L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] Wellington's War de Hans Von Stockhausen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Prologue

1808

Napoléon vient de vaincre successivement l'Autriche en 1805 et ses alliés Russes, puis la Prusse en 1806 et la Russie en 1807.
Il se retrouve maitre de l'Europe centrale, invaincu sur terre, mais l'Angleterre reste toujours hors de portée dans son île, maitresse des mers.
Le seul moyen de l'atteindre est économique: un blocus continental fermant les marchés européens aux marchandises britanniques.

Mais l'Angleterre a un petit allié: le Portugal avec lequel elle défie Napoléon en contournant ce blocus.

Napoléon ne peut tolérer cette entorse aux règles qu'il impose aux grandes puissances comme aux petites en Europe.
Mais pour atteindre le Portugal il faut passer par l'Espagne, une alliée de la France, pâle descendante de la puissance mondiale qu'elle fut autrefois.

L'aristocratie est corrompue, les comptes royaux exsangues, les colonies du Nouveau Monde lui échappent
leur expansion est bloquée par les raids comanches au Nord et au sud du Rio Grande.
Le pays , âpre, montagneux, compartimenté, souffre d'un manque de communications, la population rurale est d'une pauvreté indigne, très majoritairement analphabète.


L'Eglise maintient une Chappe de plomb sur les esprits...



superstitions... contritions...




humiliations...



Et parfois sur les corps...



Des moines, dit on à voix basse, ne se gêneraient pas pour visiter dans la journée les femmes dont les maris sont aux champs, laissant leurs sandales à l'entrée comme un signal pour l'époux malchanceux qui rentrerait trop tôt chez lui...
Il vaut mieux ne pas se mettre à dos les représentants de l'Eglise...
au mieux ce serait la mise à l'écart du groupe social


au pire...




Les idées révolutionnaire de France ne peuvent fleurir sur un tel terreau...

La Monarchie des Bourbons tente bien de faire des réformes dont le pays a tant besoin mais la peur de la Révolution française y met un frein.



Le roi Charles IV vient de se faire évincer en Mars 1808 par son fils Ferdinand VII,



ce qui la fragilise la Monarchie, d'autant plus que Godoy, détesté par le peuple,  intrigue avec la France tout en pratiquant un double jeu.




Napoléon va se centrer sur l'opportunité qui lui est offerte, avec le piège de Bayonne, de contrôler l'Espagne en y mettant sur le trône son frère Joseph, et d'envahir le Portugal.

L'armée espagnole est la plus faible d'Europe, l' administration la plus inepte,
ce ne peut être qu'une aventure sans risques.

Voir le profil de l'utilisateur
Napoleon avait donné à Junot à la tête du Corps d'observation de la Gironde (25 000 h) la mission d'aller à Lisbonne s'assurer de l'obéissance du Prince Régent du Portugal, tandis que ses diplomates lançaient des ultimatums.

Le traité de Fontainebleau de coopération franco espagnole en vue d'une partition du Portugal  permettait la traversée du territoire espagnol par des troupes françaises.

Le 18 octobre 1807 Junot traverse la frontière espagnole, le 30 novembre 1807 il arrive à Lisbonne avec ses hommes épuisés.
Mais la famille Royale Portugaise et sa cour se sont déjà enfuis vers leur colonie  Brésilienne escortées par une escadre Britannique.
Au cours de premiers mois de 1808 plusieurs autres corps français pénètrent en Espagne, mais curieusement bien loin du Portugal.
Burgos, Madrid...Barcelone sont occupées par des troupes françaises, près de 100 000 h.
Murat entre dans la capitale en mars 1808.

En Avril 1808 , Ferdinand VII est dépossédé de sa couronne à Bayonne par une manœuvre machiavélique de l'Empereur.





Le "Dos de mayo", le peuple de Madrid se soulève, les cavaliers français sont massacrés dans les rues






La répression ...

fait basculer la France dans une guerre  d'un nouveau genre bien différente de celles menées contre les Empires centraux.

Voir le profil de l'utilisateur
TOUR 1  Fall/Winter 1808




Event phase

les deux camps (Alliés et Empire) tirent une carte Event et la jouent en même temps:
le nombre le plus petit commence.

1  "Dos de mayo" (3 unités espagnoles sont tirées sans les voir de la force pool)

5 "Supreme Junta" (5 unités de  guérillas sont ajoutées à la force pool)




Command phase


Au 1er tour 7 cartes sont données à chaque camp (les tours suivants seulement 6)

Chaque impulse, chaque camp joue une carte en même temps:
la plus forte joue en premier, en cas d'égalité, les alliés commencent.
Si Napoléon est en jeu il choisit.

Les alliés ont 3 PA:

1 Move
Castanos (5B2: 5 pips, B tire en B position et 2 fait un hit pour un D6 de 1 ou 2)
et Infantado (1C1) entrent dans l'hex de Cordoue où se trouve Dupont, en passant par l'ouest et le sud.

1 Move
Galluzo (3C1) vient bloquer les passes de la Sierra Morena pour couper toute échappatoire à Dupont

1 Move
Reding (3C1) à marches forcées vient bloquer la route qui mène à Bailen en entrant dans l'hex de Cordoue. mais perd un step (donc 2C1)

La Junta de Séville a bien coordonné ses forces...
Le petit corps de Dupont est encerclé !
il devra combattre jusqu'au bout et sera définitivement éliminé si il est détruit.



L'Empire a 2 PA:

2 Reinforcements:

Soult (Leader unit)  et Lefebvre (4C2) arrivent à Perpignan

Batailles


Près de Cordoue Dupont affronte Castanos, Infantado et Reding.
Au 1er round
Il inflige une perte à castanos et en prend deux
au 2e il ne fait aucune perte mais en prend deux autres, il est éliminé définitivement !




C'est la première fois qu'un corps français est obligé de se rendre à l'ennemi, cela va avoir un énorme retentissement en Europe, les armées de napoléon peuvent être vaincues.
Peu importe qu'il s'agisse d'un corps composé essentiellement de conscrits, isolé au fond de l'Espagne.

Avec la révolte populaire du 2 mai, cela est de très mauvais augure...

Voir le profil de l'utilisateur
j'ai détaillé un impulse pour montrer la simplicité des mécanismes.
A la fin des 7 (6 lors des tours suivants) impulses,
il y a une terrible phase d'attrition:
chaque hex qui contient des blocs au delà du nombre maximum autorisé par la valeur de supply de l'hex (une valeur de base de la région + ou - divers modif de terrain, de la présence de guerilla dans la region, de ligne de supply coupée, de zone contrôlée par l'ennemi et diverses cartes d'évènements comme la politique de la terre brûlée au Portugal, mauvaise récolte) voit ses blocs en trop perdre 1 step en Spring:Summer et être éliminés en Fall/Winter.

Un impulse prend 5mn en moyenne en terme de mécanique de jeu, un tour 1/2 h,
disons 3/4 h pour la réflexion soit 9h de jeu  pour le grand scénario de 1808 à 1814.
4h pour le scénario 1812.

Autre enseignement:
A la fin de chaque impulse (ou combat segment) il peut y avoir bataille si des blocs ennemis occupent le même hex.

mais chaque camp peut décider de retraiter avec tous ou certains de ses blocs plutôt que de combattre.
L'ordre d'action est donné selon A B C:
Dupont ( B1) aurait pu retraiter si il avait eu une voie libre et les espagnols n'auraient pu le poursuivre (le combattre) faute de cavalerie (poursuite automatique) et de leaders (qui peut dépenser 1 Pip pour permettre à une unité d'infanterie de poursuivre.

En clair, les FR peuvent éviter le combat face aux espagnols dans la très grande majorité des cas .

Mais cette guerre a pour objectif de contrôler des villes et des forteresses, les espagnols peuvent "imposer" une bataille aux FR lorsque ceux ci ne veulent pas abandonner une position clef.

Entre FR et Anglo portugais c'est plus complexe car les deux camps ont de la cavalerie et des leaders ainsi que des unités d'infanterie A  B et C.
Des retraites seront suivies de poursuites plus ou moins bien menées.

Le CR peut à présent prendre une forme moins explicative et plus évocatrice.

Voir le profil de l'utilisateur
Les corps de cavalerie de Milhaud et de Montbrun ainsi que le corps de McDonald, arrivés à Bayonne entrent en Espagne et sécurisent les voies de communication par la Biscaye, la Vieille Castille et Santander.




Soult arrivé à Perpignan avec les corps de Lefebvre et de Reille entre en Catalogne pour secourir Duhesme assiégé dans Barcelone par Vivès.

Ce dernier tente de s'échapper mais Soult lance Lefebvre à sa poursuite, Vivès subit des pertes (2 steps) mais parvient à s'enfermer dans la forteresse de Tarragone.

Les Espagnols reçoivent plusieurs unités en renforts, notamment les guérilleros de Mina en Navarre ainsi que Frère et Venegas qui se réfugient en Aragon.
Les britanniques débarquent un petit corps expéditionnaire à Mondego Bay, commandé en second par un certain Duke of Wellesley.



Ce général , encore inconnu en Europe, a mené une brillante  campagne aux Indes et gagné de multiples batailles, pour l'instant il est sous les ordres de deux généraux incompétents.

La petite troupe est bientôt rejointe par les portugais du Bishop d'Oporto et descend plus au
sud vers Lisbonne contrôlée par Junot et Delaborde.
Coincés entre la mer et le Tage, infranchissable de par sa largeur, les généraux français doivent accepter la bataille.






Malgré la puissance de feu britannique, les troupes françaises tiennent bon en défense,
3 steps sont perdus de chaque coté, les anglo portugais doivent retraiter sur Torres Vedras.
C'est une petite victoire sans lendemain, les français sont exsangues et bloqués dans Lisbonne, ils  ne peuvent espérer aucun renfort.

.




L'empire contrôle un axe Bayonne Madrid et une partie de la Catalogne.
Ses corps d'Andalousie et du Portugal ont été anéantis ou sévèrement étrillés.
Partout ailleurs les petites armées espagnoles affichent un optimisme de vainqueur, fière de leurs succès.

L'année 1808 s'achève avec un score de contrôle de région de 19 pour les alliés et de 12 pour l'Empire soit un différentiel de 7 VP pour l'allié (l'empire a O VP).

Napoléon se sent obligé d'intervenir dans la Péninsule avec ses vétérans des campagnes d'Allemagne et d'Autriche: l'aventure sans risques prend décidément une mauvaise tournure...

Voir le profil de l'utilisateur
TURN 2 Spring/Summer 1809

"Si vous voulez qu'une chose soit bien faite...faites la vous même !"

Napoléon




L'Empereur intervient en personne, il franchit les Pyrénées au sud de Bayonne avec la garde Impériale et deux autres corps arrive à Santander.








Puis fait Mouvement vers Astorga.




Son but est de prendre la forteresse de Ciudad Rodrigo, porte d'entrée vers  le Portugal, puis de foncer vers Lisbonne pour sauver ses corps isolés et tenir le Portugal avant que les britanniques n'interviennent.




Mais il ne sait pas que Moore vient de  débarquer à Mondego Bay avec deux divisions britanniques.





Les restes des corps français de Lisbonne, sans nouvelles des autres forces françaises, ignorants que l'Empereur vient à leur secours, acceptent la Convention de Cintra que leur offre Moore.
Ils seront rapatriés en France et ne connaitront pas l'enfer carcéral des pontons britanniques.
Le petit détachement de Loison en Algarve  accepte lui aussi d'être évacué.

Le Portugal est libéré de la présence française, l'Angleterre vient de remporter une victoire politique ...le Portugal devient un allié fidèle et déterminé.

Mais d'autres mauvaises nouvelles parviennent à Napoléon...l'Autriche vient d'envahir la Bavière, protectorat français, c'est la guerre contre la 5e coalition !

Napoléon repart en France avec sa garde et un corps pour rejoindre son armée d'Allemagne,


laissant ses généraux seuls face à un pays soulevé.

L'offensive vers le Portugal est stoppée.

St Cyr appuyé par Montbrun parvient néanmoins à créer une brèche dans les remparts de la forteresse de Ciudad Rodrigo, qui faute de garnison adéquate se rend.






Partout dans le pays les Juntas recrutent des troupes, inexpérimentées certes mais nombreuses.


Soult parvient à faire tomber la forteresse de Tarragona, Vivès accepte les honneurs de la guerre pour échapper à l'anéantissement lors d'un combat sans espoir.

Avec Ciudad Rodrigo ce sont les deux seuls maigres succès des armes de l'Empire dans la Péninsule.








Napoléon en route vers une campagne d'Autriche...
L'ulcère espagnol n'est pas prêt de se résorber...
.

Voir le profil de l'utilisateur
TURN 3  Fall/Winter 1809



"La victoire appartient au plus persévérant"
Napoléon





Après quelques mois de campagne Napoléon défait les autrichiens de l'Archiduc Charles à Wagram.




Le traité de Shöbrunn met fin à la 5e coalition, l'Autriche est forcée d'accepter la paix et mise hors d'état de nuire pour un long moment...l'Angleterre se retrouve seule face à l'Empire avec pour seuls alliés, la faible Espagne et le petit Portugal.

Napoléon revient aussitôt à Bayonne pour réaliser son plan:

chasser les Britanniques du Portugal et y placer une solide armée pour empêcher leur retour.

S'ils sont assez fous pour accepter une bataille...tant mieux, il les battra avec sa superbe cavalerie et sa Garde.

Eux partis ou vaincus, les espagnols ne seront plus en mesure de nuire, ce ne sont après tout que de la racaille







Napoléon rassemble quelques divisions et franchit la frontière pour atteindre Santander




Ensuite il se dirige vers Valladolid avant de revenir vers  Ciudad Rodrigo qu'il a quitté quelques mois plus tôt

[/ur


Mais de mauvaises nouvelles sont apportées par un courrier:  une puissante armée espagnole menée par ce damné Castanos menace Madrid




La lettre de son frère Joseph l'informe que la division Savary a été bloquée contre le  Tage près d'Ocana.




et obligée de livrer bataille.
Elle fut sévèrement étrillée avec de lourdes pertes, les espagnols en ont subi aussi mais ils étaient bien plus nombreux.
Castanos est sorti victorieux pour la deuxième fois face aux aigles impériaux, après Cordoue.




Napoléon ne peut risquer de perdre Madrid, ce serait un revers politique majeur qui enflammerait toute l'Espagne et aurait des retentissements partout en Europe, ce qui ternirait ses succès militaires et politiques face à l'Autriche.

Il doit séparer ses forces en deux, Masséna ira secourir Madrid avec la division Mc Donald et le corps de cavalerie de Milhaud.




Le reste l'accompagnera à Ciudad Rodrigo.




"La racaille" l'a forcé à changer ses plans et à diviser ses forces, contre les principes même de stratégie qu'il professe .

Moore qui était en route pour assiéger Ciudad Rodrigo  est surpris par l'arrivée de l'Empereur et préfère retraiter vers Lisbonne.
L'hiver se chargera de ralentir la poursuite éventuelle de Napoléon.



En Catalogne, Soult continue à soumettre la région.
Il emmène deux divisions pour mettre assiéger Tortosa qui n'a qu'une garnison symbolique, elle devrait tomber facilement entre ses mains.
Mais les murs résistent ...pire, ses troupes ont des pertes (1 step) !

Il essaie à nouveau après une meilleure préparation qui lui prend un bon mois, mais c'est un nouvel échec avec de nouvelles pertes et les murs sont toujours intact.



Soult aurait du utiliser plus de troupes du génie et plus de munitions de siège pour bombarder, mais il pensait que c'était inutile.
Ce double revers est une autre mauvaise nouvelle pour l'Empereur.

Mais il n'avait qu'une confiance limitée dans le fier et arrogant Maréchal et avait envoyé Suchet à Perpignan avant même son retour en Espagne pour prendre le commandement des forces de Catalogne.

Castanos, prudent , se retire en Andalousie.

Un an et demi de sale guerre...et la fin parait soudain si lointaine.
Pourquoi est ce tellement plus compliqué que le front Autrichien ?

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum