L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] Art de la guerre : la bataille de l'Allia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bonjour

Le JHP a joué vendredi soir la bataille de l'Allia avec un joueur Gaulois face à 2 joueurs Romains.

Les forces étaient relativement déséquilibrées et avant de débuter la bataille, Yanndroum (Président dictateur général du club) avoue volontiers que les Romains vont en prendre plein la tronche. Voyez plutôt
Armée gauloise de Brennus
Corps central :
24 * Infanterie moyenne guerriers impétueux élite

Aile droite :
6 * CV chariots légers
6 * Infanterie légère javeliniers/frondeurs

Aile gauche :
6 * CV chariots légers
4 * infanterie légère javeliniers/frondeurs
3 * infanterie moyenne guerriers impétueux élite

Armée romaine de Vincus Wargamus et Jacus Valatus
Aile gauche : I Legio
6 * I Classe - Infanterie lourde lancier lourd armure
2 * III Classe - Infanterie lourde lancier lourd
6 * V Classe - Infanterie légère javeliniers/frondeurs

Aile droite : II Legio et Alliés
5 * II Classe - Infanterie lourde lancier lourd
6 * IV Classe - Infanterie moyenne javeliniers (LMI)
3 * Equitae - Cavalerie

Soit 28 plaquettes faisant face à 49 plaquettes.

Je joue donc l'aile gauche romaine. Je propose immédiatement au deuxième joueur romain un plan simple : les chariots de guerre légers étant incapables de rompre notre ligne, nous allons nous porter sur les ailes et les détruire pour nous rabattre ensuite sur le centre en le prenant de flanc. En attendant, mon infanterie légère se disposera en ligne et viendra attirer les hordes gauloises vers elle.

Comme vous pourrez le voir dans le compte-rendu (cliquez sur le lien en haut), le plan fonctionna à merveille, au delà de notre imagination. Nous avons perdu 1 plaquette de II Classe, 6 plaquettes d'infanterie légère qui sont sorties de la carte en esquivant le combat et nous avons détruit 4 plaquettes d'infanterie légère (poursuivis par la cavalerie romaine), 12 plaquettes de chariots (détruits par un choc de front sur nos lignes d'infanterie lourde) et un nombre astronomique de plaquettes de guerriers gaulois (au moins une douzaine).

A aucun moment, le joueur Gaulois n'a été en mesure d'utiliser sa supériorité numérique écrasante, à aucun moment il ne lui est venu en tête qu'il n'était pas obligé d'attaquer avec ses chariots...

En bref, un scénario qui fut intéressant à jouer car autrement plus difficile que certains scénarios plus équilibrés que nous avions joué au club.

Voir le profil de l'utilisateur
Plusieurs choses me viennent à l'esprit en lisant le CR sur le blog et en voyant les photos :
1/ les LI doivent esquiver quand elles sont chargées par des troupes plus lourdes et notamment les MI. A moins que le gaulois se soit contenté d'avancer sans charger, je ne comprends pas pourquoi la ligne de MI a été ralentie autant que ça,
2/ au vu du terrain et de la disproportion de troupes, le gaulois aurait pu étirer ses lignes de MI (même en gardant une réserve derrière) pour obliger le romain à en faire autant et le fragiliser. Dans le même temps, il pouvait refuser un flanc et aller occuper les terrains avec son infanterie légère, comme le bois sur son aile gauche,
3/ lancer ses chariots légers sur les légionnaires classés HI est une erreur car il n'a pas de bonus contre ce type de troupe alors que le HI bénéficie de +1 contre tous.

Voir le profil de l'utilisateur http://corybantes.unblog.fr/
Je te rassure, les MI impétueux élite ont effectivement chargé et provoqué le recul de la ligne de LI...qui a fini par sortir de la table (voir plus haut). Ils n'ont pas ralentis les Gaulois, juste gagné du temps en les faisant se concentrer inutilement.

J'avoue que le QI d'apéricube du Gaulois a été important dans la réussite totale de cette manœuvre.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum