L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Crusader Rex présentation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Crusader Rex présentation le Lun 27 Déc 2010 - 17:45

Comme d'hab avec les zolies photos c'est là : http://fencig.over-blog.com/article-crusader-rex-presentation-63766953.html


Et sinon en copié collé rapido ci dessous.

*********************************************************************************


Crusader Rex : Présentation.

_ Seigneur Brice! Seigneur Brice ! Les sarrasins attaquent!
_ Une seule armée ou plusieurs ?
_ Au moins deux ou trois armées seigneur !
_ Ah, mince ! Quand il n’y en a qu’une çà va, c’est quand il y en a plusieurs qu’il y a des problèmes…


Voilà… Ca, c’est fait…

Maintenant, passons au jeu…

Crusader Rex est un wargame stratégique de Jerry Taylor et Tom Dalgliesh édité par Columbia Games qui vous propose de revivre la troisième croisade, de 1187 à 1192, dans le camp de Richard cœur de lion ou dans celui de Saladin.

Cette campagne de cinq ans est une véritable course contre la montre pour les deux camps en présence.

Saladin a réussit à unir sous une même bannière les musulmans de Syrie et d’Égypte pour faire bloc contre les Francs et chasser les chrétiens de Syrie et de Palestine. Il a toutes les cartes en main au début de la campagne avec 23 armées en place, de qualité souvent supérieure à celle des Francs et réparties en de puissants groupements.

De leur coté les Francs commencent avec des armées moins manœuvrantes et surtout dispersées sur le territoire qui risquent fort d’être submergées par la vague ennemie.

Cependant, plus le temps passe et plus le risque de voir arriver les croisades Françaises, Anglaise ou Allemande grandit. Et lorsque cela arrive ce sont de puissantes formations qui débarquent et qui, bien utilisées, sont susceptibles de renverser le cours de la guerre.

Bref, même si la situation initiale semble fortement en faveur des Sarrasins, la partie est loin d’être à sens unique.

Mais voyons tout cela de plus près.

Tout d’abord la boite.

Vue comme çà la couverture est très sympa:

Mais, manque de bol, ce n'est qu'une jaquette souple et plutot fragile qui masque une vulgaire boite d'emballage carton:


Là, franchement, c'est pas très classe au vu du prix.
Et cette première impression se confirme rapidement à l'inspection des composants.
Un peu plus d'une soixantaine de blocs de bois colorés, une planche de 63 autocollants, des cartes de jeu, un livret de règles de 8 pages, quelques dés et une carte, certes jolie mais ne méritant pas le qualificatif de carte montée ( elle est faite d'une sorte de carton souple, mieux et plus solide qu'en simple papier mais loin de la qualité des vieilles cartes de chez Avalon Hill par exemple).
Alors autant aborder tout de suite le point qui fâche:

Ce jeu se trouve aux alentours des 60 Euros selon les boutiques, et pour ce tarif, tout ce que l'on a c'est un pauvre livret de règles monochrome de 8 pages, des cartes, quelques blocs et une carte pas vraiment montée ???
Alors certes les blocs sont de qualité, la carte très jolie et les stickers bien imprimés et sans décalage.

Mais cela semble tout de même bien exagéré au niveau tarif.
Ceci étant dit passons à la suite.

Les blocs, représentant chacun une armée, verts pour les Sarrasins, Oranges pour les Francs:

Vus de plus pres ils sont jolis et lisibles:

Les cartes ( ben voui, je l'ai pas encore dit mais c'est un systeme à carte) plutôt jolies:

La carte, tres jolie et légerement cartonnée:


Le livret de regles monochrome:


Heureusement pour lui il a le mérite d'être clair et de présenter, en troisième colonne de chaque page, des notes historiques et des explications très appréciables.

Bon, voyons de plus près le système de jeu.

Les règles tiennent en huit pages ( en six si on élimine la colonne historique) et sont directement dérivées de celles de Hammer of the Scott. Intelligentes, bien rédigées, simples sans être simplistes, elles sont parfaitement adaptées à l'échelle et à la campagne simulée.
Ainsi, chaque année de jeu se divise en 6 tours eux même composés principalement d'une phase de mouvement puis d'une phase de résolution des combats.
Pour les mouvements, une carte jouée à chaque tour indique combien de villes sont activables, tous les blocs présents dans une zone activée pouvant faire mouvement, se déplaçant au plus de leur valeur de mouvement.
Bien sur le trafic maximal sur une route ( principale ou secondaire) est géré, ce dernier étant diminué si l'axe est utilisé pour lancer une attaque, simulant ainsi l'encombrement et la perte de temps générés par la logistique accrue, les phases et zones de regroupement, l'établissement des camps, les manœuvres de recherche etc...
Chaque bloc, représentant une armée, se voit attribuer, en plus des habituelles valeurs de mouvement et de combat une lettre représentant l'initiative et la vitesse de manœuvre.
Une formation dotée d'une valeur d'initiative A infligera ses dégâts avant une unité B, elle-même frappant avant une unité C. Le défenseur frappant avant l'attaquant en cas d'égalité.
Il sera ainsi possible à de la cavalerie légère de causer des dégâts à un adversaire plus lourd ou moins bien entraîné avant que celui ci ne riposte.
Cumulé avec la capacité de harcèlement dont disposent les unités de Sarrasins ( ainsi que deux unités Turcopoles), et qui leur permet de se replier immédiatement après avoir lancé une attaque ( à efficacité réduite cependant), cela rend ces derniers redoutables s'ils adoptent une stratégie d'usure.
Suivant la lettre d'initiative on trouve la valeur de combat, un chiffre de 1 à 4 indiquant la valeur maximale à obtenir sur chaque dé d'attaque pour infliger une touche à l'adversaire.
Enfin, la force d’un bloc, comme à l'accoutumée dans ces systèmes, est représenté par le nombre de diamants sur le côté supérieur quand le bloc est posé verticalement. La force détermine, en plus des pas d'attrition restant à l'unité, le
nombre de dés à six faces (d6) qui sont lancés par cette armée durant un combat. Un bloc avec une force de 4 lance 4 d6 (quatre dés à six faces); un bloc de force 1 lance 1 d6.
L'armée menée par Saladin lui-même, caractérisée A3, sera sure d'infliger des dégâts en premier avec la plus haute valeur de combat "courante" du jeu ( l'armée de Richard faisant exception, étant la seule pièce dotée d'un 4 en valeur de combat).
Mais alors que reste t'il à nos Francs, généralement dotés d'initiatives inférieures et de capacités de combat sensiblement égales ?
La charge de chevaliers !
Les chevaliers francs (tous les blocs sauf les Pèlerins, les Archers anglais et les Turcopoles) peuvent lancer des charges. L’effet étant de doubler les dés lancés lors d'un combat (6 dés sont lancés pour une force de 3) avec la contrepartie de s’infliger une perte pour chaque « 6 » obtenu ( afin de refléter la désorganisation, les chevaux qui s'emballent et les pertes inhérentes à ce type de choc).
Bien entendu, ces deux capacités spéciales ne sont utilisables que sur un champ de bataille "ouvert".
Hors de question pour les Sarrasins de lancer un harcèlement contre des défenseurs repliés dans une forteresse, ou pour les Francs de lancer une charge de chevalerie sur les remparts de cette dernière.
Par contre un défenseur Franc qui choisirait de tenter une sortie contre des assiégeants pourrait tout à fait profiter de cette capacité.
Ce qui nous amene naturellement aux sièges, particularités pour le moins importantes de cette période et qui sont très élégamment gérés par le système.
Chaque forteresse peut abriter un certain nombre d'armée, lesquelles, une fois retranchées nécessitent deux touches pour être réduites d'un pas lors d'un assaut ennemi.
Le dit ennemi ne pouvant lancer d'assaut qu'avec un nombre d'unités au plus égal au double de la capacité d'hébergement de la forteresse.
C'est simple et permet de simuler de manière tout a fait satisfaisante les assauts se heurtant à des remparts plus ou moins exigus et exposés.
Bien sur l'agresseur a l'option de choisir de mener un siège plutôt qu'un assaut, avec les conséquences habituelles pour les défenseurs, au fur et a mesure subissant des dégâts d'attrition dus au blocus.
Enfin, le dernier tour de chaque année représentant les deux mois d'hivers les plus sévères, les belligérants doivent se replier dans leurs quartiers d'hivers, oubliant toute velléité de combat ( sièges inclus) au risque de voir leurs formation disparaître purement et simplement.
La seule exception étant la carte "campagne hivernale" qui permet au joueur la détenant et la jouant au dernier tour de poursuivre les hostilités durant ce tour spécial.
Bien sur le système est doté d'un peu plus de chrome que les quelques éléments qui viennent d'être évoqués, mais ces quelques explications sommaires suffisent à priori à en donner une bonne vision.

Pour résumer ce jeu est doté d'un système clair, simple et élégant qui est parfaitement adapté à ce qu'il se propose de simuler.

Alors ? Au niveau du jeu ? Ca donne quoi ?

Et bien c'est une merveille.
Les parties sont tendues et réfléchies.
Les règles se font rapidement oublier au profit de la stratégie et du plaisir de jeu.
Alors, bien sur le joueur Franc devra serrer les dents durant les premiers tours, voir les premières années de jeu, en voyant le joueur Sarrasin prendre des villes et lui infliger régulièrement de sérieuses défaites.
Mais le temps joue en sa faveur.
Au fur et à mesure de l'avancée du Sarrasin, ce dernier voit ses dilemmes s'accroître.
Doit il continuer prendre de plus en plus de risques avec ses unités d'élite irremplaçables ou bien se résoudre à ralentir sa progression ?
La prise des sept principales villes donnant une victoire immédiate est elle réalisable ou bien est ce une chimère qui usera ses forces et le mettra a la merci des armées de croisés qui ne manqueront pas d'arriver ?
Faut il laisser une garnison dans chaque ville conquise ou conserver ses forces pour poursuivre la progression ?
Quel est la juste composition des forces à attribuer au siège de telle ou telle ville ?
Faut il harceler l'ennemi, échangeant du temps généralement précieux pour préserver ses armées ou accepter le choc contre de la chevalerie Franque en comptant sur la meilleure initiative de ses troupes pour réduire l'efficacité de cette dernière avant qu'elle ne riposte?
Etc... Etc...
De même le joueur Franc sera lui aussi confronté à de nombreux choix stratégiques.
Faut il porter une ou plusieurs armées au secours de cette ville assiégée ou profiter de l'engagement local des forces ennemies pour contre attaquer ailleurs ?
Faut il tenter une sortie avec ses dernières forces ou compter sur l'hivers pour obliger l'adversaire à rompre le siège ?
Faut il immédiatement lancer à l'offensive une croisade récemment débarquée ou plutôt l'utiliser pour renforcer ses défenses ?
Faut il défendre chaque ville bec et ongle ou se replier vers les ports pour réorganiser sa défense?

Tout cela en seulement huit pages de règles et une trentaine de blocs par camp au maximum...

Je le répète: Une Merveille.

Et c'est bien ce qui m'embarrasse.
Si le jeu avait été médiocre, il aurait été facile de se positionner quand à l'intérêt de l'acquérir.
Mais là c'est plus délicat.
On a un excellent jeu, aux composants honorables mais dont le prix laisse tout de même dubitatif au vu du contenu.
Alors ?
L'excellence du système et le plaisir de jeu suffisent ils à justifier un tarif visiblement exagéré?
Faut il l'acheter alors que l'on trouve, par exemple, un FAB the Bulge ( critiqué là: F.A.B The Bulge. Présentation ) avec des composants d'excellente qualité, plus de matériel, des livrets en couleur, un système tout aussi bon et le tout pour bien moins cher ?
Difficile de trancher, et pour tout dire, bien que j'adore ce jeu, j'ai acheté mon exemplaire d'occasion pour moins de 30 Euros port inclus.
A ce prix je suis enchanté de mon acquisition, mais tres honnetement, je ne suis pas sur que j'aurai été aussi ravi si j'avais du le payer le prix fort...

********************************************************************************************

Voir le profil de l'utilisateur http://fencig.over-blog.com/

2 Re: Crusader Rex présentation le Sam 1 Jan 2011 - 19:44

Je ne dirai qu'une chose sur le sujet :


Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdebataille..org/

3 Re: Crusader Rex présentation le Sam 1 Jan 2011 - 20:34

Crusader Rex : Présentation.

_ Seigneur Brice! Seigneur Brice ! Les sarrasins attaquent!
_ Une seule armée ou plusieurs ?
_ Au moins deux ou trois armées seigneur !
_ Ah, mince ! Quand il n’y en a qu’une çà va, c’est quand il y en a plusieurs qu’il y a des problèmes…

Selon mes sources, la situation était différente :
-" Seigneur, les sarrasins nous encerclent
- Parfait, on va pouvoir charger dans toutes les directions. DEUS VULT"

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Crusader Rex présentation le Dim 2 Jan 2011 - 4:39

Résumé et point de vue intéressants, merci! J'étais resté sur l'impression que ce jeu était très déséquilibré, je ne sais plus où j'ai bien pu lire ça. Peut-être au sujet d'une version antérieure des règles... Un achat prochain sans aucun doute maintenant, j'aime quand l'enthousiasme est contagieux.

Voir le profil de l'utilisateur http://wellingtonsmodels.blogspot.com/

5 Re: Crusader Rex présentation le Dim 2 Jan 2011 - 20:40

Je l'ai et j'y ai joué.
Je suis d'accord sur le fait que le système, d'apparence simple, se révèle beaucoup plus subtil qu'il n'y paraît.
En revanche j'ai tout de même l'impression d'un lourd handicap pour le croisé. Je serais curieux de connaître le ratio victoires croisées / nombre de parties jouées. Le mode d'apparition des renforts (armées de la 3ème croisade qui doivent attendre d'être complètes pour entrer en jeu) y est sans doute pour quelque chose.

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Crusader Rex présentation le Mer 5 Oct 2011 - 0:56

La 2ème édition de Crusader Rex est parue. J'ai reçu un mail de confirmation d'envoi. Dès réception, j'essayerai de voir ce qui a changé, outre le design de la carte et des pions.



Dernière édition par Shandiel le Mer 5 Oct 2011 - 10:04, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Crusader Rex présentation le Mer 5 Oct 2011 - 9:52

Moi aussi je n'ai eu que des echos négatifs sur l'équilibre du jeu, d'où ma surprise à la lecture du post de Fencig! Suspect

Perso je n'ai pas d'opinion, n'ayant pas essayé le jeu, pour les raisons ci-dessus...

J'attends donc avec impatience le retour de Shandiel, car je suis très amateur des jeux Columbia! (à blocs)

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Crusader Rex présentation le Mer 19 Oct 2011 - 7:09

Bon, j'ai reçu ma copie du jeu et j'ai jeté un coup d'oeil à la bête, des changements, il y en a un paquet Peur
La valeur des pions tout d'abord, certains d'entre eux ont des valeurs différentes de la 1ère édition. Difficile de faire un inventaire exhaustif, disons que d'un point de vue général, certaines unités franques gagnent en puissance de feu, elles touchent mieux, tandis que quelques unités sarasines perdent en classe de vitesse, elles agissent moins rapidement dans le tour de combat.
La carte a également été modifiée. Son design se rapproche de celui de la carte de Julius Caesar. De plus, la valeur des villes (qui indique le nombre d'unité qui peut se réfugier dans la place forte associée) a été augmentée à plusieurs endroits, mais le nombre d'unités pour l'hivernage n'est plus triplé comme en 1ère édition, il correspond maintenant à la valeur des villes. Chaque ville possèdant au moins 1 blason se compose de 2 parties : le field, qui correspont au champ de bataille autour de celle-ci, et le castle, qui correspond aux enceintes fortifiées et/ou aux forteresses. Quand les blocs d'un joueur sont attaqués dans une ville, il a la possibilité de combattre dans le field, c'est à dire sur un champ de bataille ouvert, ou de se retrancher dans le castle (dans la limite du nombre de blason de la ville) ou de combiner les deux.
Concernant les règles, elles ont été modifiées un peu partout. C'est assez difficle d'en faire un résumé tellement les changements sont nombreux en voici quelques exemples :
- La limite des mouvements est maintenant de 4 blocs sur une route principale et 2 sur une route secondaire. Cette limite était la même en 1ere édition quand on attaquait mais elle était doublée (8/4 blocs) en cas de simple mouvement.
- La charge des Chevaliers Francs est moins aléatoire: en 1ère édition, on doublait le nombre de dés à lancer de l'unité mais tout résultat de 6 provoquait un auto dégât, maintenant, le nombre de dés reste le même mais l'unité touche mieux (si elle touchait sur 1 à 3 sur 1 dé 6, elle touche maintenant sur 1 à 4 en charge et 6 provoque toujours un auto dégât).
- Le tir de harcèlement des unités sarasines est maintenant limité aux seules unités nomades (et non plus à toutes les unités de plus de 1 pas) mais n'est plus diminué d'un pas.
- Les regroupements après les combats sont moins restrictifs. On peut maintenant faire un regroupement vers une ville adjacente amie mais aussi vers une ville adjacente ennemie vacante.
- Il n'y a plus que 3 rounds de combat par tour. Auparavant, un 4ème round était utilisé par l'attaquant pour retraiter du champ de bataille en subissant encore le feu de l'ennemi (comme cela se fait dans Julius Caesar), maintenant le combat s'arrête à la fin du 3ème round et les unités attaquantes sont forcées de retraiter en cas d'insuccès (sauf si l'ennemi est retranché dans sa forteresse auquel cas l'attaquant peut également faire le siège).
- L'assaut d'une forteresse est maintenant plus difficile : il est limité à la valeur de la ville (de 1 à 4) mais les unités qui partent à l'assaut n'ont plus que deux options : tirer ou retraiter (en lieu et place de tirer) et ne peuvent donc plus être remplacées par d'autres unités dans l'inter round entre 2 rounds d'assaut comme précédemment. De plus, tant qu'il reste des unités en assaut, l'attaquant n'a plus la possibilité d'interrompre celui-ci, il doit continuer ou retraiter.

Je n'ai pas encore testé le jeu mais rien qu'à la lecture, on voit bien que les changements sont plus qu'annecdotiques. On peut presque considérer cette 2ème édition comme un autre jeu par rapport à la 1ère.

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Crusader Rex présentation le Mer 19 Oct 2011 - 10:03

Bon, bon... Dis nous ce que ca donne en jeu des que tu peux...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

10 Re: Crusader Rex présentation le Mer 19 Oct 2011 - 20:50

Damned, ils ont refait tout le jeu finalement Shocked
Apparemment dans le sens de modifier l'équilibre en faveur des Francs
faut voir...
Ils vendent les stickers à part ?

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Crusader Rex présentation le Jeu 20 Oct 2011 - 6:15

Dupleix a écrit:Damned, ils ont refait tout le jeu finalement Shocked
Apparemment dans le sens de modifier l'équilibre en faveur des Francs
faut voir...
Ils vendent les stickers à part ?

Oui, ils vendent les stickers à part (Crusader Rex Labels $10.00), mais ils ont également modifié la carte (Crusader Rex Map $24.00 ou Crusader Rex Mounted Map $40.00) et les cartes événement (Crusader Rex Cards $10.00). C'est peut-être mieux de racheter directement le jeu en entier Whistling Pour la page d'achat des parties de jeu, voir là :
http://www.columbiagames.com/cgi-bin/query/cfg/bits.cfg

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum