L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Soldat blanc

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Soldat blanc le Mar 2 Sep 2014 - 16:14

sur canal lundi 8 septembre



Au premier contact, dans le cantonnement de Saigon où ils viennent d'arriver en ce mois de novembre 1945, une amitié naît entre André Cariou et Robert Tual. André, qui souffrait de n’avoir pu participer à la Résistance, s’est engagé sur un coup de tête. Robert qui, lui, a pris le maquis à 14 ans, veut retrouver l’ardeur du combat. On leur a dit qu’ils allaient libérer l'Indochine des Japonais, mais la réalité est tout autre. Quand André comprend qu’il s’agit en fait de combattre les Vietnamiens qui luttent pour leur indépendance, il vacille. Robert, lui, ne se pose pas de question : il se battra contre l’ennemi de la France, quel qu’il soit. Fin 1946, leur bataillon est envoyé au Tonkin. Robert crée alors un commando de forces spéciales. André déserte et rejoint la cause du peuple vietnamien…

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Soldat blanc le Mar 2 Sep 2014 - 19:39

Pressé de le voir celui-là, ya un de mes beauf qui joue dedans.

Voir le profil de l'utilisateur http://landships.free.fr

3 Re: Soldat blanc le Jeu 4 Sep 2014 - 20:37

Ca promet d'être une belle bouzasse, comme tous les derniers films de guerre français :

- bouse historique : un "commando de forces spéciales" formé au Tonkin en 1946, je ricane.
- bouse scénaristique : on croirait la trame, teinté de repentance à deux ronds, de l'Ennemi intime

Mais je serais curieux de le voir pour compléter ma culture de (mauvais) films de guerre français et le critiquer à l'aise !

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Soldat blanc le Jeu 4 Sep 2014 - 21:54

En cinéma français, je suis malheureusement souvent de l'avis de Dominique...


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

5 Re: Soldat blanc le Jeu 4 Sep 2014 - 22:40

vous etes un peu "vachard" avec le cinéma français Suspect

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Soldat blanc le Ven 5 Sep 2014 - 11:22

Vachard avec les films historiques (et "de guerre" en particulier, tropisme oblige) ! Par exemple, j'ai détesté Il faut sauver le soldat Ryan, à ma grande surprise car je m'attendait à une bonne tranche d'hollywoderie. Mais il faut croire que, des deux côté de l'Atlantique, le genre est contaminé par les mêmes maux : manichéisme, moralisme facile, caractérisarion grossière et sans cesse revue des personnages, jeux d'acteurs sans personnalité, et surtout l'incapacité foncière à raconter une histoire. Les scénarios sont pathétiques.

Outre des problèmes propre au cinéma dans son ensemble, je pense qu'il faut y faut un symptôme du noce qu'elles furent mais uniquement en focntion de la place qu'on leur prête dans le glorieux déroulé du sens de l'histoire qui mène jusqu'à nous...



Dernière édition par Dominique Guillemin le Ven 5 Sep 2014 - 17:38, édité 2 fois

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Soldat blanc le Ven 5 Sep 2014 - 11:27

Au fait...

Robert qui, lui, a pris le maquis à 14 ans

Les maquis, c'est 1943. surtout après l'instauration du STO. Le premier maquis, celui des Glières, date de décembre 1942. En 1945, ce brave soldat maintenant engagé dans l'armée régulière à donc... 16 ans. Je comprends mieux l'aspect bêbête du scénario : c'est un teenage-movie ! Smile

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Soldat blanc le Ven 5 Sep 2014 - 15:52

Je rebondis sur les saillies (verbales, je vous rassure) de Dominique à propos des films de guerre français (récents, nous ne parlons pas d'un taxi pour Tobrouk) pour vous demander si je suis malade, insensible, paranoïaque, malfaisant, ou au contraire, gaillard, bien portant et (relativement) saint d'esprit. Je m'explique.

Il y a quelques semaines, mon épouse et mes enfants étant absents, j'ai allumé machinalement la télévision (chose que je fais très rarement et que seul le désœuvrement, mes parties d'Amirauté étant en pause estivale - et à ce propos faudrait vous réveiller les gars sinon ça sent le champs de mines spontané au milieu de la Méditerranée, mais je m'égare et reviens à mes moutons, si j'ose dire - m'a poussé à faire) et je suis tombé, non pas sur le cul, quoique presque eu égard à la consternante nullité du programme j'y étais presque - mais sur "Il faut sauver le Soldat Ryan" à la mode couscous. Je dis mode couscous non pas pour dénigrer la cuisine nord-africaine que j'apprécie comme il se doit lorsqu'elle est bien faite, mais pour préciser que le film en question, Indigènes pour ne pas le nommer, me semblait être un bien mauvais plagiat du célèbre film de Spielberg, déjà pas terrible à la base.

Suis-je, comme Desproges le disait en son temps, un être maudit et malfaisant condamné à haïr l'humanité et voir le mal partout, ou ce film est-il consternant, tant sur le fond que sur la forme ?

Ne voulant ni tirer sur une ambulance ni attraper un diabète, je n'évoquerai pas la morale guimauvienne et sucrée de ce film attendu, dans lequel les personnages et les ficelles (tellement grosses au demeurant que je qualifierai de cordes voire de câbles si ce n'était un lieu commun dont l'écrasante fadeur navrait le regretté humoriste cité ci-dessus) scénaristiques sont un tel morne et approximatif alignement de clichés qu'on se demande si ce qui tient (très mal d'ailleurs) de scénario n'a pas été commis par un déficient mental, un scénariste de Hollywood ou pire, un terroriste déterminé à saper le peu, le très peu qui reste du socle intellectuel et culturel de notre civilisation, je me contenterai de relever et de soumettre à votre sagacité deux exemples de la consternante nullité de cet étron cinématographique.

Que penser d'un film de guerre dont un des personnages, soldat de son état, est manchot ? Je veux dire vraiment manchot, c'est-à-dire qu'il lui manque un bras et ne peut donc tenir un fusil. Au cours du combat final, cet acteur qui a tout au long du final maladroitement tenté de cacher son handicap, abandonne son fusil dont il ne peut se servir et défouraille avec un pistolet. Etonnant, non ? aurait dit Monsieur Cyclopède ...
Je n'ai rien contre M. Debouze, que je trouve bon acteur dans un certain registre (il est excellent dans Mission Cléopatre) mais il me semble aussi pertinent dans un rôle de tirailleur que Sim ou Paul Préboist dans celui de Cyrano de Bergerac ou Philipp Marlowe.

Pareillement, que dire d'un film de guerre se voulant réaliste dans lequel une section d'infanterie allemande progresse dans les rues d'un village totalement à découvert, les soldats aussi agglomérés les uns aux autres que des rugbymanes en pleine mêlée ? Au point que, ne riez pas, un seul soldat avec sa mitraillette Thompson parvient à en occire la plupart d'une seule rafale, faisant ainsi mieux que Lucky Luke, qui pourtant parvient à faire sauter quatre chapeaux avec trois balles, mais c'est à cause de Jolly Jumper, qui bouge tout le temps lorsqu'on tire au dessus de ses oreilles.

Donc, mes amis, mes frères, mes coreligionnaires en wargames, rassurez-moi. Suis-je particulièrement mal embouché ? Ai-je l'âme aussi noire que ma cave quand l'ampoule est grillée ? Suis-je d'humeur aussi acide que certains Beaujolais nouveaux approximatifs (pardonnez-moi pour le pléonasme), liquides plus que douteux que certains cuistres continuent, contre vents et marées et en dépit des appels à la raison des gens de qualité, à appeler vin ? Ou ce film, comme tant d'autres hélas (si vous voulez vous en convaincre, faites une visite de ce site http://odieuxconnard.wordpress.com/ ) est-il tout simplement mauvais ?

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Soldat blanc le Ven 5 Sep 2014 - 16:05

Dominique Guillemin a écrit:Les maquis, c'est 1943

Mais non, le maquis, c'est ce parfum léger et subtil, fait de thym et d'amandier, de figuier et de châtaigner… et là encore, ce souffle imperceptible de pin, cette touche d'armoise, ce soupçon de romarin et de lavande…

C'est là aussi que se cache le cousin de Figatelix.
Les vieux disent que le grand oncle d'Ocatarinetabellatchitchix a épousé une fille du clan Talassotérapix dont était amoureux un cousin par alliance d'un aïeul de Figatellix...Mais d'autres assurent que c'est à cause d'un âne que l'arrière grand-père de Figatellix avait refusé de payer au beau-frère d'un ami intime des Ocatarinetabellatchitchix sous pretexte qu'il était boiteux (l'âne, pas le beau-frère d'Ocatarinetabellatchitchix)... C'est très grave en tout cas.

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Soldat blanc le Ven 5 Sep 2014 - 22:46

Ah ! Indigènes ! Rolling Eyes C'est le mètre-étalon du genre "film-de-guerre-repentant". Plusieurs on suivi dans les années 2006-2008. J'avais d'ailleurs co-rédigé une critique de ce film dans VV à sa sortie...

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Soldat blanc le Sam 6 Sep 2014 - 0:37

Je me dois désormais de rectifier : "En cinéma historique français, je suis malheureusement souvent de l'avis de Dominique et de Francis... Wink


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

12 Re: Soldat blanc le Sam 6 Sep 2014 - 15:24

Disons que tout n'est pas mauvais dans ce film même s'il y a de très grosses ficelles scénaristiques, des abbérations militaires, et un message à faire passer. je pense qu'il faut juste le voir comme la vision d'un réalisateur marocain sur l'engagement de troupes de l'empire colonial français. D'autre part et a ma connaissance, je n'ai pas vu de films mettant en scène des goumiers ou des tirailleurs en tant que personnages principaux. J'avais bien aimé fort saganne, mais c'est une autre époque.
Le soldat Ryan est largement au dessus en terme cinématographique.
N'oublions pas aussi en tant "qu'amateur éclairé" que la grande majorité du public n'a pas notre culture historique et que du coup ces films de guerre s'adressent aussi à eux. Et ce malgré les raccourcis que je déplore aussi.

Est ce que "Waterloo" de Bondatchuk est un bon film ? Historiquement il a aussi ses limites... Smile

Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Soldat blanc le Sam 6 Sep 2014 - 16:44

la question Qu'est q'un bon film de guerre confused

Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: Soldat blanc le Sam 6 Sep 2014 - 21:18

C'est d'abord un bon film : la guerre, c'est le décor ou le prétexte à l'histoire. Voilà pourquoi les films "militant" (Indigènes) ou à démarche "pédago" (Joyeux Noël) échouent.

Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Soldat blanc le Sam 6 Sep 2014 - 21:41

Fort Sagane comme le Waterlloo de Bondartchouk sont à ce titre là deux bons films.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

16 Re: Soldat blanc le Sam 6 Sep 2014 - 21:48

Dominique Guillemin a écrit:C'est d'abord un bon film : la guerre, c'est le décor ou le prétexte à l'histoire. Voilà pourquoi les films "militant" (Indigènes) ou à démarche "pédago" (Joyeux Noël) échouent.

Un bon film de guerre, c'est une bonne histoire bien racontée, bien filmée et bien jouée. Si possible sans guimauve ni sucres ajoutés. Et si le réalisateur s'abstient de nous prendre pour des trépanés ou des amibes, c'est encore mieux.

Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: Soldat blanc le Dim 7 Sep 2014 - 1:46

Un peu comme "300, naissance d'un Empire" : une bonne leçon d'histoire!

Voir le profil de l'utilisateur http://landships.free.fr

18 Re: Soldat blanc le Dim 7 Sep 2014 - 11:16

emmanuel a écrit:la question Qu'est q'un bon film de guerre confused
C'est bien la clé du sujet.
Pour vous un bon fim de guerre doit être proche de la simulation.
Alors que pour les producteurs, un bon film doit être un grand spectacle heroique avec un peu de message "grand public" autour du thème.
L'aspect réalisme n'a pas d'importance au cinéma. L'important c'est de voir des images et des personnages (et quelques gros chars explosés par un fantassin désespéré mais courageux).

A ce titre,

Il faut sauver le soldat Ryan est un très bon film et contrairement à vous, je ne me lasse pas de revoir le début. Le réalisme de la scène du débarquement a largement été débattu et Spielberg a habilement utilisé des témoignages de vétérans.

J'ai aussi bien aimé Indigènes. Et je ne suis pas le seul puisqu'il a été distingué de plusieurs prix cinématographiques. Il a eu un certain succès public. Il a ouvert un certain nombre de débats (et à nouveau les vétérans).

Dans les deux cas, les scènes de combats héroiques viennent de la culture du western genre John Wayne - elle même issue des films de propagande.

C'est plus accrocheur que la vraie guerre.

Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: Soldat blanc le Dim 7 Sep 2014 - 12:23

Je ne suis pas choqué qu'un film, de guerre ou autre, ne soit pas réaliste. Je suis choqué qu'il ne soit pas cohérent. Le problème est lorsque des films qui se présentent comme étant réalistes, comme Ryan et plus encore son succédané couscous, et qui ne le sont pas. Je ne trouverai rien à redire à une erreur de matériel, de tactique (ou autre) dans un film qui n'a aucune prétention à cet égard. Qui, par exemple, irait rechigner à une petite erreur d'uniforme dans "de l'or pour les braves" ? Personne car ce n'est pas le propos du film.

Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: Soldat blanc le Dim 7 Sep 2014 - 17:36

Il faut sauver le soldat Ryan illustre justement les limites de la recherche du réalisme à tous prix dans la réalisation de film de guerre : après 20mn "d'action hyper réaliste" (les guillemets indiquent que je n'ai pas été si convaincu que cela par le procédé, de toute façon, mais enfin, j'admets que ça peut être un style), Spielberg sabote le reste de son film en lui faisant suivre un scénario inepte et farçis de clichés du film de guerre US dont on se moquaient déjà dans l'excellent De l'or pour les braves. Ajoutons à cela des personnages archétypaux et un film qui chemine lentement dans le bocage en passant par toutes les cases attendus (un vrai jeu de plateau, en fait) : Sniper dans le clocher ? Check. Cloués dans le boccage par une MG ? Check. Attaque de SS et de Tigres en boss final ? Check. Sauvé de justesse par l'aviation ? Check. Une sorte de film à check sketchs, quoi.

A quoi bon la recherche de "réalisme" pour un suivre un scénario qui l'est si peu ?  Un tel échec, de la part d'un grand réalisateur disposant de moyens énormes est sans doute symptômatique du déclin en qualité du cinéma américain, qui excellait justement dans le film de genre dans les années 50'-70'.

Les bons films de guerre, eux, sont assez souvent peu spectaculaires (317e Section, Attack !), mais soignent les personnages et le scénario avec une contrainte de réalisme minimale au niveau des costumes et du matériel. Le "réalisme", c'est aussi tout simplement des acteurs qui savent tenir une arme et agir comme des soldat au naturel, et des situations tactiques pas trop naze (mention spéciale de la stupidité tactique à la grande scène d'embuscade dans L'Ennemi intime).

Ainsi, La 317e section montre qu'on peut faire sonner juste un film avec très peu de moyens (alors que Dien Bien Phu, trop lyrique, sonne faux malgré des moyens plus importants). Les intentions pédagogiques, et pis, militantes, sont carrément à fuir et, pour cela, le mieux est de tenter de raconter autre chose que la grande Histoire elle-même : je pense, pour ma part, que celle-ci doit servir de décor à une simple histoire (sans H) d'hommes. Voilà pourquoi je pense que Duelistes est sans doute le meilleur film sur la Grande Armée, ce n'est pourtant par vraiment un film "de guerre" au sens ou on l'entend souvent...

Croix de fer est cependant un exemple réussi d'excellent film de guerre qui reste centré sur une histoire d'hommes (pas seulement la rivalité entre Stranski et Steiner, mais aussi la vie de la section allemande : c'est le film à conseiller pour comprendre la théorie des groupes primaires !) mais qui se paie le luxe de fort beaux combats. Comme quoi, bien utilisés, les grands moyens ne tuent pas non plus nécessairement une production.

Autre possibilité, classique, faire un film d'aventure au prétexte de la guerre :  Les canons de Navaronne, Quand les aigles attaquent, etc. Ca tient très bien la toile, et le réalisme passe la main à l'héroïsme sans problème.



Dernière édition par Dominique Guillemin le Lun 8 Sep 2014 - 11:04, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: Soldat blanc le Lun 8 Sep 2014 - 9:06

Dominique Guillemin a écrit:[i]  Un tel échec, de la part d'un grand réalisateur disposant de moyens énormes est sans doute symptômatique du déclin en qualité du cinéma américain, qui excellait justement dans le film de genre dans les années 50'-70'.
Il faut sauver le soldat Ryan ne vous plait pas et il est de bon ton de le critiquer sur ce forum et sur l'autre.
Mais un film qui fait 480 millions de dollars au box office est tout sauf un échec. Il est par ailleurs très populaire: à peu près tout le monde le connait et va le citer lorsqu'on demande le nom d'un film de guerre récent.
Donc il a atteint son but et Mr Spielberg est en cela un génie du cinéma.
Et je ne parle pas de toutes les critiques très positives des professionnels du cinéma et une avalanche de prix.
Encore une fois, le cinéma est plus divertissant que la vraie vie et cela passe par des clichés.

Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: Soldat blanc le Lun 8 Sep 2014 - 11:14

C'est confondre la qualité artistique du film et sa réussite industrielle : un mauvais film (échec artistique) peut parfaitement faire un carton au box office (réussite commerciale). Transformer la m.... en or est d'ailleurs le principe même du "blockbuster". Des exemple? Tout le monde en a en tête.

Et comme un mauvais film est en général médiocrement divertissant - à moins de tomber carrément dans le nanard -, c'est pour moi un film raté de Spielberg.

Voir le profil de l'utilisateur

23 Re: Soldat blanc le Mar 9 Sep 2014 - 1:05

Dominique Guillemin a écrit:
...c'est pour moi un film raté de Spielberg.

rien que pour l'ambiance, j'aime bien ce film moi ! Cool

Voir le profil de l'utilisateur

24 Re: Soldat blanc le Mar 9 Sep 2014 - 12:34

Sinon, je viens de voir "Du sand et des larmes", j'ai trouvé ça pas mal.

Idem avec la min-série "Unsere Mütter, unsere Vater" (le titre français est "Generation War", sic) qui malgré quelques défauts est globalement une belle réussite. J'aimerai bien voir uen série de ce niveau en France...

Le "Soldat Ryan" a certes des défauts, mais je suis d'accord avec Redaman plus qu'avec Dominique (pour une fois), cela reste un film qui a fait date dans l'histoire du cinéma (grâce à la scène du débarquement, par son succès commercial, par son impact).

Les références inagalées (pour la 2eGM) restent néanmoins "Band of Brother" et "The Pacific" miniséries toutes les deux admirables.



Dernière édition par Semper Victor le Mar 9 Sep 2014 - 16:15, édité 1 fois


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

25 Re: Soldat blanc le Mar 9 Sep 2014 - 14:42

pour moi la référence

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum