L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] Aachen, first to fall - Decision Games - folio games series

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

Voici un CR relatif à la bataille qui se déroula entre septembre et octobre 1944 pour la prise de la ville d'Aix-la-Chapelle - Aachen en allemand, ex-capitale impériale, ex-capitale de Charlemagne, et clé du coeur économique du Reich. Ce doit être la première ville allemande à tomber sous le contrôle des alliés.

Maintenant, applaudissez. Car voici les forces en présence.



L'affrontement se fait à l'échelle du bataillon. On dénombre 48 unités allemandes, à gauche, contre 42
unités américaines. On note la forte proportion de troupes blindées et mécanisées chez les
américains, qui représentent la moitié des effectifs. En comparaison, les allemands paraissent dotés
d'une capacité offensive moindre que leurs adversaires. Mais cette faiblesse relative peut être
compensée ; d'une part, le corps de manoeuvre blindé allemand reste redoutable, et d'autre part, il y a le West Wall.

Le West Wall ?

Was ?

Hé beh, c'est une ligne de positions fortifiées qui va conférer aux forces qui les occupent un bonus tel qu'il va doubler leur potentiel de défense. Autant dire que ce sera pas de la tarte de gicler les boches de là.

Or, le joueur américain va devoir occuper un certain nombre d'hex fortifiés du West Wall - ils seront en rouge sur la carte de jeu - car c'est la condition d'arrivée de renforts, en l'occurrence l'excellente 2ème division blindée.

Mais voici maintenant la disposition des troupes sur le champ de bataille, avec le nom des principaux secteurs.



Conditions de victoire : les américains doivent occuper la totalité des hexagones d’Aachen ainsi que 6 hexagones marqués d’une étoile rouge et figurant chacun un point de victoire.

Désolé, sur la carte, on les voit pas, ils sont hors champ. En réalité ils sont en tout haut, à gauche et à droite. Ils figurent l'entrée au coeur des terres du Reich millénaire.

Si la totalité d’Aachen est occupée mais qu’il y a moins de 6 hexagones de victoire sous contrôle
américain, il y a égalité.

Si Aachen n’est pas occupée en totalité, la victoire est allemande, et ce quel que soit le nombre de
points de victoire remporté par les américains.

Le jeu comporte vingt tours. Avec des renforts pratiquement à tous les tours, mais principalement allemands.

La 2ème DBUS est activée si un certain nombre d'hex rouges, à la fois continus et adjacents à la rivière Wurm sont sous contrôle allié.

Bon béh. Voili voilà. Hrum.

Peut-être qu'on peut... Hum. Des chips ? Ha nan j'en ai pas. J'ai des cahouettes.

ET PIS KOA ENCORE !!! Des chips au goût barbecue, maintenant !!! Non mais ho, tu prends c'k'y y'a et tu fais pas chier !!

Non mais.

HA OUI !!!

Au fait !

J'oubliais.

Petit détail.

J'ai dit que le jeu comptait vingt tours. Mais pour rajouter un chouilla de piquant, le nombre de tours diminue à chaque perte d'unité américaine. En clair et par exemple, si les GI's perdent deux unités au premier tour, le jeu ne durera plus que 18 tours ; si ensuite au tour 2 ils en perdent une, le jeu ne durera plus que 17 tours, etc.

Mouhahahahahah !! C'est dégueulasse, non ?

Le jeu prévoit la phase suivante : mouvements US, combats US, mouvements et combats des unités blindées US, puis la même chose, symétriquement, pour les forces allemandes.

Les forces bénéficient de supports nombreux qui s'ajoutent à leur capacité offensive (s'ils sont joués en attaque) ou défensive (s'ils sont joués en défense) : artillerie légère, lourde, blindés, et aviation pour les alliés.

Bon alors.

On y va ?

TOUR 1

On peut pas dire que les ricains se cassent la binette.

Sur Aachen et Rote Erde, ils avancent tranquille peinard, regroupant leurs forces mais n'osant foncer ni accrocher l'ennemi. Le temps de tirer une taffe et d'apprendre à goûter la choucroute.
Ha, si, y'a quand même une chtite attaque sur Rote Erde, mais qui donne pas grand chose contre les volksgrenadiere.

Les Gi's, les pôvres. Faut les comprendre. N'ont pas assez de bidasses pour la prendre, la ville. Doivent d'abord se concentrer sur la ligne fortifiée.

Car c'est là que tout se passe. La 30ème DI envoie ses fiers ptits gars à l'assaut sur Ubach-Pahlenberg avec moult supports et en hurlant de magnifiques cris de guerre. UUUUUUHAAAAAARRRRHHHH !!!!

Pétard, Thor et Odin se font dessus !

Mummy ! Tu serais fier de ton fils !

Malheureusement, les allemands répondent présent, JA-JA-JA !!!

GOTT MIT UNS ! braillent-ils, les teutons, vu qu'ils repoussent fissa les GI's sur la rivière Wurm.

Kartoffeln ?

Tout ça pour ça.

- Mais-heuuu !!! On voulait tester la détermination ennemie, mon général !!
- Bordel, bande de ptits branleurs, bah c'est réussi !! D'abord, vous avez même pas attaqué au bon endroit. Ubach-Pahlenberg, c'est bien, mais Geilenkirchen, c'est mieux !! C'est là qu'y a le carrefour routier qui permet de pénétrer à l'intérieur des terres et donc vers les points de victoire ! Z'êtes des nuls ! T'ain, j'ai les boules, servez-moi un double scotch !!

C'est ça, réfugie-toi dans la boisson, mon ptit pote. Mais c'est que le début.

- Shit, general, the german attaquent !!

Hé ouais, fallait s'y attendre, bande de bleus-bite.

Contre-attaque à partir des positions fortifiées et boum, on leur fracasse un bataillon, ils nous en pourrissent un du 117ème d'infanterie et ils en obligent un du 120ème à foutre le camp la queue entre les jambes.

En tout, cela donne à la fin du tour ce qui suit.



Bref. Côté ricain, on est pas là pour se poiler.

La suite, bientôt.

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
La suite, la suite
Il y a l'air d'y avoir un trou dans la défense allemande à la droite de Ubach non ?

Voir le profil de l'utilisateur
Bon allez.

Les américains doivent se sortir les doigts.

Le général gueule haut et fort.

- Bottez-moi le cul au 1er bataillon du 26ème d'infanterie et dites-lui d'entrer dans Aachen maintenant !!

Sitôt dit, sitôt fait. Les GI's entrent dans la ville.

Et en musique, siouplé.

- THIS IS MY RIFLE, THIS IS MY GUN ; THIS FOR FIGHTING, THIS IS FOR FUN !!!

Qu'ils braillent.

Les beaux gosses d'outre-atlantique entrevoient déjà les cholies pépées qui se jettent dans leurs bras en leur réclamant clopes, chewing gum, et plus si affinités.

On en discernerait presque la bosse sur le treillis.

Mais pétard, quelle déconvenue. Car à la place de cette jolie vision, c'est plutôt le feldgrau du beau gros landser grognant, bien accro à ses positions, bien revenu du front de l'est, qui ne graille que des rations de combat, serrant les dents, serrant les fesses, serrant son fusil.

Et il est pas kontent, le landser.

Nein-nein-nein.

Au point qu'avec ses ptits copains, un peu d'huile de coude et de détermination, il parvient à bloquer net la progression des américains dans Aachen. Et aussi dans Rote Erde.

Merde, je sens que ce faubourg va être chaud à prendre.

Diantre, ça craint. M'enfin, faut pas se plaindre : déjà un hex d'Aachen de conquis.

Le général :

- Maintenant, réveillez-moi les bleus-bite de la 30ème mécanisée, nom de nom, que ces foutus flemmards se jettent à l'assaut des fortifications ! et qu'ils me boutent les schleus !

Cette fois, pas de connerie. On envoie les bidasses sur Ubach-Pahlenberg ET sur Geilenkirchen.

Et en plus, le grand luxe : on fait précéder l'assaut d'un super-beau tapis de bombe.

Alors, après le vrombissement excitant des gros navions de l'Oncle Sam, giclant leurs bombes sur les positions ennemies, c'est de nouveau...

... La grande classe des cris de guerre des bidasses crapahutant à l'assaut en montrant les chicots, avec les explosions de la riposte ennemie, les pertes, les flux, les reflux, les remontées à l'assaut et les caleçons mouillés.

Mais les schleus en question, ils tiennent grave leurs positions.

Ou presque.

- OH, LES GARS !! ON A PRIS UN HEX DE FORTIFICATIONS !!
- Vous vous rendez compte ? UN HEX !!
- Wah, c'est le pied !!
- Wah, on est des grands vainqueurs !

Ouais.

Avec UN HEX pris dans Aachen, la bataille avance...

... drôlement bien.

La contre attaque allemande lance un bataillon de la 526ème DI contre un du 119ème avec un shoot maousse de supports.
Manque de bol, en crashant le 119ème, les allemands de la 526ème sont aussi mis hors de combat.

Les ricains arrivent à choper un 2ème hex de fortifications, mais ils piétinnent.

Le général US se prend la tête à deux mains, se la cogne sur la table et maudit ses trouffions. Tout autant que l'excellente défensive ennemie.

Le Herr general teuton, lui, sirote son schnapps et demande un plat de choucroute.

Et vous.

Vous voulez pas des crakers ?

Et à la fin du tour, voici la synthèse.



Pertes US : trois unités. Pertes allemandes : trois unités.

Y'a encore du taf.

Bientôt la suite.

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
Un CR avec de l'ambiance ! Wink

Avec ces hexes de WestWall, ça me fait un peu penser à Operation Grenade (SPI) (pas le même système). Decision Games pourrait quand même faire un plus gros effort pour renouveler ses designs...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bir-hacheim.com
C'est vrai qu'on pourrait croire la même carte...
Bien vu Bir !

Et bravo pour le CR, Manu.
Tu trouves comment le système ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kronoskaf.com/syw/
En attendant, Grenade ou aachen, elle est fonctionnelle et ne pique pas les yeux. Je préfère cela à des nouveautés new art délirantes Shocked

Voir le profil de l'utilisateur
Parlerais-tu de:

Wink

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bir-hacheim.com
[Et bravo pour le CR, Manu.
Tu trouves comment le système ?[/quote]


Merci !!

Je reviendrai sur le système de jeu après la fin du CR. Dans l'immédiat, je préfère laisser parler la poudre.

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
Au fait, j'avais oublié de le préciser. Précédemment, c'était le

TOUR 2

Maintenant, voici le

TOUR 3

- UUUAARRRRRRRRHHHHHH !!!
- WAAAAAAAAAARRRRRRRHH !!
- GRAAAAAOOOAAAAARRR !!
- WOOOOOOOOORRRRHH !!!

- A ton tour, ptit gars.
- Heu. Waaaaaaaaaaah.

- Nan. Nan. NAN, NAN, NAN.
- Bah quoi ?
- Pétard, on a dit : un cri de guerre, mon gars. Tu sais ce que ça veut dire, un cri de guerre ? Attend un peu.

Hrum. Kheuh. Hreum.

- HUUUUUUAAAAAAAAARRRRRRRRRRHHHHRRRHRHRHRHRHRHRHHHGGGHHHHHHHHH !!!!

- Bon, t'as pigé ? Alors vas-y.
- UAHUAHUAHUAHUAH !!!

Mouaich. Pas encore ça, hein.

Faut pourtant du courage aux bidasses. Doivent s'élancer à l'assaut de positions fermement tenues par des soldats allemands tenaces, et décidés à ne pas laisser un pouce de terrain de la mère patrie à ces américains vulgaires.

Deutschland, Deutschland, über alles...

Surtout à une époque où le métal et le macdo n'existent pas encore.

Combats urbains dans le faubourg d'Aachen, Rote Erde. Attaque soigneusement fignolée, ficelée, ciselée, au cordeau, bien pourvue en supports. Malheureusement, l'allemand semblait l'avoir parfaitement anticipée et oppose une résistance acharnée. L'assaut est brisé, un bataillon du 119ème reste contenu à l'entrée du patelin.

- BEEEEUUUUUAARRRRH !
- WAAAAAARRRRHHHGH !
- RAAAAAAAAOOOAAAAGGGH !

OUAIS, HO, çA VA, ON A COMPRIS !!

Combats intenses sur Geilenkirchen. Nos boys ont fini par entraver que ce coin est primordial. Un bon coup de tapis de bombes bien grasses. Smile !! Un autre bel assaut bien monté, et zou ! On te me déloge le 48. infanteriedivision à grand coups de rangers au derche. A nous la bière et les saucisses ! L'endroit sera glorieusement occupé par un bataillon du Combat Command B de la 3ème DBUS et un de la 29ème DI.

Une autre brèche dans la défense teutonne est ouverte à Ubach-Pahlenberg. Une vague de bombardements précédant un assaut permettent de chasser les landser d'une bonne partie de la ligne fortifiée. Le 343ème d'infanterie allemand douille sévère avant de clapoter, mais le 120ème d'infanterie est trop amoché pour aller plus avant.




Commence à être bon, les gars !

D'autres attaques américaines portent leurs fruits dans des secteurs secondaires où plusieurs bataillons ennemis sont mis hors de combat.

Laissons maintenant la parole à notre joueur allemand.

Ja, ja ja, danke shön.

Ach, les ricains, fous kroyez que fous nous afez foutus eine taule, ja ?

Zans tékonner, fous allez l'afoir grave tans le...

Non, ho, Helmut, t'es gentil, j'taime bien, mais franchement, laisse tomber l'accent, ça craint.

Ja ? Ha pon.

Puisque personne ne veut de mon bel accent de la langue de Goethe, bah tant pis pour vous. Mais que ça ne m'empêche pas de déplacer mes cholies troupes. Sur le West Wall, j'ai mon superbe 219ème blindé que je te me balance droit sur Ubach-Pahlenberg pour combler la brèche ; j'ai aussi le 689ème, et un petit 352ème d'infanterie à la suite que je fais bouger.

Rote Erde reçoit le renfort de mon 506ème blindé, ACH JA, ZA FA ÊTRE KAPUTT LES RIKAINS, AHAHAHAHAHACH !!!

Hrum. Pardon. Je me suis oublié.

Puisque mes défenses sur le West Wall commencent à être pas mal dégarnies, c'est là que je vais porter le gros de mes attaques. Alors ça pète grave, ça explose de partout, ça gicle, ça pisse, ça hurle, ça pète, ça fracasse, ja ja ja, et poum ! Je te me gicle le bataillon CCH de la 3ème DBUS, KAPUTT !!
Mes 343ème d'infanterie et 219ème blindé sont victorieux, mais mon 148ème d'infanterie se heurte au 120ème US.

Enfin, sur Rote Erde, mes volksgrenadiere du 246ème et mon 506ème blindé mettent la honte, castagnent, défoncent, étripent, écorchent, arrachent, et enfin mettent hors de combat avec une très grande classe un bataillon du 119ème d'infanterie US.

Mouhahahahah !

Ouais, okay, j'ai paumé Geilenkirchen et plus d'unités que vous, mais c'est pas grave, les ricains, vous piétinez quand même.

Ce qui donne la synthèse suivante à la fin du tour :



Pertes allemandes : 7 unités.
Pertes US : 5 unités.

ACH ! ! BIER, SAUERKRAUT UND POUDRE A KANON !!

La suite, bientôt.

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
birhacheim a écrit:Parlerais-tu de:

Wink

Mh, hallucinante la carte.

Je me croyais parti à la cueillette aux champignons et presque ! Omaha beach...

Blink

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
Manu a écrit:

UUUAARRRRRRRRHHHHHH !!!
- WAAAAAAAAAARRRRRRRHH !!
- GRAAAAAOOOAAAAARRR !!
- WOOOOOOOOORRRRHH !!!

- A ton tour, ptit gars.
- Heu. Waaaaaaaaaaah.

- Nan. Nan. NAN, NAN, NAN.
- Bah quoi ?
- Pétard, on a dit : un cri de guerre, mon gars. Tu sais ce que ça veut dire, un cri de guerre ? Attend un peu.

Hrum. Kheuh. Hreum.[/justify]

- HUUUUUUAAAAAAAAARRRRRRRRRRHHHHRRRHRHRHRHRHRHRHHHGGGHHHHHHHHH !!!![/b]

- Bon, t'as pigé ? Alors vas-y.
- UAHUAHUAHUAHUAH !!!

Mouaich. Pas encore ça, hein.

.

ça alors Shocked , y en a qui arrive à jouer leurs wargames tout en faisant l'amour à leur compagne!!!!

Voir le profil de l'utilisateur
nancy 1477 a écrit:

ça alors Shocked , y en a qui arrive à jouer leurs wargames tout en faisant l'amour à leur compagne!!!!

Et il y met du cœur, le bougre !

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bir-hacheim.com
Oui, ça fait même un peu peur pour les partenaires de jeu éventuels...
Je vais peut être penser à changer de département... Wink



Dernière édition par Elem le Mar 7 Fév 2012 - 16:10, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur
birhacheim a écrit:
nancy 1477 a écrit:

ça alors Shocked , y en a qui arrive à jouer leurs wargames tout en faisant l'amour à leur compagne!!!!

Et il y met du cœur, le bougre !


Prenez-en de la graine, messieurs !

jocolor

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
Elem a écrit:Oui, ça fait même un peu peur pour les partenaires de jeu éventuels...
Je vais peut être penser à changer de département...

Bon, la Marne c'est encore loin pour nous... Ouf !

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bir-hacheim.com
Manu a écrit:
Prenez-en de la graine, messieurs !
Wink

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bir-hacheim.com
TOUR 4

Non.

Le général allemand d'Aachen n'est pas un Benny Hill avec un casque à pointe et des tessons de boutanche en guise de lunettes.

Il n'est pas poursuivi par tout un groupe de personnes furax pour je ne sais quelles raisons, et n'a pas pour finalité de taper du plat de la main sur le crâne chauve de son faire-valoir octogénaire.

Le cave se paye en réalité le luxe de recevoir deux bataillons d'infanterie en renforts, qui arrivent par le haut de la carte (juste en dessous de la table des terrains, le patelin s'appelle Aldenhoven).

Le temps qu'ils rappliquent, les GI's vomissent littéralement leurs troupes sur le West Wall, et arrachent les hexes de fortifs les uns après les autres. Ils complètent leurs lignes sur Ubach-Pahlenberg et Geilenkirchen.

Les yanks parviennent ainsi à occuper 9 hexes du WW (entourés en rouge), dont 5 attenants à la rivière Wurm, points qui ne sont pas connectés entre eux - ce qui ne tardera plus.

Ce qui veut dire :

La 2ème DBUS sera activée au tour suivant.

- C'est possible, les mecs, de boire de la Bud dans vos chopes de bière teutones ? Faudra apprendre à jouer au base-ball, aussi.

Pour faire bonne mesure, le yankee prélève quelques bataillons sur les secteurs secondaires et les fait remonter sur Aachen - un bataillon du génie, un du 117ème, et un du 26ème.

Là, les combats s'intensifient. Les attaques US sont précédées de bombardements et soutenues par un max de supports, mais comme les morbaques, les allemands en prennent plein la tronche, et pourtant s'accrochent. Une fois encore, les GI's se ramassent méchamment devant Rote Erde et Aachen.

Pétard, à croire que les pertes encaissées par les germains ne leur font rien du tout ! C'est quand même pas faute de s'appliquer !

Smile !

Quand à l'allemand, il fait descendre ses deux bataillons de renforts droit sur Geilenkirchen, et maintien ce qui lui reste de troupes sur le WW. Juste histoire de fixer l'adversaire. Et de lancer sur le WW des combats retardateurs qui devront empêcher un maximum de mangeurs de burgers de débarouler vers Aachen et les points de victoire.

Rusé, le teuton ?

Puisque le yankee n'arrive pas à prendre Rote Erde, le landser va tenter de l'y bouter. Le gros des attaques allemandes effectuées dans le patelin échoue toutefois dans cette mission, malgré l'intervention de bataillons blindés et une bonne allocation en supports. Mais la ligne reste solide, n'y a aucun recul.

L'américain n'en finit pas de maudire la défense allemande - décidément très bonne - tandis que l'allemand, lui, ne cesse de lancer des bordées de poilades sarcastiques toutes les fois que son adveraire se ramasse.

C'est que le temps joue pour lui, à force.

Ce qui donne à la fin du tour la synthèse suivante.



Pertes allemandes : 10.
Pertes US : 5.

Progrès US dans la bataille. Hum. Pas terrible.

Le goût de la saucisse est parfois amer (non c'est pas un titre de film).

Un ptit cri de guerre, msieurs-dames ?

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
TOUR 5

Mesdames, Messieurs, sur votre droite vous pouvez admirer la ville d'Aachen disputée à la Wehrmacht.

Ha, Aachen, son air pur, ses rues, ses bâtiments, ses ruines, ses monceaux de gravats après combats et bombardements.

Sur votre gauche vous avez les positions fortifiées du West Wall, pratiquement entre les mains des américains.

Le ciel est clair, bleu sans nuages ni vent, la température au sol est de 15°.

N'oubliez pas le petit sac en papier, juste devant votre siège.

Et n'embêtez pas trop l'hôtesse si elle vient vous proposer une chtite boisson.



C'est l'entrée en jeu de la 2ème DBUS, qui prend place sur la rivière Wurm, en contrebas d'une ligne Geilenkirchen-Ubach Pahlenberg.

Quatre brigades mécanisées et quatre brigades blindées, rien que ça. Mais qui ne pourront pas bouger avant le tour suivant.

Pour le moment, de nouveaux combats opposent yanks et mangeurs de choucroute. Pour ceux-ci, ça devient pour le moins gênant. Sur le WW, ils perdent deux bataillons après assaut, en dépit des pertes infligées à l'adversaire. D'autres unités sont mises hors de combat sur Ubach-Pahlenberg, sans trop de casse pour l'américain - les renforts arrivés au tour précédent, dommage.

Et d'ailleurs, à partir de Geilenkirchen, la voie est entièrement libre désormais.

- Général !
- Yeah ?
- Le 2ème bataillon du 26ème d'infanterie vient de prendre sans combats le bourg de Kornelinmunster au nord-est d'Aachen!
- Qu'est-ce que j'en ai à carrer, soldat ?
- Général, c'est un point de victoire pour nous !!
- YEAH, fais péter la picole, ptit gars !!

Et d'un !!

Dans le secteur d'Aachen, par contre, les GI's tentent sans réel succès de débloquer la situation. Ils n'enregistrent aucun progrès. Les allemands continuent à les contenir avec une farouche détermination. On sent la guerre d'attrition, dans le patelin.

Le Hun n'a plus de quoi faire le bravache, maintenant. On pourrait presque sentir l'odeur tiède, rance et acide du froc mouillé.

Et le sapin, aussi.

- Heu. Et si on avertissait le Führer du danger, herr general ?
- NEIN ! NEIN ! NEIN ! Vous voulez que je sois fusillé ou suicidé ou quoi !!!

En réalité, le teuton garde un parfait sang-froid. Ses mouvements et ses attaques n'ont pour autre but que de fixer son adversaire là où il se trouve. Il sait qu'il doit infliger un maximum de pertes aux yankees pour diminuer le nombre de tours de jeu - et donc sa durée.

Et ça peut marcher. L'allemand renforce ses lignes dans Rote Erde et Aachen. Il sait aussi qu'il bénéficiera de nouveaux renforts qu'il s'empressera de faire venir à l'intérieur des terres, à différents points espacés les uns des autres, et toujours sur des carrefours routiers pour entraver les prochains mouvements ennemis.

Il lance des attaques particulièrement coûteuses sur Ubach et Aachen - mais efficaces. Il perd beaucoup de monde, mais inflige des pertes, et fait reculer un bataillon blindé droit sur la Wurm.

En réalité, que devra faire le joueur américain de son nouveau joujou, la 2ème DB ? Lancer fauves et molosses sur Aachen, quitte à faire un grand mouvement tournant sur la droite ?

Ou bien tout envoyer sur le WW pour en bouter les germains une bonne fois pour toute, libérant ainsi les autres unités pour aller arracher les points de victoire et les hexes d'Aachen ?

On verra ça au tour suivant.

En attendant, voici la synthèse.





Pertes teutonnes : 14 - rien que ça.
Pertes américaines : 7.

Points de victoire aux américains... : ... 1 !

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
Manu a écrit:
Quatre brigades mécanisées et quatre brigades blindées, rien que ça.

Huit brigades dans une Armored Div US ? Rien que ça ? Wink

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bir-hacheim.com
birhacheim a écrit:
Manu a écrit:
Quatre brigades mécanisées et quatre brigades blindées, rien que ça.

Huit brigades dans une Armored Div US ? Rien que ça ? Wink


Oups. Bien vu.

Je voulais dire bataillons...

Embarassed

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
Manu a écrit:
Oups. Bien vu.
Je voulais dire bataillons...

C'est ton enthousiasme qui parle ! Wink

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bir-hacheim.com
TOUR 6

Le joueur allemand reçoit à nouveau deux bataillons en renfort, dans l'hex de Aldenhoven comme au tour 4.

Au début de ce tour, comme je ne peux pas m'empêcher d'écrire des âneries, et j'en écris beaucoup, il faut s'imaginer le soldat allemand, du haut de ses positions fortifiées et bunkerisées ; il part dans une bordée de rires gras et sarcastiques, puis il tourne le dos aux braves et courageux GI's interloqués ; et il baisse son pantalon et se met à tortiller du postérieur de façon aussi moqueuse que provocante.

Suspect

Les yanks en frémissent de rage.

On lui colle une balle dans son fond de caleçon, mon colonel ?

Si les américains s'étaient seulement contentés de ça !! C'est toute la 2ème DB qui vrombit à l'unisson et qui dans un élan magistral s'élance à l'assaut du WW en faisant rugir la mécanique, soulevant nuages de poussière et fumées d'échappement.

Ha ! Que c'est beau ! Mais quelle émotion !!

Rha, faisons payer ces maudits mangeurs de choucroute, et vive le Coca-Cola !

Mouhahahahaha, herr general, ils zont tompés tans le panneau, ach !! Bier über alles !

Toute. Sauf trois bataillons qui, eux, l'air de rien, font mouvement vers la droite dans le but de remonter sur Aachen.

Ils divisent leurs forces, les yankees. Ce qui était la dernière bêtise à faire.

Pendant que s'exécute le magnifique élan sur le WW, les américains envoient trois bataillons blindés et un d'infanterie prendre position sur Puffendorf, ainsi que deux autres bataillons de fantassins sur Alsdorf. Pour prévenir l'arrivée des renforts allemands et sécuriser le terrain aux troupes qui devront filer sur les points de victoire.
Mauvais, encore. Trop de troupes sont consacrées à ça.

Trois bataillons blindés et mécanisés quittent leurs positions sur les hexes de fortifications et prennent la direction d'Aachen ; ils y parviendront au tour suivant.

Et comme il fallait s'y attendre, le bonus défensif des allemands, lié aux fortifs, joue à plein. Supports et aviation n'ont que des effets limités, et les attaques sur le WW échouent. Les allemands continuent à perdre beaucoup de monde, mais cela ne permet pas aux américains de progresser.

Quand aux affrontements sur Aachen, ils sont stériles. Un bataillon de GI's est anéanti. Rote Erde est sous le contrôle de la Wehrmacht.

Le déroulement du jeu n'est pas du tout favorable au joueur américain.

L'allemand, lui, utilise ses renforts et les envoie là où se trouvent l'adversaire, à Alsdorf et Puffendorf. Ces unités ont de bonnes capacités, elles seront utiles pour paralyser l'action ennemie.

Deux autres bataillons filent droit sur Aachen.

Investie, Puffendorf fait l'objet d'un assaut vigoureux des troupes allemandes - échec. Il en est de même à Alsdorf.

Dans la mesure où ses unités sont notablement affaiblies, le joueur allemand ne lance aucune attaque sur Aachen.

Mais il peut toutefois se déclarer satisfait. Certes, ses troupes s'amenuisent et s'épuisent. Mais les GI's ont consacré trop de temps à la prise du WW ; peu d'unités sont disponibles pour la prise d'Aachen, d'autres sont entravées dans leur progression vers les points de victoire.

Et cela donne :




Pertes allemandes : 16.
Pertes US : 8.
PV US : 1.

Bier über alles.

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
Si le putsch de Munich en 1923 avait réussi, l'Allemagne aurait certainement pris pour devise Bier ûber alles et le cours de l'histoire aurait été très différent, le troisième reich aurait pu duré 1000 ans ou plus probablement 1 mois... comme quoi l'histoire tient à peu de chose

Voir le profil de l'utilisateur
Elem a écrit:Si le putsch de Munich en 1923 avait réussi, l'Allemagne aurait certainement pris pour devise Bier ûber alles et le cours de l'histoire aurait été très différent, le troisième reich aurait pu duré 1000 ans ou plus probablement 1 mois... comme quoi l'histoire tient à peu de chose


Si tout le monde avait choisi cette devise, et ce dans toutes les langues, ça aurait été différent.

La bière. La cause et la solution de tous les problèmes.

Voir le profil de l'utilisateur http://lignesdevue.blogspot.fr/
Manu a écrit:
La bière. La cause et la solution de tous les problèmes.

Ouais mais vive la BIère Libre !

Voir le profil de l'utilisateur http://www.bir-hacheim.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum