L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Machiavelli (Avalon Hill)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 1:41

Dernière acquisition :



Ce n'est certes pas une simulation (les règles sont à peine plus complexes que le Diplomacy originel dont il tire l'essentiel de ses principes), mais cela m'a l'air passionnant, d'autant qu'on peut jouer à huit.

Qui y a joué ? Des retours / idées ?



Dernière édition par Sylvestre Picard le Dim 21 Nov 2010 - 1:44, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 1:43

C'est un jeu génial. J'ai fait plusieurs partie par correspondance, c'est vraiment excellent.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

3 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 4:29

Ca fait un bout' que je pense essayer ce jeu...
Vous me tentez les gars... Magnify:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

4 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 11:37

On pourrait en savoir un chouilla de plus sur les règles/tours de jeu ...etc ?

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 12:27

Chaque joueur endosse le rôle d'une puissance de l'époque : Florence, Milan, Autriche, Venise, Papauté, Turcs, France, Naples.

Comme pour Diplo, l'échelle du jeu est la saison.
On commence par une phase de négociation libre entre les joueurs, puis chacun écrit secrètement les ordres qu'il donne à ses différentes unités, selon une codification stricte (ex : A TYR - MIL signifie "l'armée du Tyrol attaque Milan").
Ensuite, on révèle les ordres et ils sont tous résolus simultanément.
Les ordres disponibles sont :
- Attaquer
- Tenir (rien ne se passe)
- Convoyer (une Flotte peut transporter une Armée)
- Assiéger (une ville fortifiée)
- Soutenir (une autre unité en attaque ou défense)
- Conversion (une Armée ou une Flotte en Garnison ou vice-versa)

Il n'y a que trois types d'unité :
- Armée
- Flotte
- Garnison (permet de tenir les villes)

Comme une zone ne peut contenir qu'une seule unité, l'abstraction est le maître-mot : le combat se résout très simplement, le plus fort fait reculer l'autre. S'il ne peut reculer il est éliminé.

Chaque printemps, on procède à une phase d'ajustement : on compte les cités contrôlées par un joueur. S'il a plus de cités que d'unités, il gagne autant d'unités supplémentaires. Si c'est l'inverse, il doit éliminer des unités.

Voilà, en gros, les principes : rien de bien compliqué, d'autant que les règles sont claires et agrémentées d'exemples.


Voilà ce que c'est de piquer des images sur BGG : mais que fait cette flotte à Florence ?

Les règles avancées ajoutent une bonne dose d'épice : la plus importante, la présence d'argent (sous forme de pions très moches), qui permettent d'entretenir et de recruter de nouvelles troupes, mais surtout de financer des rébellions chez les copains... et de corrompre leurs unités. Si leur contrôleur ne peut s'aligner sur le montant de votre corruption, vous donnez un ordre à l'unité corrompue. Enfin, le joueur prenant le rôle du pape peut excommunier un autre joueur (interdiction de communiquer avec lui). Il y a aussi des tables de désastres naturels (peste et famine), des possibilités d'emprunt d'argent (avec des taux d'intérêts) et de recrutement d'unités d'élite... mais le tout reste d'un niveau de complexité faible (15 pages de règles claires et écrites gros).

Quatre scénarios permettent de varier les positions de départ, avec à chaque fois des variantes suivant le nombre de joueurs. Comment on gagne ? En contrôlant un certain nombre de cités (18 dans une partie à quatre joueurs ou moins, 15 à cinq joueurs ou plus). il est dommage que les scénarios ne proposent pas de conditions de victoire spécifiques.

Et puis, comme c'est un jeu de diplomatie, c'est un jeu de salope. Je citerai les règles : "Aucun joueur n'est tenu de respecter ses engagements, même s'il les a écrits et signés avec son propre sang". Ca fait envie, hein ?



Dernière édition par Sylvestre Picard le Dim 21 Nov 2010 - 12:39, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 12:29

Oui Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdebataille..org/

7 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 13:19

C'est un jeu qui prend toute sa saveur lorsqu'il y a un maximum de joueurs.

Pour ceux qu'il l'ont encore, j'avais fait dans un HS Casus Bellu un compte-rendu d'une partie jouée en entreprise.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

8 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 13:28

Casus Belli Hors-série numéro 9, "Jeux de stratégie", décembre 1993.



"Les jeux de diplomatie et la communication en entreprise", où tu traites des Diadoques et de Machiavelli.
On sait maintenant d'où vient la crise des subprimes.

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Dim 21 Nov 2010 - 13:40

On sait maintenant d'où vient la crise des subprimes.

En fait la crise des subprimes vient du fait que l'on ne joue plus ni aux Diadoques ni à Machiavelli en entreprise Wink

Merci d'avoir publiée cette couverture, cela m'a fait plaisir de la revoir. Mitte


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

10 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Lun 22 Nov 2010 - 4:37

Les règles sont assez ressemblantes à celles des Diadoques - personnages mis à part.
J'ai une vieille édition (1978 ?), jamais testée. On m'a souvent dit qu'il pouvait y avoir un déséquilibre des puissances de départ... Quid ?

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Lun 22 Nov 2010 - 9:19

Les puissances n'ont pas les même atoûts (position stratégique, puissance, ressources ou voisins), mais l'équilibre global est bien là.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

12 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Lun 22 Nov 2010 - 12:01

Sylvestre Picard a écrit:


Et puis, comme c'est un jeu de diplomatie, c'est un jeu de salope. Je citerai les règles : "Aucun joueur n'est tenu de respecter ses engagements, même s'il les a écrits et signés avec son propre sang". Ca fait envie, hein ?

ça a l'air intéressant comme jeu, j'imagine que ça marche aussi pour les engagements signés avec le sang de l'ennemi ? Smile

Merci en tout cas pour les précisions

Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Lun 22 Nov 2010 - 12:29

C'est quelle édition les beaux graphismes de la photo ?

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdebataille..org/

14 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Lun 22 Nov 2010 - 12:48

Avallon Hill... il suffit de lire le titre du sujet pour le savoir en fait Wink


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

15 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Lun 22 Nov 2010 - 20:09

Charles Antoine a écrit:
ça a l'air intéressant comme jeu, j'imagine que ça marche aussi pour les engagements signés avec le sang de l'ennemi ? Smile

Merci en tout cas pour les précisions

J'espère que mes explications sont claires ! Concernant le sang de l'ennemi : "Now I want you to remember that no bastard ever won a war by dying for his country. He won it by making the other poor dumb bastard die for his country."

santino a écrit:C'est quelle édition les beaux graphismes de la photo ?

En fait, Avalon Hill a publié deux éditions du jeu, la dernière datant de 1995 avec une jolie carte (celle des photos), la carte de la première édition étant plus... colorée, disons :

Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: Machiavelli (Avalon Hill) le Lun 22 Nov 2010 - 23:22

Semper Victor a écrit:Les puissances n'ont pas les même atoûts (position stratégique, puissance, ressources ou voisins), mais l'équilibre global est bien là.

C'est quand même plus dur pour florence et pour le Pape, surtout si ils ne s'entendent pas.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum