L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] La Bataille de Paris (Vae Victis n°114)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bonjour

J'ai enfin pu jouer au jeu : "la bataille de Paris" publié dans le VV 114.

Tout d'abord mes impressions.  Puis je parlerai de la partie en quelques mots.  Je ferai un compte rendu détaillé ce week end avec les photos.

Nous avons donc ici un jeu présentant une situation désespérée. Un camp a clairement l'avantage. L'autre tente de retarder l'échéance.

Ce schéma on le retrouve régulièrement. Pour autant, lBdP se démarque par une situation inédite : le Français va en effet être en mesure d'être réellement offensif pendant le début de la partie, infligeant des pertes surprenantes à l'ennemi. Ce dernier l'emporte finalement non parce qu'il écrase les maigres effectifs français mais parce qu'il peut le déborder facilement.

Cette position offensive française (historique) qui n'apparaît pas logique au premier abord en lisant l'article ; devient incontournable dès qu'on jette un oeil à la carte et au déploiement initial.

Le système de jeu simple et traditionnel avec son système de combat meurtrier nous ramène très bien à cet instant tragique dans toute sa complexité.

On prend donc énormément de plaisir avec le français à mener des contre attaques éclairs en s'appuyant sur les nombreux villages qui parsèment le futur champ de bataille.

Pour la partie je choisis avec les français d'adopter une posture agressive tant que Blucher n'est pas arrivé ; dans le but de battre les forces russes.

Avec les coalisés je vais tenter de gagner du temps avec l'armée russe pour ensuite bloquer l'armée française au nord pendant que les autrichiens les tourneront.

La bataille sera âprement disputée, Marmont étrillant l'armée russe (qui ne comptera bientôt plus aucun pion sur son recto...).
L'arrivée de Blucher semblera stabiliser la situation mais Marmont trouvera encore la force de plusieurs contre particulièrement efficaces et meurtriers.
Puis l'avancée inexorable des forces russo-prussiennes, la destruction des divisions isolées et l'arrivée des autrichiens feront brusquement pencher la balance sans que les coalisés aient pu entamer le groupe de combat français (puissance 20, 2 garde et 3 du corps de Marmont).

C'est finalement la cavalerie de Blucher qui, en tournant les positions de Marmont et Mortier, parvient en entrant dans Paris et en y combattant, à provoquer la reddition de la capitale.

On notera également l'héroïsme de certains gardes nationaux qui parviendront à repousser les autrichiens pourtant très supérieurs en nombre.

La bataille se termine donc au tour 9 et c'est donc un match nul avec des pertes terribles pour les alliés : 113 points de combat perdus face à 35 français.

Voir le profil de l'utilisateur
Bon retour, merci. Pense à noter le jeu de Walter sur BGG.  Idea 


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/
Faut que je m'y fasse un compte d'abord Wink

Voir le profil de l'utilisateur
Merci pour ton retour sur ce jeu Vince

J'ai justement fait une partie hier en match retour (scénario historique) avec Djick, vieux routier du trophée JdG

Un CR devrait suivre très prochainement

Le précédent (la partie "aller") est là :

http://www.strategikon.info/phpBB3/viewtopic.php?f=9&t=16274

Voir le profil de l'utilisateur
Merci pour le lien. Très bon compte rendu.

Voir le profil de l'utilisateur
Bon, j'avais dit que je ferais un CR avec les photos...à la bourre, mais les voilà. La partie remontant ça va être du rapide...désolé Wink

----------
Bataille de Paris, 1814

Déploiement initial :


Avec un Barclay de Tolly imprudemment avancé, pensant certainement que l'armée française était d'ors et déjà vaincue, je vais tenter d'en profiter en envoyant les corps de Marmont et Mortier à la charge. En réalité c'est surtout Marmont qui va assurer l'essentiel des combats offensifs avec son bonus.

J'attaque donc avec le corps de Marmont appuyé par des unités de la Garde. Barclay subit ses premières pertes. Puis les premiers renforts comblent les trous béant de la ligne.



Les contre offensives de Marmont se poursuivent, mais il ne peut être partout et Barclay déborde les Français par le Sud...



Avec Marmont qui attaque puissamment la colline de Belleville, Barclay rappelle ses forces du sud pour une concentration sur le plateau.



Vu de précision sur le combat sur le plateau :



Si Marmont est un instant repoussé, cela ne dure pas, avec l'arrivée de Mortier sur sa droite et Moncey qui pousse au sud.



Les combats gagnent peu à peu en intensité avec l'afflux de troupes russes...Mais Marmont est indélogeable. Les pertes sont terribles pour les coalisés.



Barclay est finalement rejeté hors de Romainville alors que des renforts de plus en plus importants déboulent sur le champ de bataille au nord du plateau, tentant d'envelopper Marmont. Au sud, Moncey perd Montreuil après une âpre résistance.



Ne laissant que quelques divisions de la garde en arrière pour protéger leur flanc et leurs arrières, Marmont et Mortier poursuivent Barclay pour tenter de l'achever.
Moncey appuie le mouvement offensif en reprenant Montreuil [nota : la ville n'a pas été prise réellement, mais le combat précédent a détruit la troupe de la garde nationale].



Finalement, à midi, les Français reprennent totalement le contrôle du plateau, alors qu'au nord, les premiers éléments de Blücher font leur entrée en action.



Vue précise de l'affrontement aux alentours du plateau.



L'arrivée du Maréchal Blücher ne change pas l'humeur excellente des parisiens qui ne reçoivent que des nouvelles de victoires de Marmont.



Mais cette menace bien réelle oblige Marmont à se redéployer. Il n'abandonne pas totalement le plateau, laissant une grosse division de la garde pour le contrôler. Mais il sait que ces forces sont bien maigres par rapport aux innombrables troupes russes.



Une vue plus précise de l'affrontement.



Avec l'afflux de renforts prussiens qui bloquent Marmont et Mortier au Nord, Barclay relance l'assaut et repousse la division Michel de la Garde Impériale. Les pertes sont terribles.
Au sud, Schwarzenberg fait également son entrée...C'est un peu le début de la fin, mais pourtant, les Français sont loin d'avoir dit leur dernier mot !



Marmont charge alors Moncey de gagner du temps face à un Schwarzenberg toujours très lent, empêtré entre les bois et bloqué par ses unités bien trop lente et lourdes à manoeuvrer.
Puis, avec Mortier, il lance une contre-attaque puissante qui ramène l'Armée de Silésie derrière le canal avec des pertes très lourdes.



Zoom sur l'action de Marmont vers le canal.



Mais l'avancée de Barclay sur ses arrières devenant vraiment dangereuse, Marmont est obligé de rétrograder pour porter un coup d'arrêt. Les Autrichiens de Schwarzenberg semblent toujours pédaler dans la semoule..."Nous serons à Paris avant la fin du mois" déclare le généralissime autrichien, confiant que ses troupes parviendront à Paris avant le lendemain.

(désolé pour la qualité de la photo...)


C'est l'hallali ! Schwarzenberg débouche sur les faubourgs de Paris, défendus jusqu'à la mort par les gardes nationaux qui n'abandonnent pas un pouce de terrain sans ordre ! (moral A ^^).
Au nord, profitant du repli de Marmont, Blücher relance l'offensive, enveloppant les maigres troupes françaises. Mais il semble impossible de repousser ce diable qui pourtant était passé inaperçu de toutes les autres campagnes ! Comment donc peut-il se payer le luxe de repousser la Grande Armée Coalisée ??



Tout est déjà perdu pour l'armée française, mais Marmont ne lâche rien. Il contre-attaque une ultime fois, à la tête de ses troupes, culbutant les prussiens sous les yeux médusés de Blücher : "il ne s'arrêtera donc jamais ?"
Mais au Sud, seule une maigre division du corps de Marmont tient encore les Faubourgs et au Nord, plus rien ne peut empêcher la cavalerie de l'armée de Silésie d'entrer dans Paris.

(à nouveau désolé pour la qualité...)


Zoom sur les combats.



Epilogue, tour 9.
Complètement encerclé par l'Armée Coalisée dont la cavalerie a pénétré dans Paris, les faubourgs nettoyés de toute présence française avec Schwarzenberg aux portes, le Maréchal Marmont, grand héro du jour, accepte de négocier avec les alliés.
Particulièrement impressionnés par sa performance du jour, ils vont le laisser se replier en bon ordre avec les débris de son corps et de celui de Mortier vers le Sud, dans une éventuelle jonction avec l'Empereur...Mais tout est déjà perdu.

Résultat de la partie : Match Nul.

Un match acharné, jusqu'à la fin. On tient, on contre attaque, on tient, on re contre attaque, on inflige des misères...Et tout s'écroule d'un coup. Pourtant, le groupe même de Marmont a été à peine égratigné sur la fin. Mais ne pouvant couvrir toute l'étendue du champ de bataille, les troupes auxiliaires se font balayer en l'absence des deux Maréchaux et à l'approche des coalisés dans les Faubourgs, Paris panique...puis craque lorsque les cavaliers Prussiens font une entrée soudaine.

Un jeu fantastique. J'espère y rejouer sous peu !

Voir le profil de l'utilisateur
Je déballe le jeu et je ne vois pas quel dé faut-il utiliser : D6 ou D10 ou autre ?
confused

Voir le profil de l'utilisateur
Réponse : c'est écrit un peu plus loin dans la règle : 2D6
confused  scratch

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum