L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Austerlitz 1805 : Rising Eagle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mar 29 Déc 2015 - 22:06

Fred59 a écrit:
Pouvons nous en savoir plus ?
Des images disponibles ?

Salut Fred

Donc, Austerlitz 1805 : Rising Eagles est un jeu à l'échelle du "régiment" (on y reviendra) sur la bataille d'Austerlitz avec un hexagone pour 275 mètres. La base de la carte (même format que Waterloo, également avec des hex agrandit) est signée Rick Barber, sur laquelle notre graphiste a ensuite réalisé un boulot de dingue pour en faire une carte que - personnellement et même si évidemment je suis juge et partie - je trouve absolument magnifique. Le jeu sera accompagné de 6 scénarios : le combat du 1er décembre au soir, Telnitz et Sokolnitz, le combat au nord, l'assaut de Soult et le choc des Gardes, la bataille complète avec de multiples options (du totalement historique au pas vraiment historique) et un scénario spécial qui change quelque peu la donne de la bataille pour la rendre autrement plus acharnée. Ce dernier scénario n'est pas historique mais aurait pu l'être.

Voici donc deux images. L'une est une vue d'ensemble avec un déploiement non historique, juste pour la photo. L'autre est une prise de vue de Vassal lors d'un test hier sur le scénario 2 : le combat pour Telnitz et Sokolnitz.



Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mer 30 Déc 2015 - 0:54

Merci pour ta réponse !

Bon, pour la carte, désolé mais je n'aime vraiment pas le style de Barber.
Pas un bon choix de designer pour moi... Embarassed Happy
Je pensais le terrain un peu plus blanc le 2 décembre 1805, je me trompe ?

Les pions représentent des régiments ou des bataillons ?
Le "stacking" me semble très important pour une 'échelle au régiment' et des hexagones de 275m...

Autrement, toujours pas de formations et de facing, je suppose.
D'où l'orientation des pions dans les hexagones, qui ne permet pas vraiment la simulation des lignes.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kronoskaf.com/syw/

3 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mer 30 Déc 2015 - 1:09

Après, le style de Barber ne se voit même plus tant notre graphiste a travaillé dur. Le terrain est légèrement enneigé effectivement en début de bataille et tourne rapidement à la boue. Donc nous avons choisi un timbre vert givré avec des niveaux de hauteur en nuances de blanc. D'autre part, le travail de Barber a surtout été le dessin initial à partir de ses données, relativement complètes et précises, issues de ses travaux pour Grognards.

En fait, théoriquement tu as un pion pour un régiment. Mais afin de mieux rendre compte de la résistance des régiments français et russes, ils ont été scindés en deux. Surtout que les régiments sont assez important en termes d'effectifs. Le stacking est exactement le même que pour le jeu sur Waterloo.
Et vu que tu avais fait un commentaire sur le fait que jamais on ne rassemblerait autant de monde en "aussi peu de place", je rappelle juste comme ça que l'empilement de 30 points de force se fait aux risques et périls de perdre la totalité si une merde arrive. Une grosse pile ne résiste pas bien au feu...Un bon joueur ne fait de grosses piles que pour l'assaut et pas avant.

Sinon, toujours pas de formation ni d'orientation. Et de toute manière quand je vois que certains jeux prenant en compte l'orientation simulent les lignes de manière catastrophiques, ce n'est pas un mal et ça évite pleins de situations impensables.

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mer 30 Déc 2015 - 1:32

Fred59 a écrit:Merci pour ta réponse !

Bon, pour la carte, désolé mais je n'aime vraiment pas le style de Barber.
Pas un bon choix de designer pour moi... Embarassed Happy
Je pensais le terrain un peu plus blanc le 2 décembre 1805, je me trompe ?

Les pions représentent des régiments ou des bataillons ?
Le "stacking" me semble très important pour une 'échelle au régiment' et des hexagones de 275m...

Autrement, toujours pas de formations et de facing, je suppose.
D'où l'orientation des pions dans les hexagones, qui ne permet pas vraiment la simulation des lignes.

Ah non cette carte est superbe ! (et donc là pour de la représentation du wargame). Comment pourrait on en dire autrement ?

Cool

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mer 30 Déc 2015 - 1:43

Ok pour la carte.
Les contours des élévations 'à la Barber' ne passent vraiment pas chez moi...
Les détails sont très joliment dessinés, par contre.

Pour le stacking, je ne vais pas revenir sur ma remarque première.
C'est un choix de design de ce jeu (et d'autres) auquel je ne souscris pas.
La différence entre permettre ce qui est humainement possible et ce qui est factuellement possible...
Deux choix de design très différents et assez opposés.

Pour la ligne, je suis assez d'accord avec ta remarque. Wink
Mais, il est, pour moi, tout de même un peu dommage, pour un jeu 'grand tactique' Napoléonien, de ne pas montrer les principales formations tactiques si significatives de cette période.
Effort de vulgarisation oblige, je suppose...
Au moins, avec ce système, est-il possible sans doute de simuler sans problème d'autres périodes.
Mais il doit bien y avoir dans ce système (que je ne connais que très peu) des éléments simulant intrinsèquement la période Napoléonienne.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kronoskaf.com/syw/

6 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mer 30 Déc 2015 - 1:57

Leonidas, un peu de sarcasme ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kronoskaf.com/syw/

7 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mer 30 Déc 2015 - 21:22

Fred59 a écrit:
Mais, il est, pour moi, tout de même un peu dommage, pour un jeu 'grand tactique' Napoléonien, de ne pas montrer les principales formations tactiques si significatives de cette période.
Effort de vulgarisation oblige, je suppose...
Au moins, avec ce système, est-il possible sans doute de simuler sans problème d'autres périodes.
Mais il doit bien y avoir dans ce système (que je ne connais que très peu) des éléments simulant intrinsèquement la période Napoléonienne.

Ouais mais justement l'idée de Walter c'est de te mettre dans la peau du général en chef et donc tu n'as pas de contrôle sur ces éléments subtactiques. Chaque unité a une valeur de qualité qui prend en compte sa capacité à utiliser la formation la plus adéquat à un moment donné. Ensuite les tables de tir ont été calculées à partir des données historiques sur les tirs d'artillerie et d'infanterie. D'autre part, il faut aussi comprendre qu'une des facette de ce jeu c'est de ne pas avoir à placer de marqueurs sauf les déroute et quelques marqueurs qui n'ont d'utilisé que durant une activation (marqueur d'attaque ou de tir). Au final, effectivement tu vas perdre sur la simulation subtactique - dont ce n'est pas le propos - mais tu vas y gagner sur la simulation d'ensemble.

Voir le profil de l'utilisateur

8 Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Jeu 31 Déc 2015 - 13:33

VinceWG a écrit:
Ouais mais justement l'idée de Walter c'est de te mettre dans la peau du général en chef et donc tu n'as pas de contrôle sur ces éléments subtactiques. Chaque unité a une valeur de qualité qui prend en compte sa capacité à utiliser la formation la plus adéquat à un moment donné. Ensuite les tables de tir ont été calculées à partir des données historiques sur les tirs d'artillerie et d'infanterie. D'autre part, il faut aussi comprendre qu'une des facette de ce jeu c'est de ne pas avoir à placer de marqueurs sauf les déroute et quelques marqueurs qui n'ont d'utilisé que durant une activation (marqueur d'attaque ou de tir). Au final, effectivement tu vas perdre sur la simulation subtactique - dont ce n'est pas le propos - mais tu vas y gagner sur la simulation d'ensemble.

Cet avis de 'Flavio Acquati' sur Boardgamegeek, au sujet de Fallen Eagles, résume assez bien mes craintes et mon ressenti :
"A hell of fun playing this game but, ehm... imo it isn't too much "napoleonic".
Fallen eagles is a game "about Waterloo" in which the Emperor can try to play Kolin instead of the actual battle (my buddies actually tried it), play out the historical battle or whatever.
"

Je viens de revoir la carte de "Fallen Eagles" et la trouve toujours vraiment magnifique.
Elle constitue vraiment une valeur ajoutée au jeu et apportait un style propre à la série.
Je trouve vraiment dommage d'avoir changé de style pour la carte de "Austerlitz Rising Eagles"... Sad
Pourquoi avoir changé de style ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kronoskaf.com/syw/

9 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mar 5 Jan 2016 - 0:21

Ben en fait c'est le même style. La différence c'est qu'il y a plusieurs types d'élévation, du niveau de terrain presque plat à la falaise abrupte. Et qu'on est en hiver. Le reste du style est identique.

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Mar 5 Jan 2016 - 12:31





Pas tout à fait le même style, tout de même. scratch

Pour moi, il aurait fallu reprendre la trame de fond de Waterloo mais la faire moins beige et encore un peu plus claire (hiver, neige).
Tous les (beaux) détails seraient bien plus visibles.
La carte aurait été beaucoup moins sombre et aurait fait moins chargée qu'actuellement.
J'ai peur que cette carte d'Austerlitz soit presque illisible une fois les numéros d'hexagones apposés (si vous les mettez).

Du fait de ce fond de trame foncé, les villages sur la carte d'Austerlitz sont presque illisibles.
Ils étaient, à raison, la pièce maîtresse de la carte de Waterloo et apportaient une légère note "bucolique" bienvenue.

Il faudrait vraiment faire les routes beaucoup plus claires sur la carte d'Austerlitz : elles sont actuellement fondues avec le reste (alors qu'elles ont joué un rôle très important le jour de la bataille).
Les routes et chemins sur la carte de Waterloo apportaient un plus, étaient très visibles et pourtant vraiment en harmonie avec le reste.

Il aurait également fallu reprendre le design des élévations de Fallen Eagles : celles d'Austerlitz sont bien trop visibles (comme toujours avec Barber).

La beauté de la carte et la qualité du matériel Hexasim vous ont permis d'obtenir des appréciations généralement très positives.
Si il ne reste plus que la qualité Hexasim. Wink

Juste un avis à deux balles...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kronoskaf.com/syw/

11 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Jeu 7 Jan 2016 - 0:23

La manière de montrer les hauteurs est la même que pour Waterloo. Ce qui change ce sont les hexagones en pente continue qui ont un design spécifique qui effectivement lui est issu de Barber.
Après, ce sont des gouts et des couleurs ^^ La preuve, y en a pleins qui aiment Barber. Moi j'adore ce style.
Pis comme c'est un peu mon jeu, bon, ben faut que ça me plaise aussi quoi.

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Jeu 7 Jan 2016 - 0:34

Je comprends ta position.

Essaye au moins de faire en sorte que les routes soient plus lisibles.
En plus, ça éclaircira la carte... Smile

Voir le profil de l'utilisateur http://www.kronoskaf.com/syw/

13 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Jeu 7 Jan 2016 - 0:41

Ce sera vu plus tard. Les playtests se feront intégralement sur cette carte. Mais je note et on verra ce que peut nous proposer notre graphiste.

Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Sam 9 Jan 2016 - 2:41

VinceWG a écrit:Ce sera vu plus tard. Les playtests se feront intégralement sur cette carte. Mais je note et on verra ce que peut nous proposer notre graphiste.

Je trouve surtout que ça manque de pions à Telnitz. De mon expérience récente, c'est au moins cent pions pour ce segment de la bataille ;-)

Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Sam 9 Jan 2016 - 13:29

LOL =)
C'est la perspective, certainement.

Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Sam 9 Jan 2016 - 21:43

La carte me plait beaucoup, elle rend bien un 2 décembre avec ses teintes marrons, la lumière est inclinée, les creux paraissent plus sombres, les reliefs plus clairs, c'est très réaliste.

Quant au système, je pense qu'il sera beaucoup mieux adapté à Austerlitz qu'à Waterloo.
Austerlitz est une bataille de manœuvre, il y a beaucoup d'espaces, 3 fois plus qu'à Waterloo qui était , elle une bataille frontale, où la manœuvre était exclue.

Autrement dit Waterloo est une bataille où comptent la tactique et l'attrition, deux domaines que Fallen Eagles avait mal (l'attrition) ou quasiment pas traité (la tactique).

Le système Fallen (ou Risen) Eagles est par contre excellent pour les enchainements de manœuvres
idéal pour Austerlitz où ce qui compte c'est d'avoir le plus grand nombre et la qualité concentrés  à l'endroit décisif plus que la tactique.

Je regrette que le carré (test pour s'y mettre et test pour en sortir) comme l'avait fait R Berg dans son TBOW soit absent du design.
ainsi que l'état de "blown" après une charge pour la cavalerie.

Cela aurait donné au joueur le sentiment d'avoir de la cavalerie napoléonienne et non des unités simplement plus rapides.
Dommage...

Mais je suis content de voir que les designers de Risen Eagles aient trouvé la bataille qui convenait à leur système de règles, bravo.

Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Ven 15 Jan 2016 - 12:25

Ulzana, attends de voir les règles qui vont arriver avec Austerlitz Wink Il y a quelques changements concernant l'utilisation de la cavalerie. Par ailleurs, je trouve l'attrition dans Fallen Eagles bien mieux rendue que dans le jeu de Berg ou dans le Jour de Gloire dans lequel elle est même absente.

A suivre, le CR d'une partie complète pour ceux qui ne sont pas sur un autre forum...

Voir le profil de l'utilisateur

18 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Ven 15 Jan 2016 - 12:26

Bonjour,

Voici un petit compte-rendu au fur et à mesure de son avancement d'une partie de test de Rising Eagles jouée via Vassal. Je joue le Coalisé.

Situation de départ.

Après une campagne particulièrement mal engagée par nos alliés autrichiens, la concentration de notre glorieuse armée a fait réfléchir le petit corse. Depuis fin Novembre, son "offensive" s'est brusquement arrêté. Le bougre est bien trop loin de ses bases et se retrouve bien faible, si loin en territoire ennemi ! De plus, nos alliés de jadis, les Prussiens, se préparent à le poignarder dans le dos. Des nouvelles nous informe également de la marche de l'Archiduc Charles et de son armée. L'ogre corse n'a plus d'autre choix que la retraite. Nous allons la lui couper ! Cet idiot de Weyrother a raison lorsqu'il dit que la droite française est imprudemment étirée et dégarnie. Mais il est idiot s'il croit que Napoléon nous laissera attaquer avec quatre de nos colonnes sur leur flanc, sans réagir. Je sais ce dont il est capable. C'est pourquoi j'ai donné mes propres ordres aux 2ème et 3ème colonnes de Langeron et Przybyscewski. J'espère qu'ils m'écouteront. Je n'ai pas tellement confiance en cet idiot de Przybyscewski, mais Langeron a suffisamment d'intellect pour entendre mes arguments.

Si tout se passe comme je l'espère, la 1ère colonne de Dokthurov s'avancera, couverte par l'avant-garde de Keinmayer, vers les villages de Telnitz et Sokolnitz. Leur force combinée devrait être suffisante pour s'emparer des villages et obliger les Français soit à venir couvrir leur flanc avec des réserves, soit à prendre des risques non calculés. Soit, si nous avons la chance avec nous, les deux. Langeron fera mine de quitter le Pratzen à une allure d'escargot et remontera se mettre en ligne aux premiers signes d'une quelconque avance française sur le plateau. La 3ème colonne fera de même mais viendra s'établir autour du village de Pratze afin de reconnaître la vallée. La 4ème colonne est commandée par Kollowrath. Cet Autrichien n'écoutera pas mes instructions comme ça. Je devrais donc lui donner des directives intelligemment pour qu'il les suive. Nous devrions donc avoir 3 colonnes pour couvrir le Pratzen et le Stare Vinohrady, nous assurant un centre solide.

La Garde impériale viendra couvrir Blaziowitz et assurera la liaison entre le centre et l'aile droite. La 5ème colonne de Lichtenstein viendra à gauche du général Bagration qui viendra s'avancer doucement dans la plaine. Son objectif officiel est bien l'attaque du Santon, mais j'ai préconisé à Bagration la plus grande prudence...

Situation à 07h00

Les premières colonnes se sont mises en route dans un capharnaüm inimaginable. Les réorganisations de dernières minutes de Weyrother ne sont pas de mon goût. Malgré cela, les généraux Keinmayer, Dokthurov et Langeron sont en mouvement sur l'aile gauche. J'espère que Napoléon peut voir ça de ses yeux malgré le brouillard.

Tour de 07h00

L'entends le son du canon à gauche. La bataille a débuté à 07h30 environ. Les messagers m'indiquent que les Français ont au moins 2 000 hommes dans Telnitz et dans les bois sur la colline à l'est. Le général Keinmayer m'assure qu'il en chassera toute trace des bataillons du corse. Je vois que mes autres colonnes se mettent timidement en marche. La 3ème colonne semble respecter mes ordres particuliers et le Tsar n'a pour le moment rien vu de ce petit manège. Par contre j'ai du mal à expliquer à cet imbécile de Kollowrath pourquoi il doit venir ancrer sa droite sur Blaziowitz. "Mes ordres sont de prendre Kobelnitz" m'a t'il répondu. Je l'ai tout de même convaincu de disposer deux régiments et une batterie de réserve sur le Stare Vinohrady pour garder l'Empereur Franz 1er.
Le canon tonne de plus en plus fort à gauche. On me rapporte que Keinmayer a nettoyé les bois des tirailleurs corses. Dokthurov ne devrait plus tarder à débuter son attaque sur Sokolnitz. Je suis impatient de connaître les mouvements de mon ennemi...
Bigre. Il est déjà 08h !

Situation à 08h00


Tour de 08h00

L'heure tourne et nos canons à l'aile gauche dominent complètement le champ de bataille, on n'entend qu'eux. Je crois que Dokthurov a lancé son attaque. On m'a apporté un prisonnier. Il affirme faire partie de la division Friant du IIIème corps. C'est impossible, Friant est à Vienne. Il n'aurait pas pu parcourir 140 kilomètres en deux jours. Il doit essayer de me tromper. Mais il semble que l'essentiel de la division Legrand se trouve autour de Telnitz.
Un messager de la 3ème colonne vient nous avertir qu'un régiment français s'approche de Pratze. Si un régiment s'approche, c'est qu'il y a une division proche et donc un corps proche. Je crois au corps de Soult. Il passerait déjà à l'offensive ? Je parviens à force de discussion à convaincre le Tsar d'arrêter le mouvement de la 4ème colonne et de la disposer entre Blaziowitz et le Stare Vinohrady "le temps que la 3ème colonne traite cette nouvelle menace dans le déploiement de la 4ème colonne". Le brouillard de dissipe tout doucement et nous révèle d'autres forces françaises en mouvement vers notre position ! Il y a a priori une division vers Pratze et une division vers Blaziowitz. Le Grand Duc m'assure qu'il ne laissera point Blaziowitz tomber sans que la garde eut son mot à dire. Je dois pousser Kollowrath pour qu'il se redéploie en hâte - mais les Français seront à Blaziowitz avant nous. J'entends par ailleurs le canon tonner en bas. Je crois qu'il s'agit de la 3ème colonne, elle doit être attaquée par l'une des deux divisions françaises.
Un messager du général Dokthurov vient de me rassurer sur les évènements de l'aile gauche : deux de nos vaillants régiments viennent de prendre le chateau de Sokolnitz après en avoir chassé les tirailleurs italiens qui en défendaient les abords. Le général de la 1ère colonne m'assure de la capture du village pour 10h. Les nouvelles des Autrichiens de Keinmayer sont bien moins réjouissantes. Mais doit-on être surpris parlant d'Autrichiens ? Cependant, il semble tout de même qu'ils aient pris pied dans Telnitz.
J'entends maintenant une vive mousquèterie sur ma droite...je crois que le Grand Duc dispute Blaziowitz aux troupes françaises dont on m'assure maintenant qu'il s'agit des divisions St-Hilaire à gauche et Vandamme à droite du IVème corps de Soult.
Enfin un message de Bagration. Lichtenstein a - avec beaucoup de retard - regagné sa position sur sa gauche et ses cosaques, en position avancée, ont observé le corps de Lannes en mouvement autour du Santon.  Une division de cavalerie se serait avancée dans la plaine devant l'infanterie. Napoléon a t'il l'intention de tenter un immense combat de cavalerie ? Dans cette optique, je peux lui opposer les cavaleries de Bagration, de Lichtenstein et de la Garde impériale soit près de 10 000 chevaux !
Il est maintenant 09h. Le brouillard se lève, le soleil est radieux. Cette journée sera magnifique et mémorable ! Elle verra avant ce soir la défaite de l'Empereur !

Situation à 09h00

Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Ven 15 Jan 2016 - 12:26

Tour de 09h00

Le brouillard se lève peu à peu, révélant les dizaines de milliers d'hommes de l'Ogre. Weyrother s'est laissé berner en laissant cours à son arrogance. Nul doute que les Français sont bien plus nombreux que nous. Les messagers de Bagration m'annoncent la mise en bataille des cavaliers du prince Murat en avant de l'infanterie de Suchet et Caffarelli. Je dois pousser Lichtenstein pour qu'il active son mouvement afin qu'il couvre efficacement le flanc de Bagration. Je suis inquiet à propos de la 1ère colonne car j'entends le canon redoubler dans ce secteur qui aurait du tomber. Je dois donc faire face aux critiques de Weyrother qui m'accuse de très mal appliquer ses directives. Cet impertinent semble oublier sa place.
L'assaut de Soult se poursuit. Langeron m'informe faire face à une division de Dragons qui tente de tourner notre ligne. Je lui demande instamment de tenir ses positions. Przybyscewski également est inquiet - à raison, il est en première ligne. Ses pertes sont lourdes à Pratze et il ne cesse de me demander des renforts. Mais je ne puis me résoudre à casser la ligne de bataille que je suis parvenu à mettre en place avec la 4ème colonne.
En tout cas, avec le Grand Duc Constantin qui a effectivement enfermé un régiment de voltigeur dans Blaziowitz, le général Vandamme a fait obliquer toute sa division pour lui venir en aide. Son attaque a fait craquer plusieurs régiments - des Autrichiens, incapables de tenir une si belle position. Je dois me déplacer en personne pour mener une attaque du 23ème régiment de Salzbourg et du régiment Ismaïlovski de la garde impériale. Nos glorieux gardes manquent de tout emporter sur leur passage dès le premier assaut. Il en faudra un second vingt minutes plus tard pour en venir à bout. Je reste à cheval dans ce secteur du champ de bataille, surveillant l'attaque de Soult qui finit par se briser sur nos lignes tenues par nos farouches soldats dont rien ne semble pouvoir entamer la détermination.
Une nouvelle troupe française suit la division Vandamme, je crois reconnaître là-bas le Ier corps du maréchal Bernadotte. Le pauvre risque de devoir attaquer frontalement les troupes d'élite du Grand Duc. Je ne m'en fais donc pas. Mais je vois qu'une autre troupe encore se dirige vers Puntowitz, certainement pour renforcer l'attaque au centre ou venir en aide au flanc. Je ne saurais le dire, mais on dirait des Grenadiers; sont-ce là la Garde impériale de Napoléon ou bien un regroupement de compagnies de Grenadiers ?
L'heure passe. Je n'ai toujours pas de rapport m'informant de la victoire à gauche et le canon tonne toujours. Mais l'attaque de Soult a perdu de sa superbe et nous tenons la ligne. Je ne pense pas qu'ils puissent passer sans renforts importants. Nos canons dominent littéralement le champ de bataille.
Un immense grondement m'attire l'attention à droite. Le spectacle de dizaines d'escadrons de cuirassiers et carabiniers est incroyable. Le prince Murat s'est mis en action contre Lichtenstein. J'ai bien l'impression qu'encore une fois les Autrichiens vont être la cause de bien des malheurs car je vois notre ligne enfoncée en plusieurs endroit. Si Lichtenstein venait à céder sous les charges de Murat, Bagration se retrouverait dans une position vicieuse et seul le Grand Duc serait alors en mesure de l'aider. Heureusement, il semble que Lannes reste assez inactif, attendant certainement les résultats des charges des cuirassiers français.
Ah ! un jeune officier autrichien arrogant vient enfin de m'annoncer la prise de Telnitz, ajoutant que le général Dokthurov échoue encore contre Sokolnitz. Il semblerait par ailleurs que les français reçoivent des renforts. Il y aurait deux brigades et une division de cavalerie. Serait-ce effectivement le IIIème corps ?
Il est déjà 10h, je n'ai pas vu le temps passer. Je pense que dans les heures qui suivent, l'action de notre glorieuse garde impériale aura des répercutions décisives dans cette bataille majeure qui décidera de toute la campagne. J'en suis certain.

Situation à 10h00

Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Ven 15 Jan 2016 - 19:11

Suite des aventures trépidantes du sieur Koutousov. Avec un tour particulièrement rapide, une grosse partie des formations n'ayant eu qu'une seule activation.

Tour de 10h00

Alors que je vois la cavalerie du prince Murat se replier pour tenter une nouvelle charge et que l'infanterie du maréchal Lannes semble se mettre en branle pour une attaque totale sur notre droite, je fais redisposer la cavalerie de la 5ème colonne le long du flanc de Bagration, ouvrant ainsi le champ de tir des canons du Grand Duc. N'eus-je pas donné de telles directives, ce piètre général autrichien serait resté au milieu du champ de bataille, aurait bloqué le feu de nos canons et se serait fait ainsi refouler par la deuxième charge des cuirassés. Bagration d'ailleurs, restait immobile, attendant le choc qui ne saurait plus tarder.

Au centre, alors que je réorganise ma ligne défensive après la première attaque de Vandamme, mettant en batterie quelques canons supplémentaires en soutient à nos forces, j'observe un mouvement inespéré, preuve de l'acharnement de notre détermination : Vandamme recule. Je crois discerner le maréchal lui-même et son état-major qui galopent, ralliant les fuyards, si nombreux. Malgré une petite canonnade de notre part, ce secteur sera tranquille pendant au moins une heure.

Un cavalier, que je reconnais comme étant un jeune aide de camp du général Buxhowden - que j'ai envoyé superviser l'attaque de l'aile gauche - arrive à bride abattue, un large sourire sur le visage. Je sais avant même qu'il me le dise que les villages de Telnitz et Sokolnitz sont en notre pouvoir. Puis, il m'annonce que le maréchal Davout a avec lui encore quatre régiments d'infanterie et toute une division de cavalerie. Buxhowden me fait ainsi savoir qu'il va donc rester en attente dans les deux villages pour éviter toute contre-attaque qu'il ne pourrait être certain de repousser. L'inaction de ce général est plus qu'ennuyeuse. Je vais devoir aller voir par moi-même...

Situation à 11h00

Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Sam 16 Jan 2016 - 15:21

Avec la prise de Telnitz et Sokolnitz, le Français se retrouve dans une situation critique au début du tour de 11h. En effet, il lui faut prendre une grande partie des objectifs tenus par le coalisé pour 14h ou concéder une victoire mineure (qu'il me sera possible de refuser pour tenter une plus grande victoire). Le fait d'avoir pris les deux villages (deux objectifs tenus par le Français en début de partie) ajoutent 2 objectifs supplémentaires à prendre par le coalisé pour 14h. Difficile. Surtout dans sa situation actuelle, il a pris pas mal de retard avec des pertes énormes au centre.
Je lui conseille donc la suite suivante : reconcentration du IV corps côté Pratzenberg, décallage de Bernadotte légèrement sur sa droite pour tenir le centre, attaque de la ligne centrale à revers par les grenadiers de Duroc. Attaque de Lannes et Murat à gauche. Envoie de la Garde impériale pour se faire la Garde russe. A la fin du tour, il va récolter les premiers résultats de cette "petite" réorganisation (en conservant l'essentiel des ordres). A savoir que nous avons également commencé à utiliser de nouvelles règles à venir sur l'emploi de la cavalerie. Bon, certaines sont bien sympa, mais il y a un moment, du Ulhan tout crapis face à la ligne la plus solide d'Europe, ça marche pas toujours.

Sans transition, voici donc la suite des "Mémoires du Prince Kutusov relatives à la campagne de 1805".

Tour de 11h00

J'assiste à l'un des plus grands engagements de cavalerie de notre temps. Les meilleures cavaleries d'Europe sont réunies sur un même champ de bataille : russes, autrichiennes et françaises. 20 000 cavaliers tournoient, chargent, reculent, tentant de prendre l'avantage. La mauvaise tenue de nos alliés autrichiens aura les résultats que je craignais. La cavalerie lourde du prince Murat prend progressivement le dessus et je ne crois pas qu'il soit opportun d'envoyer toute la cavalerie de la garde impériale. Bien couvert par la cavalerie, le maréchal Lannes attaque sur toute la ligne, Suchet à sa gauche et ce que je crois être la division Caffarelli du IIIème corps à droite. Je vois une cavalerie nombreuse - au moins deux divisions de chasseurs et de dragons - nous tourner, mettant en grand danger le général Bagration qui se battra comme un lion. Couvert par les puissants canons qui accompagnent nos bataillons et soulagé par les contre-charges de sa cavalerie lourde, le général maintient sa ligne tant qu'il peut mais le combat est si déséquilibré qu'il en est désespéré. Avec 8 000 fantassins et 4 000 cavaliers il doit faire face à plus de 12 000 fantassins, 3 000 cavaliers sur ses derrières et la menace des cavaliers de Murat à sa gauche, maintenant que la 5ème colonne est pratiquement vaincue, ne tenant plus que quelques positions sur le flanc.

Je conseille au Grand Duc de bien prendre la mesure des évènements à notre droite et d'agir à bon escient. Puis, je commence à chevaucher en direction de notre aile gauche. Ce faisant, j'assiste au recul de la division Vandamme qui semble se diriger vers la division St-Hilaire. Il semble que le maréchal Soult ait compris son erreur. Je me presse le long de notre solide ligne au centre pour arriver vers le Pratzenberg et assister à la première attaque majeure de Soult. Pratze est perdu, les premières hauteurs par-delà le village sont submergées par des dizaines de milliers de combattants. Les régiments Perm et Koursk sont en pleine déroute alors que Langeron tente de réorganiser sa défense au sommet du Pratzenberg. Depuis le village de Pratze, je vois les Grenadiers que j'avais pu observer plus tôt. Leur premier assaut est heureusement stoppé net par les canons de Przybyscewski. Mais d'autres arrivent et ces troupes semblent impossible à arrêter. Au delà, la plaine est recouverte des troupes du maréchal Bernadotte qui s'est établi au centre.

Je comprends alors le plan des Français pour capturer le plateau de Pratzen. Tant bien que mal, Kollowrat fait réorganiser quelque peu sa ligne à sa gauche pour contrer un assaut venant de son flanc.

Quant à notre gauche, cela fait bien une heure que je n'entends plus rien. Cela tend à indiquer que les Français de Davout ne sont pas assez forts pour contre-attaquer dans ce secteur. Je dois donc faire presser l'attaque de Dokthurov pour tenter d'y distraire des forces supplémentaires. Mais un messager du général Bagration m'informe que sa situation est maintenant critique, son centre est brisé et seule subsiste sa position sur la colline sur laquelle il a ancré sa droite. Sa position autour des hauteurs du Goldbach étant intenable je lui donne ordre de se replier en couvrant nos lignes de communication via Austerlitz.

Situation à 12h00

Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: Austerlitz 1805 : Rising Eagle le Dim 17 Jan 2016 - 14:16

La bataille prend une nouvelle tournure. On est plus dans la bataille réellement décrite par Kutusov dans son rapport au Tsar. En gros, l'assaut français emporte tout mais s’essouffle avec une grande rapidité - correspondant étrangement à la cadence de tir de mes canons. On reviendra plus précisément après le CR de 12h sur l'état des corps. Mais à ce niveau, la campagne est déjà un échec, Austerlitz ne sera pas la victoire marquante qu'elle fut historiquement...ou si pour le nombre de tués et de blessés qui jonchent le champ de bataille. Allez, on y retourne !

Tour de 12h00

L'assaut de Soult est terrible. Lançant des dizaines de milliers d'hommes sur le Pratzenberg, il refoule les troupes de Langeron. Mais le brave général tient ses positions méritant les plus beaux éloges. Les pertes que ses troupes infligent aux Français sont très grandes. Des régiments tout entiers cessent d'exister sous la mitraille. Légèrement à droite, la division de Grenadiers débute son attaque. Le général Przybyscewski ayant parfaitement repositionné ses troupes, il les reçoit de front et leur fait de grandes pertes. Mais partout, ses troupes abandonnent leurs positions. La 3ème colonne sera finalement ralliée par la présence incontournable du Tsar. Mais de la division de Grenadiers si fière et si redoutable ne subsistent plus que quelques bataillons épuisés. Je vois enfin que le maréchal Bernadotte s'attaque à la droite de notre centre et refoule les premières troupes autrichiennes malgré des pertes importantes. Et alors qu'on pourrait se laisser aller au désespoir, j'envoie un de mes aides de camp vers le Grand Duc pour le presser de contre-attaquer le flanc des français entre le Stare Vinohradi et le Pratzenberg.

Je chevauche ensuite vers notre flanc, où j'observe les troupes légères du général Keinmayer aux prises avec les troupes du maréchal Davout. Ces dernières semblent épuisées et nous faisons de nombreux prisonniers alors qu'un régiment est encerclé par O'Reilly et les Grenzers. Quant à Dokthurov, il réorganise une ligne de bataille au-delà de Sokolnitz pour poursuivre l'offensive. Je suis navré de devoir lui donner des ordres contraires. J'ai besoin de lui sur le Pratzenberg. Je lui demande de laisser tout de même une troupe bien couverte en artillerie pour défendre le village. Finalement lorsqu'il voit sur ses derrières les troupes de Soult s'essayer à capturer le Pratzenberg, il comprend le danger et accepte les ordres et me promet de rejeter les Français en désordre. Je décide de laisser Keinmayer dans Telnitz.

Plusieurs aides de camp m'arrivent à bride abattue. L'un est un officier autrichien que j'ai déjà vu accompagner le général Lichtenstein. Couvert de poussière, blessé à l'épaule par un coup de sabre, il m'informe que la 5ème colonne toute entière a été détruite par la cavalerie du prince Murat. Il est accompagné par le général Dolgorouki à qui je demande "pourquoi général n'êtes-vous pas avec vos troupes ?" ; ce à quoi ce piètre général me répond "je n'ai plus de troupes, général". Il m'informe ensuite que le général Bagration tente tant bien que mal de se replier mais qu'il ne doit plus lui rester guère plus que deux régiments d'infanterie et plus de cavalerie. Les nouvelles sont terribles, notre armée est donc tournée. Mais il y a là un capitaine portant l'uniforme de la garde et dont un large sourire barre le visage. L'attaque de la garde impériale a débuté, refoulant les troupes du Ier corps ennemi qui reflue en désordre. Sans plus attendre, je donne ordre à la garde de poursuivre son offensive jusqu'à Pratze.

Je regarde ensuite l'heure. 1 heure de l'après-midi. Dans 4 heures il fera nuit. Tout n'est pas perdu. Non !

Situation à 13h00


Maintenant que vous avez pu lire le CR du tour, un petit point de situation plus particulier.
Français :
I corps : il reste 3 régiments complets à Bernadotte qui fait face au gros de la garde impériale russe et manque de canon pour espérer leur tenir tête. 33% de pertes environ.
III corps : les pertes sont extrêmes, le corps est à une perte de la démoralisation mais il lui reste les compagnies d'élite du 15ème léger (QF 9). 50% de pertes environ.
IV corps : de lourdes pertes mais encore des régiments combattifs surtout dans la division St-Hilaire. 33% de pertes environ.
V corps : un des corps qui s'en sort le mieux malgré quelques coups sévères. 25% de pertes environ.
Duroc : la division est intégralement réduite ou détruite. 70% de pertes environ, mais essentiellement de la réduction (2 pions perdus).
Res Cav : Environ 20% de pertes, mais une efficacité réduite de près de 40% au vu des réductions. Mais il reste encore quelques régiments en forme.
Garde impériale : Toute neuve !

Coalisés :
avant-garde de Keinmayer : 2 régiments de Grenzer et une batterie se sont enfuis du champ de bataille après avoir subis de lourdes pertes.
1ère colonne : les pertes sont anecdotiques. J'ai mené l'attaque à grand renfort d'artillerie et seul un régiment est manquant...il est en déroute à plein effectif.
2ème colonne : 2 régiments et 2 batteries ont été détruits, 2 régiments sont en déroute. Reste 3 régiments qui tiennent encore...pour combien de temps encore ?
3ème colonne : elle a pris cher. Pratiquement 50% de pertes plus en comptant les troupes en déroute mais encore sur le champ de bataille.
4ème colonne : environ 33% de pertes, mais plusieurs des régiments encore déployés ont déjà été réduits. Elle est proche d'être totalement brisée.
5ème colonne : elle a cessé d'exister. Il ne reste même pas un bataillon.
Avant-garde d'armée de Bagration : 70% de pertes ! Bagration s'est battu jusqu'au bout, il se retire à présent avec des troupes démoralisées et épuisées.
garde impériale : en pleine forme !

Au niveau des pertes globales, les Français déplorent plus de 18 000 tués, blessés, prisonniers (3 à 4 000 prisonniers) plus quelques fuyards. Essentiellement de l'infanterie. Les coalisés ont à ce stade 14 500 tués et blessés mais ont déjà abandonné 100 canons. Une partie importante des pertes est constituée de cavaliers. Cela fait quelque chose dans le genre 320 PV pour le Français contre environ 200 PV pour le coalisé. Pour le moment cette différence n'est pas énorme. Au vu des conditions de victoire finale, il va falloir inverser un peu le processus et infliger plus de pertes qu'ils n'en reçoivent pour espérer obtenir la victoire.
Il reste actuellement aux Français une heure pour capturer un grand nombre d'objectifs ou concéder la défaite marginale.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum