L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

[CR] East Front Barbarossa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 [CR] East Front Barbarossa le Sam 10 Sep 2016 - 11:47

Introduction:

Pour L'Allemagne en guerre,  attaquer l'URSS en juin 1941  était ce une bonne stratégie ?
Avec le recul historique je pense pouvoir dire que non, que ce fut au contraire l'erreur majeure de Hitler, l'erreur fatale au sens de "fatum" le destin qui conduisit à la défaite finale.

Mais au printemps 1941 les choses n'étaient pas aussi évidentes:
L'URSS était perçu comme un ennemi à terme inévitable.
Elle ne pouvait que se renforcer au cours des années à venir, alors que les forces armées allemandes étaient à leur zénith, auréolées de leurs victoires lors des blitzkriegs.
Le potentiel soviétique était inconnu, sous estimé, l'efficacité de l'Armée rouge douteuse (après la guerre d'hiver 40 en Finlande), les purges staliniennes dévastatrices sur le commandement.

La Wehrmacht semblait invincible, même les alliés occidentaux le pensaient alors.

"Un coup de pied dans la porte...et toute la maison pourrie s'écroule" disait Hitler.

En terme de wargames, je l'ai déjà écrit, il est très difficile de rendre ce paradoxe:
amener le joueur allemand à se lancer dans des offensives débridées en 41 jusqu'en plein hiver, et en 42 jusqu'aux portes du Caucase et de la Volga, alors que le joueur allemand sait que le russe est bien plus dangereux et résilient que ce que pensaient les leaders allemands d'alors (excepté quelques clairvoyants).
La plupart des wargames proposent une approche correcte de Barbarossa (jusqu'en début 42) mais une suite, à mon avis décevante.

Seul East Front de Columbia, en faisant le pari de ne pas chercher à être une simulation mais de choisir de proposer un jeu, est parvenu à créer les conditions d'un Gameplay assez proche du rythme et des choix sous tendant les opérations historiques.

C'est pour vous le faire découvrir, si vous ne le connaissiez pas, ou à, peut être, vous en faire (re) sentir l'intérêt si vous le connaissez déjà, que je vais faire ce CR, en solo (bien que le sel de ce jeu soit à deux joueurs évidemment, le solo permet de bien décrire les choix qui s'offrent aux deux camps).




Juin 1941:

Hitler est sur le point de lancer la plus grande offensive de l'histoire de l'humanité.
Une guerre préventive contre les "judéo bolcheviques" qui donnera le lebensraum (l'espace vital ) aux colons germaniques, anéantira le dernier allié potentiel des britanniques sur le continent, et fournira au IIIe Reich les ressources qui lui manquent à cause du blocus dont il est victime par la Royal Navy.

Les objectifs sont nombreux, Moscou bien sur mais aussi Leningrad et les ressources d'Ukraine, plus tard les pétroles du Caucase.

Les Généraux de la Wehrmacht préfèreraient se centrer sur Moscou, centre ferroviaire et capitale de l'URSS.

Pour le Joueur Allemand (JA), l'idéal serait Moscou avec ses 8 PP, l'Ukraine ne sera pas tenable en 42 par les russes, alors que Moscou deviendra alors in atteignable.

Mais selon l'approche indirecte de Liddell  Hart, il vaut toujours mieux menacer plusieurs objectifs en même temps pour éviter que l'approche, prévisible, ne devienne directe et donc parable plus aisément.

C'est ce dilemme pour JA qui va constituer tout le sel de cette première partie de juin 41 à Mai 42.
Si le game play s'avérait intéressant, je continuerais au delà vers 1943.
JR (joueur Russe) va subir beaucoup mais voir ses capacités augmenter avec le temps, s'il tient en 41, 42 pourrait n'offrir que des impasses à JA.




Les dés sont jetés...et ils sont pour nous, pense JA

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: [CR] East Front Barbarossa le Sam 10 Sep 2016 - 18:41

Le cœur du système de jeu réside dans les Blocks HQ de Groupe d'armées



Cela permet de rendre l'asymétrie des deux camps

JA a 4 HQ opérationnels , 3 gros à III CV et 1 à II CV
JR a 5 HQ  opérationnels, 1 gros à III CV et 4 à II CV

JA et JR ont chacun un HQ Stratégique, OKH et STAVKA respectivement.

La façon de jouer de chacun en devient complètement différente.







L'ODB de JR est dispersé sur la carte, les soviets sont attaqués sans déclaration de guerre et Staline n'a pas voulu croire ses espions qui lui annonçaient une agression en début d'été.
Sans doute craignait il que toute mesure aurait pu donner un prétexte à Hitler pour attaquer (comme si Adolf avait besoin de ça...)


L'ODB de JA est concentré comme un serpent prêt à se lancer en avant pour piquer.



.










L'URSS est coupée en deux par les marais du Pripet, au nord le terrain est majoritairement clair sur la première moitié ouest est, puis devient couvert de forêts et de marais au nord.
Au sud, c'est un véritable charodrome.


Mais Moscou se trouve sur la partie Nord est de la carte en plein terrain boisé,

le gros des forces blindées  soviétiques est au sud en avant de Kiev, plus à l'est se trouvent les richesses de l'Ukraine.

Les généraux de l'OKH ont réussi à convaincre Hitler de ne pas se disperser, bref, JA est décidé à foncer sur Moscou, à laisser Leningrad et à ne pas se lancer dans la conquête des richesses de L'Ukraine.
C'est une stratégie risquée mais peut être la seule capable de permettre une victoire si Moscou est pris ...et gardé jusqu'à l'été 1942.

Maintenant, JA verra si cette stratégie pourra être poursuivie selon le déroulement des opérations.

La question essentielle en juin 1941 est comment répartir les HQ allemands au nord et au sud du Pripet ?

en 2/ 2, en 3/1  ,  en 4/0 ?

Dans la stratégie définie, ce sera au moins en 3/1  avec les trois gros HQ au nord et le petit au sud.







Les derniers préparatifs...lorsque Barbarossa sera déclenchée le monde... retiendra son souffle a dit Hitler.

En réalité Churchill poussera un grand Ouf de soulagement...

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: [CR] East Front Barbarossa le Sam 10 Sep 2016 - 19:47

JUNE 41  (une seule quinzaine, les autres tours auront deux quinzaines)



La ligne de front brûle sur plus de mille km.








JA active 2 HQ + le OKH, à III CV donc trois airstrikes à 3.







HQ AGC fait un blitz, cela veut dire qu'il pourra rejouer en devenant II CV.

JA peut soutenir tous les hex de combat, tous étant à trois Hex d'un HQ opé activé.



Après les combats




deuxième phase d'activation (Blitz de AGC)

HQ AGC ne peut donner son soutien de combat ou de mouvement qu'à deux hexes.




3 PZ (panzerkorps) traversent la Dvina (en haut à gauche) avant même que les soviets puissent réagir.
La plupart des unités russes sont encerclées ou anéanties sur la ligne de front.




Les pointes allemandes sont aux portes de Minsk, le front soviétique a littéralement explosé.

Mais aux pieds des Carpathes, de lourdes pertes ont été subies en PZ et en Infanterie face à des blindés russes monstrueux, invulnérables aux obus perforants allemands.









Hitler exulte, l'enthousiasme est à son comble au sein de l'état major, 4 armées soviétiques, deux corps de cavalerie, un corps blindé ont été annihilés en une dizaine de jours.






D'immenses colonnes de prisonniers soviétiques marchent vers des camps allemands en Pologne, la grande majorité d'entre eux ne reverra jamais la mère patrie, et ceux qui reviendront seront souvent envoyés en Sibérie, comme "traîtres",  par Staline après 1945.






Les civils soviétiques sont plongés dans une guerre d'une extrême cruauté.

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: [CR] East Front Barbarossa le Dim 11 Sep 2016 - 16:00

JUIN  Tour JR

Staline semble figé par les mauvaises nouvelles qui accompagnent cette invasion barbare.



Pourtant les lanceurs d'alerte l'avaient annoncé, Sorge de ToKyo, Trepper d'Europe, Staline était averti, mais on ne croit que ce que l'on veut bien croire...


















JR est confronté à plusieurs urgences, il lui faut reformer un front continu et assez solide derrière le Dnepr et dans les zones boisées au nord est.
Il faut replier les armées du Nord sur le point d'être encerclées.
Leningrad et Moscou doivent être hors d'atteinte, au sud du Pripet il faut sauver le maximum de troupes et les mener vers Kiev et le Dnepr.
Cela sans trop dépenser de HQ pour pouvoir commencer à étoffer et reconstruire des armées.

La menace que font peser 3 PZ à Daugvapills sur le nord, oblige une fuite précipitée vers le nord est des unités soviétiques du nord, Riga est abandonnée, les zones boisées à l'ouest du Lovat sont renforcées par des corps mécanisés au détriment du front du Dnpr.

En multipliant les menaces, JA adopte une approche indirecte chère à Liddell Hart.








Après mouvement.





Phase de reconstruction

JR  64 -1(Riga abandonnée)= 63      30 pour 3 HQ, le reste pour former de nouvelles armées (I CV chacune, on ne peut donner I CV par phase, cad par mois) et regonfler d'autres déjà sur carte.

JA 54 +1 (Riga, ...oui le jeu n'est pas une simulation, mais c'est sa façon de pousser les joueurs à garder ou (re) prendre les grandes villes et hex de ressources)




JUILLET   I

JA décide de prendre le temps d'être bien en position pour faire un Blitz en Juillet II, il n'active qu'un HQ plus OKH pour bouger les unités hors d'influence du premier.







JR Profite de ce court répit pour peaufiner sa deuxième ligne de défense






.


JUILLET II

JA active un HQ à III CV avec Blitz !




AGS est très bien placé  au centre des opérations, avec deux objectifs:
1 assaillir les terres boisées du nord Est en avant du Lovat avant que les troupes qui défendent ne se soint trop renforcées.
2 établir deux têtes de ponts sur le Dnpr , à Moghilev et à Gomel pour amorcer un encerclement d'un gros stack d'armées russes.

Le plan est ambitieux et très bien conçu...

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: [CR] East Front Barbarossa le Dim 11 Sep 2016 - 17:02

Ajout aux commentaires de Juillet I
L'audace des généraux allemands était sans pareille, au cours de la première quinzaine de Juillet, Rudolf Schmidt commandant le 39e PZ Korps soutenu par un corps d'infanterie tente la traversée du Dnepr près de Gomel.
L'état major de l'OKH donne son accord dans l'euphorie des victoires de juin.
Une armée soviétique repousse ce dernier, le 39e PZK se retrouve alors seul sur l'autre rive.

Les soviétiques (lors de leur tour de Juillet I) lancent une contrattaque avec trois armées, le 39e PZK acculé au Dnepr est quasiment anéanti.




(photos de Bruno Ganz en Hitler, film la chute)

La colère d'Hitler submerge l'OKH, une unité d'élite vient d'être en partie détruite et capturée par les soviétiques !

Il aurait fallu attendre hurle t il, pourtant la décision était fondée, une fois le Denpr traversé en Juillet I, avec le soutien de la Luftwaffe et le support de l'HQ, des renforts auraient pu être acheminé en juillet II sans que les soviets ne puissent les repousser

C'était un risque calculé, nécessaire si l'on voulait prendre Moscou.
La malchance: le corps d'infanterie repoussé, la contre attaque russe en a décidé autrement...


Puis Hitler qui n'est pas à une contradiction près va reprocher à l'état major de n'avoir pas fait un blitz en Juillet I pour soutenir le 39e PZK.
Si cela avait été le cas, il n'aurait pas été possible de le faire en juillet II, et , on va le voir, les succès qui en découlèrent n'auraient pu avoir lieu...




L'affaire va laisser des traces en ternissant la confiance engendrée par les débuts de Barbarossa.



Le blitz de juillet II va permettre de détruire les deux corps mécanisés russes des forêts près du Lovat et les armées de Moghilev et de Gomel, le Dnepr est percé en, deux endroits, la Lovat menacée, Staline doit combler trop de brèches en même temps ou se replier toujours plus vers l'est.













Ce qui est fait à grand peine avec des embryons de corps jetés pèle mêle de façon improvisée sur des lignes de front sans véritables défenses.




Tandis que fleurissent, au cœur de l'été, des silhouettes de chars abandonnés ...

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: [CR] East Front Barbarossa le Dim 11 Sep 2016 - 18:20

La Shoah par balles:




S'enfonçant de plus en plus dans un territoire immense au cours de l'été 41, les armées allemandes laissent derrière elles un grand vide où la crainte des saboteurs, des partisans (des "terroristes" comme les appellent les allemands) devient vite une obsession parmi les unités chargées de la sécurité des arrières par où transitent renforts et ravitaillement.

La première décision est d'exécuter les commissaires politiques soviétiques puis tous ceux qui ont adhéré ou sympathisent avec le parti communiste.
Il faut exterminer le "judéo bolchevisme" car il est déterminé, pense t on, à organiser le terrorisme au sein des territoires conquis. Et si une grande partie du sale boulot est pris en charge par les Einsatzgruppen dépendant des SS et par les éléments anticommunistes et antisémites des pays Baltes et d'Ukraine, la Wehrmacht y participe aussi. (voir le récit qu'en fait le personnage de Jonathan Littell  dans son roman les bienveillantes).

Les communistes donc, et les juifs, car ces derniers sont supposés souvent communistes, il est vrai qu'il y a un fort pourcentage de gens instruits parmi les juifs urbains et que l'antisémitisme des milieux conservateurs (d'extrême droite et de droite pour l'essentiel) de la fin du XIX e siècle et de la première moitié du XXe les a souvent rapprochés des idéaux du socialisme philosophique et politique prônant la fraternité entre les peuples et l'égalité entre citoyens.
Même si le régime soviétique, paranoïaque et dictatorial jusqu'à l'absurde, était très loin des idéaux originels du socialisme, l'association du bolchevisme (aspect politique) et  du judaïsme (aspect racial) devait  définir le mal absolu à anéantir selon la psyché de l'Allemagne Hitlérienne.

Exterminer les commissaires politiques et les quelques membres du parti encore restés sur place ne représentait pas une tâche très difficile.
Mais faire de même avec les centaines de milliers de juifs peuplant les campagnes et les villes conquises en Pologne et en URSS devint une entreprise gigantesque et aux conséquences débilitantes pour les hommes qui la menèrent.

Les hommes obéissaient aux ordres et abattaient des milliers de civils par jour, quelques uns se risquèrent à refuser et furent abattus eux aussi,
ils en étaient malades, même les officiers de la SS, par essence motivés, souffrirent bientôt de maladies psychosomatiques douloureuses, à part les quelques individus dénués d'affects et les psychopathes, par essence très minoritaires.

Au bout de quelque temps, les dégâts psychiques et physiques éprouvés par les exécuteurs devinrent intolérables, même pour la hiérarchie.
Et puis tous ces charniers parsemant les campagnes pouvaient devenir gênants dans l'avenir...

Il fallait trouver d'autres solutions...

On les trouva avec des camions bricolés pour recevoir dans la cabine arrière les gaz d'échappements...
Il fallut organiser le turn over des chauffeurs et assistants, tant l'horreur de ce qu'ils devaient nettoyer dépassait ce qu'un soldat pouvait supporter.

D'autres solutions étaient nécessaires, ce furent les camps d'extermination avec les chambres à gaz et les fours crématoires pour faire disparaître les corps, le tout exécuté par les déportés eux mêmes faisant partie  des sonderkommandos , juifs, tziganes, homosexuels, résistants ...
La solution était ingénieuse, industriellement et techniquement, ainsi qu'au  niveau de la main d'œuvre des exécutants du sale boulot et des usines allemandes  profitant d'une force de travail gratuite et corvéable à volonté.

C'est ainsi que Barbarossa engendra la Shoah par balles puis la Shoah par les camps, alors que jusque là, l'objectif avait été de mettre à l'écart ces populations indésirables, dans des ghettos, après l'impossibilité de les faire partir ailleurs (la Suisse durant toute la guerre les a très souvent refusés, ceux venus en Europe de l'ouest ont été rattrapés en 1940, les USA en a beaucoup refusé).

La Shoah n'est devenue un projet d'extermination que par Barbarossa, par une suite de conséquences en chaines à partir de l'été 1941 et non un projet anticipé de longue date comme on le pensa pendant longtemps.

(Bien que ce ne soit qu'un simple CR d'un jeu de stratégie, il me semblait intéressant de rappeler cela).

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: [CR] East Front Barbarossa le Lun 12 Sep 2016 - 20:07

AOUT I

L'OKH prend le temps de nettoyer les verrous soviétiques dans les forêts au sud des Valdaï et dans les plaines entre Smolensk et Brynask, en activant un HQ avec Blitz pour en finir.





Les soviets sont obligés de reculer pour garnir la prochaine ligne de défense devant Moscou, faute de quoi ils auraient été la proie des panzers dans les plaines dégagées.


AOUT II



Les panzers les poursuivent et pénètrent dans la ceinture forestière à l'ouest de Moscou.

Le Kremlin est à 100 Km !!!

Mais au sud du Pripet, en Ukraine, les troupes n'avancent pas, faute de ravitaillement...tout est pour l'avancée sur Moscou !

Cela a une conséquence: le potentiel industriel et économique Soviétique est à peine entamé ...
L'Ukraine est toujours entre les mains de Staline.




JA a pris un grand risque et Hitler ne cesse de rechigner en voulant que l'on prenne l'Ukraine
"mes généraux ne comprennent  rien à l'économie de guerre !"



Les généraux de l'OKH le prient de s'en tenir à la stratégie qu'il a lui même acceptée au début de Barbarossa.

L'ambiance devient  délétère malgré les succès indéniables remportés.




Les flammes se rapprochent de la Capitale de l'URSS...

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: [CR] East Front Barbarossa le Mer 14 Sep 2016 - 12:43

SEPTEMBRE I

C'est le moment ou jamais, Moscou doit être encerclé ou prise d'assaut frontalement avant les pluies d'Octobre (1/2 chance à chaque quinzaine d'avoir de la pluie et donc de la boue qui fige tout)




Un HQ est activé avec Blitz ainsi que OKH, la Luftwaffe appuie massivement (6 CV) l'assaut sur Klin d'un seul PZK




C'est un succès, les russes sont débordés
L'Oka est franchi par un PZK







SEPTEMBER II
Activation d'un HQ avec blitz

Gudérian  lance son armée de panzer sur le flanc Sud autour de Tula.












3 PZK et un corps d'infanterie exploitent la brèche au delà de Klin en obliquant vers le sud pour isoler la capitale, mais la ligne de ravitaillement force les PZ à ne pas aller trop loin, Moscou est toujours relié au reste de l'URSS.

Staline réagit comme il peut en abandonnant des positions au nord sur les marais du Lovat pour se redéployer , les forces autour de Moscou font de même






Staline garde espoir, le beau temps va finir par cesser.
Sa jeunesse lui a donné un sang froid à toute épreuve, braqueur de banque, exécuteur de basses œuvres contre des partisans du Tsar, incarcéré plusieurs mois, évadé, cela forge un homme d'avoir été un brigand et un tueur.





Guderian lance sa Panzer armée sur le flanc sud pour envelopper Tula






Yelets puis Ryazhsk sont pris puis la Moscova est franchie c'est une folle chevauché de panzers menée par le plus grand spécialiste de la blitzkrieg.




Moscou n'a plus qu'un couloir de 100 km qui le relie avec le reste de la mère patrie !






La Stavka racle les fonds de tiroir et colmate à la va vite, le régime tient pour l'instant par la peur, la peur de l'envahisseur qui ne fait aucun quartier, mais aussi la peur du NKVD qui cherche des traitres, c'est sa raison d'être, quitte à les inventer.




Des levées de troupes se font partout dans les villes, des femmes sont enrôlées,





Travaillant jusqu'à 15 ou 16h par jour dans les usines d'armement et les aciéries, dans des conditions hallucinantes




Ou victimes des horreurs de la guerre



Elles sont celles qui permettent à l'URSS de résister et de forger les armes de demain.



Mais y aura t il un demain, alors que les panzers s'apprêtent à fermer le dernier corridor ?

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: [CR] East Front Barbarossa le Mer 14 Sep 2016 - 17:38

OCTOBRE I

Test pour le temps:
JR fait 2
JA fait 5
5+7 = 8 (pair)  Boue !!!  (les HQ sont disrupted et ne peuvent se déploiyer d'un hex, ils valent 1 CV de moins et les attaques exceptées les attaques aériennes sont à SF (single fire, soit un hit par 6, même pour les blindés) Pour les allemands cela veut dire que les HQ ne pourront soutneir une attaque sur le corridor, autant ne rien faire.

Des pluies diluviennes s'abattent sur les forêts de l'URSS, le moindre cours d'eau devient une rivière difficilement franchissable,



La boue russe...la rasputitsa, collante et profonde fait du moindre déplacement un cauchemar, le ravitaillement ne passe plus, le front se fige






L'OKH est sur les dents...il manque si peu pour boucler la nasse.

Les russes ne sont pas mieux lotis mais ils sont sur la défensive, cela les arrange.
Leurs forces autour de Kiev prennent les trains pour se repositionner dans le bassin industriel d'Ukraine.



OCTOBER II

JR 8
JA 3

3+5=8  Pair... Beau temps !!!






La Wehrmacht repart à l'attaque !







Pour couper le corridor il faut prendre des risques, les unités engagées seront exposées à ne plus être ravitaillées après quelques jours ou une semaine
si elles réussissent les pertes des unités russes de la poche de Moscou perdront beaucoup plus.

De toute façon JA n'a pas le choix, c'est la seule chose à faire, gagner sur un coup d'audace ou bien...






JA active un HQ avec blitz et un autre HQ plus l'OKH

La Luftwaffe matraque le corridor infligeant des pertes aux trois armées russes qui le défendent, les 3 PZK et l'infanterie qui s'engouffrent au cours des deux phases de combat subissent peu de pertes mais détruisent deux armées russe et ne laisse la troisième qu'avec 1 CV (soit une division).

Cette division héroïque garde la maitrise du Corridor et sauve Moscou ...









Staline lui envoie des renforts en prélevant sur les lignes autour de Moscou, il faut que le corridor tienne à tout prix !

Mais nous sommes déjà fin octobre, le temps va forcément  tourner à la pluie ou au gel et à la neige.

Les 47e, 46e et 24e PZK ainsi que le 42e corps d'infanterie se retrouvent sans ravitaillement et perdent 1 CV chacun.

L'état major est atterré... manquer de si peu l'occasion d'en finir !
Hitler reste sans réaction...

Quelle va être celle des russes ?

Va t on pouvoir tenir ces positions jusqu'au printemps prochain ?


Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: [CR] East Front Barbarossa le Ven 16 Sep 2016 - 21:11

NOVEMBRE I

NEIGE !

Le froid s'abat sur les allemands telle une chape de plomb.
La neige recouvre bientôt tout le paysage
Les bruits sont assourdis, le gel paralyse les véhicules, le ravitaillement se fait par des charrettes,  





Les hommes sont tétanisés, mal équipés pour l'hiver, les HQ sont désorganisés.







L'urgence est de sauver l'armée qui tente de fermer le corridor avec ses trois PZK et son corps d'infanterie.
Elle n'est plus ravitaillée et menacée de totale destruction.


Un HQ est activé avec blitz pour prendre Tula et établir ainsi une ligne de ravitaillement avec les forces les plus à l'est.



4 corps d'armée dont un PZK sont engagés soutenus par ce que peut envoyer la Luftwaffe.





Les combats de rue sont terribles, les soviets n'ont que deux divisions mais qui infligent de terribles pertes aux assaillants



Les panzers perdent leur efficacité dans ce cauchemar climatique et urbain.

La ville de Tula reste aux mains des russes .

L'OKH est obligé d'activer un autre HQ pour exfiltrer les restes de deux PZK.


Le reste de l'armée, le 46e  PZK et le 42 corps d'infanterie sont abandonnés à leur sort

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: [CR] East Front Barbarossa le Ven 16 Sep 2016 - 22:25

Mais les soviets n'en profitent pas...ils sont encore exsangues, malgré l'arrivée de deux armées de sibériens.




Staline préfère attendre d'autres renforts avant de contre attaquer...



Tel un vieux paysan madré, il attend son heure.
Les allemands ne sont qu'au début de leur dégradation, l'enfer blanc ne fait que commencer.


La ligne de front n'a presque  pas bougé de tout Novembre, comme figé par le gel.


NOVEMBRE II

Aucune activation.







La ville de Tula, dévastée par l'artillerie et les bombes des stukas, s'enfonce dans le silence d'un linceul blanc.

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: [CR] East Front Barbarossa le Ven 16 Sep 2016 - 23:44

DECEMBRE I
NEIGE




Les derniers  survivants des isolés du corridor parviennent à échapper à leur sort funeste mais le récit de leur odyssée terrifie les camarades qui les recueillent.





La drôle de guerre continue, chaque camp se recroqueville dans ses tranchées improvisées et attend.

Les allemands parce que chaque Cv de HQ coûte 15 points de ressources au lieu de 10 et sont désorganisés en cas d'activation




Les soviets eux se préparent.
Deux autres armées de sibériens, aguerris aux températures extrêmes et très bien équipées prennent position autour de Klin, accompagnées de 3 armées de fantassins....








DECEMBRE II
NEIGE


Le HQ de Joukov lance 2 armées de sibériens sur le flanc nord de la pince allemande.






Les deux corps allemands au sud ouest de Klin résistent bien au début


Les T34 frappent plus au sud avec deux armées de Fantassins.


Puis le renforts de deux autres armées de sibériens fait pencher la balance, deux corps allemands sont saignés à blanc, mais les russes ne peuvent percer, quelques kampfgruppen tiennent encore.




Hitler l'annonce sur les radios allemandes "le soldat allemand ne recule pas..."



Le landser se fiche bien des discours, il sait que reculer signifie la mort...ou pire encore...la capture.






Les pertes s'accumulent mais l'offensive de Joukov piétine


Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: [CR] East Front Barbarossa le Sam 17 Sep 2016 - 14:39

JANVIER I

L'enjeu est la survie du groupe d'armée Nord, la pince septentrionale avancée sur 300 km au sein des lignes soviétiques mais large de seulement 100km.

Va t il est coupé, encerclé et anéanti ?

Ou pourra t il se replier peu à peu et faire sa jonction à l'ouest de Moscou avec le groupe d'armée centre ?

De cela dépend la prochaine campagne d'été des allemands.







Les allemands résistent malgré leur sous équipement





Les Sibériens attaquent de partout, anéantissant les restes de quatre corps d'infanterie, plusieurs PZK subissent de lourdes  pertes mais la ligne de front allemande tient.




Des brigades de "pompiers" volants, faires de restes de bataillons de canons d'assaut ou de panzers colmatent les brèches au fur et à mesure qu'elles apparaissent.

et c'est la même chose en JANVIER II




Le front semble solidifié, l'acharnement des uns , la ténacité des autres semblent inépuisables.




Ceux qui ont survécu à l'enfer blanc semblent revenus de tout, la guerre parait avoir toujours été là, leur univers s'est rétréci à leurs camarades de combat, ils ont appris à éviter les obus au son qu'ils émettent, à se coucher au sol instinctivement, à bouger, à tirer sans gaspiller leurs munitions, à se préserver du froid...presque aussi adaptés que leurs ennemis sibériens.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum