L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

C'est dans l'air du 4/9 : C'est notre Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1524 (vidéo disponible)

La quasi-éviction de Louis XIV et Napoléon Ier des programmes d’histoire au collège créée l’émoi en cette rentrée scolaire. Un collectif est dès lors parti en croisade pour sauver ces deux figures historiques françaises. Une pétition circule sur Internet.


Quelques mois après la polémique sur la suppression de l’enseignement de l’histoire aux élèves des classes de terminale scientifique, la réforme des programmes des collégiens suscite la controverse. Au centre de la discorde : le fait que la période de Louis XIV ni Napoléon Ier ne soient enseignés en tant que tel, mais dans des séquences plus larges, afin de faire de la place "à d’autres civilisations du monde".

Le règne du Roi-Soleil, jusqu’alors abordé en quatrième, est ainsi intégré à un thème général sur la monarchie absolue, sur lequel plancheront les élèves de cinquième à travers une étude du château de Versailles. Quant à Napoléon Ier, l’accent est mis désormais sur son rôle de proconsul et d’inspirateur du Code civil. Les grandes batailles de Valmy à Waterloo sont, elles, désormais passées sous silence.

Place, en revanche, est faite à la découverte l’empire africain du Monomotapa ou de Songhaï, mais aussi de l’empire chinois des Han ou de l’Inde des Gupta.

Cette refonte des programmes d’histoire pour les écoliers français, élaborée en 2008 pour prendre en compte "le socle commun de connaissances" et permettre, "en ce début de XXIe siècle, aux élèves de comprendre le monde", provoque depuis plusieurs semaines une levée de boucliers parmi les amoureux de l’histoire hexagonale.



Le débat était passionné et passionnant.

Voir le profil de l'utilisateur http://perrysheroes.free.fr/
Normal un tel programme scolaire d'Histoire, puisque la pensée est créée par une minorité de "bien pensants" qui rejette tout ce qui a fait la gloire de la France (sic le bicentenaire d'Austerlitz) et où il faut apprendre aux jeunes afin de les insérer dans le moule que la France n'a été au fil des siècles qu'un "méchant pays colonisateur" qui a exploité les "gentils africains".
Quant aux batailles du Roi Soleil ou de Napoléon Ier il ne faut pas en parler vu que c'étaient d'affreux dictateurs qui ont laissés des millions de morts sur les champs de bataille, et on oublie un peu trop facilement le bien qu'ils ont fait (l'Hôtel des Invalides pour les blessés de guerre, le code civil, la comédie française, les grandes écoles,etc...).
Il serait peut-être temps de mettre les démagogues au placard. Mad

Voir le profil de l'utilisateur
Parmi les invités il y avait :

Fabrice d’Almeida : Historien et professeur à l’Institut français de presse, au sein de l’université Paris II–Panthéon Assas.

Jean-Joseph Julaud : Ecrivain (L'Histoire pour les nuls) / ancien enseignant

Laurent Wirth : Docteur en histoire.

Dimitri Casali : Historien, enseignant, compositeur et directeur de collection.




Voir le profil de l'utilisateur http://perrysheroes.free.fr/
Et après on va se plaindre que la société française n'a plus de repère.

Mad

D'un autre côté avant de connaitre le monde ça serait bien de se connaitre soit même.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/
Pfff, moi sans porter d'attaques réelle ou désagréables, je ne vous comprend pas. Les questions nationales dans l'histoire sont fondamentales, mais dans le monde où nous vivons, l'ouverture à la connaissance de l'extérieur est fondamentale.
Je trouve ce type de débats lassants, redondants depuis des années et des années et surtout, ne tenant pas compte de l'évolution des publics et de la société, nationale ou mondiale.
Tous ces gens sont bien beaux, mais il n'y a qu'un enseignant, tous des universitaires exerçant des activités de recherche et non d'enseignement au plus grand nombre. Un seul est dit enseignant et je serai curieux de savoir en quelle classe.
Pour moi polémique stérile.

Voir le profil de l'utilisateur
c'est ton point de vue pas le mien.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/
Allalalai a écrit:Pfff, moi sans porter d'attaques réelle ou désagréables, je ne vous comprend pas. Les questions nationales dans l'histoire sont fondamentales, mais dans le monde où nous vivons, l'ouverture à la connaissance de l'extérieur est fondamentale.
Je trouve ce type de débats lassants, redondants depuis des années et des années et surtout, ne tenant pas compte de l'évolution des publics et de la société, nationale ou mondiale.
Tous ces gens sont bien beaux, mais il n'y a qu'un enseignant, tous des universitaires exerçant des activités de recherche et non d'enseignement au plus grand nombre. Un seul est dit enseignant et je serai curieux de savoir en quelle classe.
Pour moi polémique stérile.


Sur le fond je trouve très bien que les élèves est une vision mondiale plutôt qu'européenne ou française mais on prend Pierre pour habiller Paul.

Le problème pour moi :
- 30 heures d'histoire par an au Collège
- La réforme concerne les collèges, soit des élèves de 11-15 ans
- Des manuels à refondre ( encore des sous dépensés en plus les contenus ne sont pas les mêmes )
- C'est à l'enseignant de faire son programme ce qui conduira à des disparités.
- ca manque de figurines...

Voir le profil de l'utilisateur http://perrysheroes.free.fr/
Je suis d'accord la dessus, ça me rappel quand j'étais en fac d'Histoire sur la période de la restauration 80% des élèves ne connaissaient pas un roi de la période.

Je m'énerve tout seul parce que je suis peut être trop passionnée

Voir le profil de l'utilisateur http://www.histoire-et-miniatures.com/
+1
Je ne suis pas un "protecteur" de cette réforme, je trouve simplement que des idées sont bien. Leur mise en oeuvre me semble plus délicate, et je partage tes arguments SgtPerry, d'autant qu'il faut faire ça "à moyens constants" alors que cela nécessiterait certains efforts (je parle pour l'enseignement).
Même analyse pour les manuels, tu verrais si l'EN faisait jouer la concurrence réelle si les prix ne seraient pas revus à la baisse (en général le service public est 0 pour ça).
Et puis alors, quant-à faire un royaume africain, on s'en fout des Songhaï et de Djenné, c'est bon pour ma femme et son DEA !!!!! jocolor

Fallait prendre les Zoulous bon sang !!!!!!! jocolor

Voir le profil de l'utilisateur
C'est quand même bizarre : il faut s'ouvrir au monde et on supprime la mondialisation des programmes de géo en S ?
scratch

D'autre part, si les profs se coupaient des historiens, ce serait se cantonner à de bien misérables prétentions devant nos classes. Ou accepter sans piper mot "la vision positive de la colonisation" et autres ingérences du même tonneau. Les gens qui ont fait les programmes ne sont visiblement pas plus des profs que ceux qui débattent, ou alors ils ont tout oublié en cours de route. Evidemment les carriéristes suivront à la lettre...

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdebataille..org/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum