers.


Tout ceci est résumé sur l’image suivante :





Et la conséquence de l'affaire est la situation suivante :





Le choix tactique risqué d’Antiochos a payé, aidé par une évaluation encore maladroite de ma part des risques liés à l’utilisation de cette arme délicate que sont les éléphants.

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Raphia (LEGION) le Ven 20 Aoû 2010 - 18:42

Superbe, je me régale à le lire, et en outre les dessins sont vraiment un plus dans le jeu jocolor Ils me rappellent ceux du raphia de CB, mais "complétés". TB !!!!!

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Raphia (LEGION) le Ven 20 Aoû 2010 - 19:04

CB ? Carte Bancaire ? T'es vachement vénal toi... Méfie toi de ta femme, elle t'influence beaucoup là... jocolor

Sinon, pour les pions, j'ai beaucoup utilisé les bouquins du WRG. Avec Photoshop, un petit copier-coller (je les ai trouvés en pdf...), du coloriage, et c'est parti !

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Raphia (LEGION) le Ven 20 Aoû 2010 - 19:13

CB = Casus Belli ! Oui oui pour les pions, très bonne méthode, ça donne vraiment du relief.

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Raphia (LEGION) le Ven 20 Aoû 2010 - 19:14

Par contre c'est un peu long... Mais quand on aime...

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Raphia (LEGION) le Ven 20 Aoû 2010 - 19:16

Tour 6 (suite) : L’exploitation


Comme si cela ne suffisait pas, les malheurs lagides sont aggravés par le fait que l’effondrement de leur aile droite a eu lieu durant la phase de résistance ennemie. Ce qui veut dire que la phase de mouvement suivante sera celle du Séleucide, qui pourra immédiatement exploiter son brillant succès.

Les assauts lagides ne sont guère efficaces et seule une unité légère d’Antiochos est affaiblie.

La phase de mouvement permet au Séleucide d’entraîner sa cavalerie sur les arrières égyptiens. Parallèlement, la phalange se prépare au choc : le succès des cavaliers rend désormais possible d’annuler l’avantage de l’infanterie ennemie. L’écran d’infanterie légère commence donc à être retiré, ce qui permet par la même occasion de mieux protéger les arrières menacés de la phalange.

Sur la gauche, une petite réorganisation permet de reculer prudemment une unité de piquiers et surtout une unité d’éléphants affaiblies (le spectacle du naufrage lagide incite à cette prudence).


Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Raphia (LEGION) le Sam 21 Aoû 2010 - 0:33

Tour 6 (suite et fin) : Et on remet ça…


La phase de résistance voit le Lagide un peu revigoré engranger quelques succès. Son infanterie bouscule les piquiers et les tirailleurs séleucides : plusieurs unités sont affaiblies. Les piquiers égyptiens sont en revanche totalement insensibles aux assauts ennemis.





Mais (et quel mais !), il était dit que ce tour devait être cauchemardesque pour les hommes de Ptolémée.

Une charge de piquiers séleucides entraîne un coup au but sur la dernière unité d’éléphants lagides, déjà affaiblie. Nouveau dilemme pour Ptolémée : sacrifier les éléphants ou bien faire absorber le coup par une unité de soutien. Cette fois-ci, le soutien est assuré par des piquiers. Si le coup est absorbé par eux, cela obligera à affaiblir une unité de valeur 2 alors que les éléphants ne valent que 1 : donc perte de valeur. D’autre part, si les éléphants sont détruits, les risques de panique des unités adjacentes ne sont cette fois-ci bel et bien que de 1 sur 6, car les unités d’infanterie lourde ont un moral plus solide que les autres. Donc, confiant dans les lois des probabilités, le Lagide se décide pour se débarrasser de ses derniers éléphants.

Test de moral automatique. Le dé est lancé. Résultat…………. 1 …………………. Bon……………… On remet ça ! (ça rigole beaucoup devant le PC)

Le moral de l’armée est de 0. Les fantassins lourds ont un bonus de +1 (+2 pour les vétérans qui accompagnent Ptolémée : heureusement !). Logiquement ils ne paniquent pas. Sauf que là, les éléphants sont à nouveau fous furieux et c’est la débandade !





Et ce nouveau coup du sort nous donne le résultat suivant :


Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: Raphia (LEGION) le Sam 21 Aoû 2010 - 12:24

Tour 7 :


La situation est critique pour le Lagide, mais il conserve quelques chances de redresser la situation.

La séparation entre Ptolémée et le gros de son armée en complique la gestion et le coût en points de commandement pour l’activer est accru. Toutes les unités peuvent encore être placées sous commandement, mais il n’y a quasiment plus de bonus pour les combats.

A l’aile droite, Ptolémée peut compter sur son excellente Garde, épaulée par une autre unité de piquiers. Il charge donc les éléphants séleucides, dont l’affaiblissement peut laisser espérer une déroute dangereuse pour l’ennemi.

A l’aile gauche, la manœuvre de débordement de la ligne séleucide se poursuit : une supériorité locale est conservée par les Lagides.





Les combats qui suivent ces manœuvres redonnent quelques espoirs à Ptolémée. Certes, ses propres attaques contre les éléphants séleucides sont infructueuses, mais la situation dans ce secteur reste dangereuse pour Antiochos. Surtout, des assauts efficaces de la phalange égyptienne permettent la destruction de deux unités d’infanterie légère ennemie, la déroute de deux autres (après test de moral) et débarrasse ainsi l’infanterie de Ptolémée de l’écran de tirailleurs qui la gênait jusque-là.


Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Raphia (LEGION) le Sam 21 Aoû 2010 - 22:46

8000 piquiers, ça doit faire un choc !!!!
En revanche, le redressement de Ptolémée est impressionnant Smile

Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: Raphia (LEGION) le Sam 21 Aoû 2010 - 22:49

Allalalai a écrit:
En revanche, le redressement de Ptolémée est impressionnant Smile

Eh eh... Il a quand même des obélisques pour modèles...


Bon, d'accord... thumbs down

Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: Raphia (LEGION) le Sam 21 Aoû 2010 - 23:01

zéro !!!!! jocolor Smile

Voir le profil de l'utilisateur

18 Re: Raphia (LEGION) le Sam 21 Aoû 2010 - 23:04

Tour 7 (suite) : Antiochos charge !


Les heureuses circonstances qui ont permis à Antiochos de profiter immédiatement de l’effondrement de l’aile droite lagide expliquent que sa cavalerie puisse charger les arrières de la phalange lagide au bout de deux tours seulement (une heure de temps réel).

Cette charge se conjugue avec l’assaut de l’infanterie séleucide : la phalange lagide est assaillie de toute part et diminuée dans sa puissance de choc.

A l’aile gauche, la redoutable Garde de Ptolémée contraint les forces séleucides, dont les éléphants, à reculer prudemment.




Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: Raphia (LEGION) le Sam 21 Aoû 2010 - 23:39

Tour 7 (suite) :


Les conséquences de la charge d’Antiochos ne se font pas attendre longtemps : une unité de piquiers lagides est détruite.





Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: Raphia (LEGION) le Dim 22 Aoû 2010 - 0:13

Dans ces cas-là, face à la cavalerie, la phalange tournait-elle la moitié de ses rangs vers la nouvelle menace ? Toutes les unités de phalanges n'étaient pas toujours prises par surprise comme à Rome Total War, des hommes autour assuraient la vision de cette unité ?

Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: Raphia (LEGION) le Dim 22 Aoû 2010 - 11:01

En fait, ici il ne s'agit pas tout à fait de surprise. A la lecture des règles on serait même surpris par la faiblesse du bonus donné à une attaque sur les arrières: décalage d'une colonne. Dans le cas d'une unité de cavalerie lourde qui a ordinairement une chance sur 12 de marquer un coup au but sur une phalange, elle aura 1 chance sur 9 en l'attaquant par derrière: c'est beaucoup mieux mais pas écrasant. Donc la phalange résiste sur son arrière. Mais elle ne pourra pas mettre en déroute l'agresseur: pour cela il faut qu'elle se retourne et charge avec toute sa masse.

Ce qui fait la gravité de l'attaque sur les arrières, c'est quand elle se combine avec une attaque sur l'avant:

D'abord, il y a des bonus supplémentaires pour les attaquants. Mais un peu surprenants et pas toujours évidents à obtenir.
  • Dans le cas de deux unités attaquant un ennemi par l'avant et par l'arrière, il n'y aura aucun bonus supplémentaire: il faut qu'une troisième unité soit en contact avec le défenseur pour obtenir cela (et en fait même pas besoin que l'un des trois soit sur les arrières: il suffit de deux unités en contact sur le front et une sur le flanc).

  • De même, il y a un malus pour l'unité encerclée qui attaque: il suffit pour cela que tous les hexagones qui l'entourent soit ou occupés par l'ennemi ou adjacents à lui. Si on regarde la carte, on constatera que cela peut être obtenu avec seulement deux unités l'encerclant sur le front et l'arrière mais à condition qu'elles soient exactement en vis-à-vis l'une de l'autre, sinon, il faudra une troisième unité pour handicaper le défenseur


Donc attention, c'est très technique: comme tu le fais remarquer, une unité attaquée sur les arrières ne se laisse pas simplement faire, elle s'adapte, résiste et la vaincre peut prendre malgré tout du temps...

Autre avantage: l'unité encerclé ne pourra contre-attaquer qu'une seule des unités l'encerclant. C'est en fait le principal atout qu'il y a à attaquer sur les arrières (plus la gêne de l'ennemi s'il veut fuir).
Supposons qu'une phalange attaque de front une autre phalange pendant qu'une unité de cavalerie fait de même sur l'arrière. A chaque phase de combat, les phalanges ont 1 chance sur 9 de se toucher si les attaquants ne sont pas idéalement placés, sinon le défenseur n'aura qu'une chance sur 12 (malus du fait de l'encerclement comme défini au-dessus). La cavalerie également 1 sur 9 (puisqu'attaquant sur l'arrière). Donc le camp qui encercle aura a chaque fois au minimum 2 fois plus de chance de toucher que l'autre, ce qui est énorme comme différence ! Mais statistiquement il peut s'écouler 5 phases de combat avant que l'unité encerclée ne soit détruite... Bref, c'est looooonnnnnnnngggggggggg.

Dans mon compte-rendu, ce qui explique la rapidité de la destruction de l'unité lagide au centre, c'est qu'elle était déjà affaiblie (donc il ne restait plus qu'à la toucher une fois) et les unités attaquantes étaient très nombreuses (4 !).

Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: Raphia (LEGION) le Dim 22 Aoû 2010 - 11:26

Comme historiquement, les phalanges égyptiennes bossent bien !

Voir le profil de l'utilisateur

23 Re: Raphia (LEGION) le Dim 22 Aoû 2010 - 11:43

Allalalai a écrit:Comme historiquement, les phalanges égyptiennes bossent bien !

Ouais mais les pachydermes ont complètement merdé...

Voir le profil de l'utilisateur

24 Re: Raphia (LEGION) le Dim 22 Aoû 2010 - 12:04

Tour 8 :


L’armée lagide tente de s’adapter à sa situation difficile. A l’aile droite, les assauts de Ptolémée continuent à mettre en danger de rupture les unités séleucides. L’aile gauche lagide toujours redoutable forme une nouvelle ligne et charge.




Voir le profil de l'utilisateur

25 Re: Raphia (LEGION) le Dim 22 Aoû 2010 - 12:53

Combien coûte la réorientation ?

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum