L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] Art de la guerre : la bataille de Cannae

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Bonjour,

Ce vendredi soir au JHP a vu une furieuse partie sur la bataille de Cannes (216 av JC).



Nous avons donc d'un côté l'armée romaine des Consuls Varro et Aemilus Paulus.
Celle-ci dispose de 80 000 hommes, la moitié étant des légionnaires romains, une autre moitié des légions alliées plus quelques cavaliers.

En termes de jeu, les légions sont organisées comme suit :
Vélite : infanterie légère javelot
3 * Hastati, Lancier lourd impact
3 * Principes, Lancier lourd impact armure
2 * Triarii, Fantassin lourd élite impact armure

Il y a 4 formations de ce type.
Les légions alliées sont de deux types : les légions alliées formées sous le modèle "romain" : même profil que les Hastati.
Les légions extraordinaires sont classées Fantassins moyens impétueux.

Au niveau de la cavalerie, les Romains disposent d'une bonne aile gauche avec 6 plaquettes de cavalerie légère javelot et deux plaquettes de cavaliers (dont celle de Varro). L'aile droite est constituée de la cavalerie romaine (4 plaquettes dont celle de Aemilius Paulus).

Face à cet impressionnante armée de 80 000 hommes, les Carthaginois n'ont que 50 000 hommes à opposer. Pour le jeu il y a donc :
Au centre, les Celtes. Une première ligne 2 * 4 Fantassins lourds impacts, la seconde étant du fantassin moyen impétueux, également 2 * 4 plaquettes.
Sur les flancs en arrière, deux groupes d'Ibères, 2 * 4 plaquettes de Fantassins moyens impacts (et autre chose, mais j'ai un doute - une excellente troupe en tout état de cause).
Encore en arrière sur les flancs des Ibères, les "phalanges africaines", 2 * 4 Lanciers lourds élite armure. A noter que leur seul avantage est leur qualité élite et leur armure, car sans l'impact, ils sont légèrement inférieurs aux Hastati.
Sur le flanc droit, la cavalerie Numide, 9 plaquettes de cavalerie légère javelot.
Sur le flanc gauche 8 cavaliers + 1 cavalier léger javelot.
Enfin, sur tout le front, il y en a de l'infanterie légère javelot et en première ligne, les frondeurs baléares, élite.

Nous nous répartissons à cinq joueurs : 2 joueurs romains, 3 joueurs carthaginois. Je prends moi-même l'aile gauche, un de mes habituels compères (je joue souvent à ses côtés, même si ce n'est pas mon contubernalis de l'Alia What a Face ) prenant l'aile droite et un tout jeune joueur de 13 ans prenant le centre.

La stratégie carthaginoise alors décidée est la suivante :
1/ destruction des ailes de cavalerie romaines ;
2/ position attentiste du centre ;
3/ action des tirailleurs ;
4/ attaque tout azimut après victoire des ailes.

En face, les Romains commettent rapidement plusieurs erreurs : plutôt que de forcer la marche des Légions et de leur infanterie lourde, ils se lancent dans des combats entre leurs vélites et nos frondeurs baléares. Sur la droite, la cavalerie romaine s'avance...Après s'être positionné pour l'attaque, Hasdrubal (moi-même) lance son attaque, enfermant littéralement la cavalerie romaine dans une nasse. Aucun cavalier n'en réchappera (malgré mes jets de dés vraiment pourris avec une suite de 1 ininterrompus). Le Consul Aemilius Paulus trouvera la mort de la main même d'Hasdrubal après une résistance héroïque.

A droite, le combat est beaucoup plus tendu. Les cavaliers vont et viennent au rythme des charges et fuites. Mais les Numides ne parviennent pas à prendre l'avantage.

Au centre, l'escarmouche générale des troupes légères tourne largement à l'avantage des Carthaginois. Alors, les Légions commencent à avancer. Sur la droite, avec la défaite de la cavalerie en cours, les romains envoient les légions alliées en oblique par rapport au reste de la ligne pour refuser le flanc et envoie également les Triarii d'une légion en support.
Face à eux, les Gaulois s'approchent...

Hasdrubal, qui a rallié et reformé ses forces, se porte contre l'aile droite romaine, tenue par une légion extraordinaire. Connaissant les peuples qu'il combat, il va utiliser leur impétuosité contre eux. La légion va en effet quitter sa position et charger la cavalerie qui n'en fera qu'une très rapide bouchée

Nous sommes alors à la moitié de la bataille, les Carthaginois mènent clairement la danse, mais l'avantage n'est pas encore décisif.


La dernière phase de la bataille de la bataille va être particulièrement intense au centre et à droite et beaucoup plus calme à gauche (j'aurais des jets de PP bien putrides et il faut aussi que je ramène mon infanterie ibérique et africaine pour l'assaut final, ma cavalerie n'étant pas suffisante).

Ainsi, au centre débute le choc entre les Celtes et les légions romaines. Le choc est particulièrement rude. Longtemps indécis sur la gauche romaine, il est clairement à l'avantage des Celtes sur la droite.

Sur le flanc gauche, la cavalerie alliée romaine prend l'avantage face aux Numides, qui réclament des renforts; Maharbal sera entendu et la phalange africaine vient appuyer sa défense et renverse le cours du combat dans ce secteur et permet la destruction in fine de l'ensemble de la cavalerie de l'armée romaine. Les deux flancs sont maintenant en l'air, et de nombreuses troupes légères se rapprochent de Varro pour l'abattre.

Sur le flanc droit, les Romains ont disposé les Triarii en défense pour couvrir l'extrémité du flanc. Hasdrubal temporise, surtout que les Principes de leur légion arrivent également en soutien. Il fait donc ramener ses Africains et ses Ibères, couverts par une infanterie légère nombreuse qui engage le combat avec la légion.

Sans commandement, la légion romaine devient en partie immobile et subit les attaques de l'infanterie légère sans pouvoir se défendre réellement. Les pertes augmentent peu à peu de manière inexorable alors même que les Celtes percent la première ligne de Hastati et se ruent sur les Principes. Alors, Hasdrubal vient encercler les Triarii romains pour percer définitivement le flanc.

Finalement à gauche, après plusieurs heures, Varro est abattu au corps à corps.



Nous arrêtons là les combats. Nous avons perdu 3 500 hommes, essentiellement des troupes légères ainsi qu'un peu de ma précieuse cavalerie (les 1 au dé, ça n'aide pas). Les Romains ont alors laissées 26 000 hommes sur le terrain dont déjà pas mal de légionnaires, toute leur cavalerie et une bonne partie de leur vélites. Plus leurs commandants. Nous sommes maintenant dans la portée historique de la victoire d'Hannibal, mais avec un déroulement assez différent dû à l'inactivité initiale des Légions : nous avons du nous reconfigurer un peu pour faire avancer notre infanterie pour supporter la victoire du flanc gauche Carthaginois.

Au final, une très belle partie, mine de rien pas facile (les romains sont terriblement solides, les Triarii sont pratiquement impassables - à moins de les prendre de flanc) et avec l'aile droite romaine très défensive au final, c'était à moi d'aller les chercher, ce qui n'était pas simple étant en "bordure" de carte. De même, 9 plaquettes de cavalerie légère n'ont pas une franche supériorité sur 6 plaquettes de cavalerie légère supportées par 2 cavaleries moyennes. D'où les difficultés de la cavalerie numides (sans parler des jets romains au combat qui ont été une suite de 5 et 6). Rien n'était donc joué d'avance.

Je posterai le lien du compte-rendu du club dès qu'il sera écrit !

Voir le profil de l'utilisateur
Et voici donc le lien du compte-rendu du club avec beaucoup plus de photos !

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum