L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] Le retour de l'Empereur : Waterloo (Convention Les Petites Guerres)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 3]

ulzanaraider a écrit:Ce que je veux dire, c'est que les représentations que se font les chefs français (Nap et Ney) dès le départ, est que Wellington ne peut résister (seul) à l'armée du nord: il va donc chercher à éviter la bataille ou retraiter à un moment donné.

Et lorsque ce que peut voir Ney (des gens sur le plateau)  qui fuient le champ de bataille est interprété aussitôt comme un retrait généralisé.

Ce qu'on pense à priori influe énormément sur nos interprétations.

Et c'était logique.

Mais il y a avait une raison logique au fait que Wellington accepte une bataille qu'il aurait du vouloir éviter...l'arrivée des prussiens qu'il savait imminente, vers 12h selon lui.

Ney a cru voir une opportunité, mais il n'a pas réfléchi, les prussiens arrivaient, il le savait, cela changeait tout, Wellington pouvait rester et se battre pour gagner.

En fait Napo et Ney font deux erreurs:
la 1ere en croyant que Wellington va retraiter en début de journée, d'où un assaut frontal décidé par Napoléon.
la 2e en croyant qu'il retraite en milieu de journée, d'où les charges de cavalerie décidées par Ney.

Il aurait mieux valu prendre le temps de faire un mouvement par l'aile Est, au risque d'une retraite (réelle) de Wellington, mais du haut du plateau Est conquis, cette retraite aurait été vue et non pas interprétée erronément.
La poursuite aurait pu se faire.
L'assaut frontal aurait été évité, au pire la vue des prussiens aurait conduit à une mise en défense des FR autour de Belle Alliance et Plancenoit, avec 250 canons et 15000 cavaliers, l'attaque alliée aurait eu du mal.

Le 19 juin aurait vu une bataille ou un retrait FR, n'oublions pas les 33 000 h de Grouchy sur les arrières PR, et le III ecorps PR défait sur Wavre.

Oui je comprends mieux ce que tu voulais dire.

Ça me fait penser à un truc : dans le jeu développé par Bellisoft, chaque camp peut a tout moment sonner la retraite et cela ne fait pas forcément perdre la partie. Car celle-ci n'est pas forcément équilibrée en terme de rapport de force : selon que les prussiens arrivent ou pas durant la partie, le rapport de force n'est pas le même. Cela donne simplement des points de victoire qui dépendent du moment auquel se fait la retraite : plus elle se fait tôt dans la journée plus cela rapporte des points de victoire au vainqueur car la poursuite va alors être plus efficace ou bien les troupes pourront rejoindre une autre bataille ayant lieu au même moment (cas 4 Bras et Ligny par exemple).

Du coup pour Waterloo, on devrait se retrouver un peu dans le même dilemme que Napoléon : si l'anglais est seul, on a intérêt a l'attaquer frontal pour forcer un repli le plus tôt possible. Mais si il n'est pas seul on a plutôt intérêt à manœuvrer au risque de ne pouvoir vaincre a un contre un, voir passer en défense si on est en infériorité. J'ai hâte de tester ce que cela va donner sur cette bataille.

Voir le profil de l'utilisateur
En effet, mais cette approche rationnelle n'était pas celle du contexte.
Napoléon n'a pas envisagé une mise en défense face aux alliés réunis, encore moins une retraite, fut elle provisoire.
Pour des raisons politiques (il lui faut une victoire nette et rapide), personnelles (il se voit encore capable d'infliger une défaite à Wellington)
et contextuelle:  Blucher est déjà vaincu dans son esprit.

Je crois que c'est Clausewitz qui a écrit qu'un  Turenne aurait arrêté les frais et se serait replié dès l'annonce de l'arrivée en force des Prussiens...
Mais Turenne était un Capitaine au service du Roi, il se devait de préserver l'Armée de celui ci.
Napoléon ... était l'Empereur, et ne devait de compte à personne d'autre que lui même:
il pouvait prendre le risque (le fameux "nous avions 90% de chances pour nous, nous en avons désormais 60%").

Vous joueriez votre vie avec 60% de chances de l'emporter (avec un gros magot à la clé en cas de victoire) ?
Moi pas. Lui oui.

Une simulation de Waterloo ne peut que proposer un tout ou rien en guise de conditions de victoire:
Ou Napoléon bat Wellington en le forçant à un repli de sa position sur le plateau et les fermes fortifiées
ou Napoléon perd la bataille, quel que soit son niveau de pertes.

Le joueur FR ne peut que jouer son va tout contre Wellington et essayer de tenir Plancenoit contre Blucher, comme historiquement.

Les stratégies "malines" de taper le Prussien qui déboule à coups de cavalerie lourde et d'artillerie de réserve (qui effectivement aurait été plus efficace autour de Plancenoit que face au plateau)
n'ont plus aucun sens.

Waterloo n'est pas une bataille comme les autres, c'est la bataille apocalyptique (au sens de révélation
d'une fin de l'Empire ou sa perpétuation).

Quand Lachouque écrit son beau livre (moins pour ses écrits que pour ses magnifiques images de tableaux la plupart présent sur le Site de Waterloo dans ce magnifique diorama et son et lumière à 360°)  :  "La fin d'un monde"...il met le doigt sur l'essence même de cettte bataille.

Bon, si Wellington s'était replié sur Bruxelles puis Anvers et Blucher avait retraité vers Liège, l'histoire aurait continué et probablement que les Empires centraux seraient entrés en France et menacé Paris.

Mais...le peuple français (une partie) aurait pu s'engager derrière un Napoléon, rapproché des idéaux de la Révolution pour éviter le retour des exilés de l'ancien régime décidés à reprendre leurs biens et privilèges.
Même supérieurs en nombre,  une deuxième campagne de France, avec une plus belle armée Française, aurait pu mal tourner pour les centraux.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 3]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum