L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] The Victory of Arminius de John Prados

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]



Varus et ses trois légions avancent en territoire germain, encombrés de bagages comprenant l'artillerie et tout le matériel pour édifier les camps.


En tête la XVIIe Légion, puis la XIXe et fermant la marche la XVIIIe.




La veille, Arminius, un chef auxiliaire germain est parti en reconnaissance.
En réalité il est allé rejoindre les tribus germaines pour monter une embuscade.
Il a été élevé à Rome comme beaucoup de jeunes barbares otages pour forcer leurs tribus à coopérer.
Il connaît la façon de combattre des romains.
Il sait qu'il ne faut pas les affronter en bataille rangée.







La tête de la colonne romaine apparaît aux germains des tribus Cherusques à l'est et de celle des Chauques à l'ouest.
Les guerriers restent cachés, attendant le signal d'Arminius.




Arminius se demande s'il doit lancer son attaque maintenant, sur la XVIIe Legion, ou attendre que la colonne soit plus engagée encore .



Chaque minute compte...que faire ?

Voir le profil de l'utilisateur
Arminius se force à patienter une demi heure de plus, laissant les romains s'avancer bien au delà du piège tendu, pour que l'attaque coupe en deux la longue colonne des envahisseurs.

C'est le moment !
Le cor Chérusque lance le signal tant attendu,

TOooooooooOOOOoooo....  TOOOooooooOOOooo...

repris aussitôt par d'autres qui résonnent sous les frondaisons de toutes parts.
La forêt semble prise soudainement de frénésie, les fourrés sont parcourus de tremblements comme agités par des animaux encore invisibles:
les germains se dressent alors et s'élancent à l'assaut en hurlant.







Surpris de flanc arrière en colonne de marche, la cavalerie auxiliaire est balayée,
les bagages détruits, comme emportés par une déferlante humaine.



les fantassins auxiliaires s'enfuient pour échapper à cette furia germanica.

Les légionnaires de la XIXe  ne tiennent pas davantage, 4 cohortes sont anéanties.
La XVIIIe en queue de colonne est moins touchée, seulement une cohorte périt.

[/ur]

Plus au nord, la XVIIe Légion est tronçonnée a son tour, deux unités de bagages et trois cohortes sont taillés en pièces, les survivants ne devant leur salut qu'à leur fuite éperdue dans les bois qui se révèlent souvent être des pièges mortels, tant les germains sont efficaces en combat individuel.


Mais trois cohortes de la XIXe légion, galvanisés par leur aigle, se défendent avec acharnement et repoussent les Usipètes qui doivent reculer dans le plus grand désordre.




Varus, blessé, trouve refuge avec ses officiers au milieu de ces vétérans.

Mille cinq cent mètres plus à l'ouest, c'est deux cohortes de la XVIIe légion et une aile d'infanterie auxiliaire (des celtes ) qui inflige pareille correction aux chauques



En trois quart d'heure, la colonne romaine est tronçonnée en 4 parties.
Au sud la XVIIIe légion quasi intacte, au nord ouest, l'avant garde avec 5 cohortes et une aile de cavalerie, et au milieu,  deux groupes encerclés chacun  de 3 cohortes, de la XVIIe et de la XIXe avec Varus.



Les romains sont en état de choc face à un tel désastre




Arminius pense avoir remporté une victoire inespérée...




Mais déjà les vieux réflexes professionnels reprennent le dessus, les centurions réorganisent leurs centuries, les décurions aboient leurs ordres, la bataille ne fait que commencer...


Voir le profil de l'utilisateur
excellent allez varus !!

Voir le profil de l'utilisateur
Super, visuel et très animé. On s'y croirait.

Touche pas à mon aigle !!!

Voir le profil de l'utilisateur


Les cohortes survivantes se déploient en formation de combat.





Deux cohortes et les cavaliers auxiliaires de la XVIIe Légion hésitent et refusent de bouger,






Mais les autres cohortes  avancent résolument vers les hordes germaines, deux bandes Chauques précédemment ébranlées sont exterminées entre deux groupes de trois cohortes.




Au centre le groupe de trois cohortes regroupées autour de leur aigle résistent à toutes les attaques de Sucambres, Usipètes et Chauques, désorganisant chacune d'elles.
Les germains des tribus alliées, de moindre détermination commencent à renoncer à charger les romains devenus redoutables dans leurs formations serrées.

Un peu partout, les cohortes,  dispersées  lors de l'assaut germain initial, rallient ces môles de résistance et font face à leur tour.
Les légions romaines forment à présent groupes correspondant à chacune d'entre elles, ayant perdu un gros tiers de leurs effectifs, à part la XVIIIe en queue de colonne.



N'ayant pas de germains sur ses arrières elle peut monter un assaut coordonné sur les terribles Cherusques, et , lentement,  progressivement prendre l'avantage.






Des auxiliaires bataves, précédemment défaits fuient dans les marais et sont impitoyablement poursuivis par des Cherusques ivres de sang




Mais ce succès éphémère ne trompe pas Arminius, les légionnaires romains de la XVIIIe légion  sont en train d'user ses meilleurs guerriers.

Il faut se replier vers les hauteurs !

Les cors sonnent la retraite, les Cherusques, par grappes, décrochent aisément car bien plus légers que leurs adversaire.




Arminius, la rage au cœur, regarde le mur de légionnaires avancer lentement à leur poursuite.

Voir le profil de l'utilisateur
Etat des pertes




Les Chérusques  se replient vers le nord, laissant une ligne de défense sur les hauteurs face aux romains qui peinent à les suivre, encombrés de leur armement et soucieux d'éviter d'être à nouveau victimes d'embuscade.

Au nord, les restes de la XIXe légion, encerclés,
ont formé trois carrés (5 cohortes en tout) pour tenir face aux harcèlements des tribus germaines alliées.

Les Chérusques, emmenés par un Arminius déchainé,
apportent le soutien décisif à ces dernières en assaillant les deux premiers carrés romains qui s'effondrent sous le nombre et la fureur des germains qui ont compris qu'il leur fallait en finir avec la légion centrale pour espérer vaincre.





Le plus gros carré romain de 3 cohortes est désormais entièrement isolé et entouré de toutes parts.

La XVIIe Légion tente de percer vers l'est pour libérer sa consœur, mais leur progression est freinée par la résistance germaine et surtout un notable manque d'enthousiasme des légionnaires d'aller se risquer au milieu d'un nid de frelon.








Arminius en profite pour demander un nouvel effort à ses hommes, pour un assaut général sur les restes de la XIXe Légion.




Les tribus alliées sont galvanisées par cet élan et participent à l'assaut.
Les légionnaires tombent les uns après les autres , éclatent en groupes de plus en plus réduits qui offrent de moins en moins de résistance face aux loups qui les cernent.











Le regard d'incrédulité de ceux qui voient leur monde s'effondrer signe la fin de toute défense organisée...





Varus et ses officiers  mettent fin à leurs jours pour ne pas tomber vivant entre les mains des Germains .






La XIXe légion est anéantie...

Voir le profil de l'utilisateur
Je vends les wargames suivants : (prix en euros)

Frais de port : 10 euros

Mais frais de port gratuits pour 3 jeux et plus.
Et -5% sur l'ensemble au delà de 100 euros de commande
-10% sur l'ensemble au delà de 200 euros de commande



WW2 Front de l'est :

Stalin s War  de GMT    25

Dark Valley de GMT      40

Red Star Rising de MMP   25

War Without Mercy de Clash Of Arms  25   (neuf :planches de pions intactes)

Streets of Stalingrad  (3rd Edition ) de Décision Games  150

Blood on the snow  de Avalanche Press  20


WW2 front de l'ouest :

Breakout Normandy de Avalon Hill    45

Case yellow de GMT  25

Bastogne or Bust de terran games 20



WW2  front Méditerranéen

Shifting sands de MMP   40



WW2  Front asiatique

Cannibal (burma 1942)  de Avalanche press  20  (pions non découpés)








Columbia games :

Julius caesar  45

Gettysburg badges of courage  35

Hammer of the scots  45

Crusader Kings   40


Divers :

They met at Gettysburg de Spearhead Games  15

Price of Freedom de compass games  25

Voir le profil de l'utilisateur
Désolé, je me suis trompé de lieu pour mettre cette annonce.

Voir le profil de l'utilisateur
A effacer si c'est possible mon annonce de vente précédente, déplacée en ce lieu.

Voir le profil de l'utilisateur
La XIXe légion annihilée, Arminius et ses bandes de germains se retrouvent au milieu des restes des deux autres légions, la XVIIe au nord ouest et la XVIIIe au sud.
Vont ils se faire écraser par l'avancée inexorable de la machine de guerre romaine ?



Au sud, la XVIIIe légion doit attaquer au travers un terrain très difficile, les futaies de la plaine se transforment en  enchevêtrements de troncs et de taillis épais sur les pentes où se sont reformés les germains.
Les avantages tactiques des légionnaires sont en partie annulés par ces difficultés.



Les Chérusques restent inébranlables mais les Sucambres plus à l'est perdent progressivement pied.




Plus au nord Arminius replie ses forces pour mieux les regrouper et reprendre l'offensive.
Les leaders de la XVIIe Légion croient que ce recul signifie que la victoire est proche et se lancent à l'assaut.






C'est le moment où Arminius lance une attaque coordonnée, couronnée d'un certain succès.






Les Chérusques et leurs alliés s'infiltrent au milieu des cohortes désunies et engagent des combats individuels où ils prennent l'ascendant.



Les romains se replient près des marais où le massacre continue





5 cohortes de la XVIIe légion se font tailler en pièces....













Au sud, la XVIIIe légion parvient à repousser les Sucambres, les Chérusques, tournés se replient,
Victoire ! pensent les centurions .




Mais n'est il pas déjà trop tard ? Alors qu'ils ignorent encore le sort de la XIXe et de la XVIIe légions ...

Voir le profil de l'utilisateur
La luminosité faiblit sous les hautes frondaisons en cette fin d'après midi , les cohortes de la XVIIIe légion progressent à nouveau, en ordre, vers les hauteurs pour rejoindre les autres légions



Les visages marqués des aquilifers trahissent l'inquiétude qui s'emparent des cadres de la Légion,
que vont ils trouver plus au Nord ?





Au nord où la cavalerie auxiliaire  force le passage des petits groupes  de germains qui tentent d'encercler les restes de la XVIIe légion.





Puis, c'est la fuite éperdue pour sauver sa vie ou échapper aux affres qui suivraient la capture.




Les fantassins, Légionnaires ou auxiliaires n'ont pas cette chance...


A la tombée du jour, seule la XVIIIe Légion avec ses 7 cohortes de Légionnaires, ses 3 cohortes d'auxiliaires , sa cavalerie, son aigle et ses bagages reste en état de combattre.



Les vieux principes reprennent leurs cours...
les hommes se retranchent pour la nuit en édifiant un camp sommaire.





Demain le soleil se lèvera bien, lui aussi...et chacun combattra au milieu de ses frères d'armes....



Rome est bien loin, saura t'elle un jour ?

FIN

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum