L'Estafette - Histoire & Wargames


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'amiral (d'Andrei Kravtchouk)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Ven 23 Juil 2010 - 22:21

Ce soir je regarde ce DVD reçu cette semaine. Je vous raconterai ça demain...




Synopsis :

Alexandre Vassilievitch Koltchak a des fonctions importantes et une vie de famille. Mais, un jour, il rencontre Anna Timireva, la femme de l'un de ses amis. Elle devient le grand amour de sa vie...

Alors qu il s apprête à défendre sa patrie dans les affres de la révolution bolchevique, l'amiral Koltchak est emporté par une liaison avec la femme d un officier ennemi. Il devra faire face à ces épreuves et prendre les bonnes décisions pour son propre destin, mais aussi pour celui de sa nation.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

2 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Sam 24 Juil 2010 - 1:19

Me revoilà comme promis un peu plus de 2 heures plus tard (la durée du film).

Globalement du bon cinéma, spectaculaire, épique, bien réalisé et avec des gros moyens, sans approcher néanmoins, même loin, le chef d'oeuvre (on est loin de la qualité du Tsar de Lounguine par exemple) Wink

Les scènes de batailles (notamment navales) sont convaincantes, bien qu'influencées par les impératifs d'un cinéma à grand spectacle.

Le film, financé par ministère de la Culture Russe (distribué chez nous par France 2), s'attache - efficacement - à valoriser le patriotisme de l'amiral Kolchak et son rejet de la révolution bolchevique. Dans la démarche, j'ai retrouvé un peu la même approche que dans les 2 films anglais sur Elisabeth d'Angleterre (1998 et 200!) : présentation volontairement positive de l'histoire, malgré le caractère dramatique et complexe des événements et les 70 années d'URSS qui avaient rangé Kolchak parmi les ennemis de la nation. La valeur de l'homme Kolchak, son courage, ses qualités de soldats, sa droiture, sa foi inébranlable, sont mises en avant plus que ses idées politiques. C'est donc un oeuvre de réhabilitation d'un homme plus que de son action.

Le film évite l'écueil du manichéisme, il est plus sévère envers le général français Janin et les Tchèques qui trahissent Kolchak qu'envers les bolcheviques. Cela est bien résumer par une réplique entre deux russes qui entèrent des cadavres mêlés de Blancs et de Rouges après une bataille : " on les met ensemble dans la tombe, ce sont tous des Orthodoxes "

L'accueil enthousiaste qui a été fait au film témoigne en tout cas du renversement des valeurs en Russie et de la "synthèse" de type bonapartiste (qui voulait réconcilié la France d'ancien régime avec la révolution) que tentent le pouvoir actuel en valorisant tous les héros de la Russie de toutes les époques (y compris certains héros communistes).

Pour terminer sur le film, je ne me suis pas ennuyé un seconde, car comme je le disais au début, il est bien fait, bien joué (il y a même notre Richard Bohringer) et subordonne la "grande histoire" à une histoire d'amour très romantique, ce que j'ai également apprécié dans la construction du scénario comme dans l'idée sous-jacente.

A voir donc, car très intéressant sur la Russie d'hier comme sur celle d'aujourd'hui.
Idea


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

3 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 9:38

Le film n'est pas manichéiste, il faut le dire vite... Shocked

Tout ce qui ressemble de près ou de loin à un révolutionnaire est un pue la sueur grimaçant et tremblant de trouille devant les officiers, ou un fourbe antipathique, aucune des raisons de la révolution n'est évoquée, la vie des soldats ou du peuple n'est guère évoquée, on passe son temps à faire des courbettes devant des icônes et on regrette le temps béni où les officiers buvaient du champagne dans leur datcha... "vive le Tsar, vive l'armée, vive l'église"... Du pur cinéma Poutinien.

Il aurait été possible - et passionnant - de faire un tel film en adoptant un point de vue quand même plus équilibré (un peu comme "Docteur Jivago"), en ne masquant les torts ni des uns, ni des autres... Ici, c'est tout le contraire. On passe de l'extrême "Octobre"/"Potemkine" à l'autre, sans transition, c'est à peu près aussi subtil dans le propos. Sauf que le style international et passe partout de Kravtchouk n'a certainement pas la force de celui d'Eisenstein ! Dommage...

La seconde partie (à partir de la révolution) est la plus intéressante et mérite le coup d'oeil pour la peinture d'évènements rarement vus ou expliqués au cinéma, mais on regrette que le sujet de ce qui aurait pu être un très grand film d'histoire tourne vite à l'outil de propagande officiel.

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 10:16

Vision différente de ta part que je respecte, mais je ne suis pas du tout d'accord et je maintiens ce que dis sur le non manichéisme et la volonté très "bonapartiste" de réconciliation autour de valeurs positives. Il est sûr néanmoins que cela change des films de propagandes soviétiques. Wink

Par ailleurs, son sujet n'est pas la Révolution russe, mais la vie de Kolchak.

Difficile à ce titre de parler de Kolchak sans évoquer sa foi, tout comme dans God's and General (sur la Secession) on nous montre avec justesse Stonewall Jackson passer son temps à réciter des Psaumes. Ils étaient comme cela.

D'ailleurs les Russes ne s'y sont pas trompé, L'Amiral est là-bas le plus gros succès public (en nombre d'entrées) de ces dernières années.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

5 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 10:33

Semper Victor a écrit:
Le film évite l'écueil du manichéisme, il est plus sévère envers le général français Janin et les Tchèques qui trahissent Kolchak qu'envers les bolcheviques. Cela est bien résumer par une réplique entre deux russes qui entèrent des cadavres mêlés de Blancs et de Rouges après une bataille : " on les met ensemble dans la tombe, ce sont tous des Orthodoxes "

L'accueil enthousiaste qui a été fait au film témoigne en tout cas du renversement des valeurs en Russie et de la "synthèse" de type bonapartiste (qui voulait réconcilié la France d'ancien régime avec la révolution) que tentent le pouvoir actuel en valorisant tous les héros de la Russie de toutes les époques (y compris certains héros communistes).

Pour terminer sur le film, je ne me suis pas ennuyé un seconde, car comme je le disais au début, il est bien fait, bien joué (il y a même notre Richard Bohringer) et subordonne la "grande histoire" à une histoire d'amour très romantique, ce que j'ai également apprécié dans la construction du scénario comme dans l'idée sous-jacente.

A voir donc, car très intéressant sur la Russie d'hier comme sur celle d'aujourd'hui.
Idea

Assez d'accord avec toi à propos du ressenti sur l'absence de manichéisme du film.
On sent que l'objectif du réalisateur a été davantage de réhabiliter Koltchak après des décennies de propagande anti-blanche que de diaboliser ses adversaires. Il est présenté comme un homme assez extérieur au jeu politique et profondément attaché à la défense des intérêts de son pays, sans être foncièrement anti bolchévique.
Au passage, la France en prend pour son grade avec son attitude cynique et hypocrite pendant cette période.

Par contre je suis moins enthousiaste sur la qualité globale du film. Même si les moyens sont au rendez vous le film hésite constamment entre la romance mièvre (dans le genre mauvais remake de guerre et paix) et la production de type militaire et héroïque.
Au final on a une oeuvre assez ennuyeuse et sans dynamisme avec des longueurs parfois qui plombent ce qui aurait pu être un film d'action de qualité

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 10:49

D'accord sur la France, je l'avais signalé. C'est d'ailleurs voulu, pour "fédérer" tous les russes (blancs ou rouge) contre l'extérieur plutôt que contre eux-même. Idem vis à vis de la Légion Tchèque.

J'ai, contrairement à toi, bien aimé l'aspect sentimental du film qui fait que l'on est dans le "cinéma" et pas le documentaire.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

7 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 11:06

Semper Victor a écrit:

J'ai, contrairement à toi, bien aimé l'aspect sentimental du film qui fait que l'on est dans le "cinéma" et pas le documentaire.

Tu es un grand sentimental Wink

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 12:17

Oui et je l'assume, l'amour est le moteur du monde Embarassed


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

9 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 14:11

Le baron vin Ungern apparait-il dans le film? C'est lui que joue Bohringer?

Sinon, concernant la France, je ne suis pas sûre qu'elle pouvait s'investir à fond après 4 ans de guerre à outrance et avec des troupes qui ne songeaient qu'à la démobilisation et qui étaient au bord de la mutinerie.

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 14:42

Je ne crois pas avoir vu Ungern, mais j'avoue que je n'ai pas tenu jusqu'au bout.

Par contre on voit l'action héroïque de Vladimir Kappel (l'un des lieutenants de Koltchak) qui va mourir d'épuisement, les deux jambes gelées, lors de la retraite vers Irkoutsk

Bohringer a un rôle modeste, il joue le général Janin qui commande les français.

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 18:24

J'ai rencontré Bohringer à Bormes les Mimosas cet été (en tremps de dédicacer son livre), il ne rayonnait pas de sympathie Rolling Eyes

Même réponse que Charles-Antoine sinon.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

12 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 19:06

Arg ! Je cherche ce film depuis un petit moment !

Kolchak en hero romanesque cela doit être amusant a voir... Le personnage n'avait pas beaucoup de qualités si ce n'est le charisme...
Niveau histoire d'amour, c'est avec sa femme ou avec sa maitresse Timirva qu'elle est décrite ?
Son procès et son exécution sont ils couvert ?

Et pour Janin, c'est vrai qu'il n'a pas été a la hauteur... Est-ce que l'histoire rocambolesque des ossements de la tsarine est racontée ?

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

13 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 19:07

Avec sa maîtresse jouée par une très très jolie actrice Wink

Oui le procès et la mort font partie du film.

Rien sur les ossements.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

14 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 8 Sep 2010 - 22:32

C'est marrant que tu ai parlé de ce film Fred, je suis justement en train de travailler sur ce thème...

Je cherche en ce moment a changer ma manière de travailler sur mes projets de jeux car je n'arrive pas a terminer mes projets dans un délai raisonnable...
Donc je m'essaye a une nouvelle manière de faire sur un mini-jeu dont le thème est justement: Kolchak et l'intervention alliée en Sibérie.
Ce n'est pas un wargame simulationniste mais plus un jeu de plateau stratégique pour 4 joueurs (style Here I Stand un peu)...
Donc je vais vous reparler de Kolchak bientôt hehe...

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

15 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Jeu 9 Sep 2010 - 0:13

Bonne idée de jeu en tout cas.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

16 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mar 12 Oct 2010 - 20:44

Ouch je viens de voir le film... c'est archi-mauvais.No

C'est limite révisionniste par omission : 95% de l'Histoire de l'expédition de Kolchak est enlevée ce qui est dommage pour un film historique.
On ne voit que la vie quotidienne de Kolchak puis sa fin. Cela donne une impression de trahison car on ne voit pas tout ce qu'il a fait pour amener tout le monde contre lui...
Bref, une énorme déception...
Indépendamment du sujet, c'est un mauvais film en termes de narration et de jeu d'acteurs...

Je conseille la biographie de Peter Fleming sur Kolchak qui le place bien dans son contexte historique sans être trop manichéen.

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lestafette.net

17 Re: L'amiral (d'Andrei Kravtchouk) le Mer 13 Oct 2010 - 10:40

Ce n'est pas un documentaire sur la guerre civile... le film est centré sur Kolchak, c'est son thème unique.

Je ne l'ai pas trouvé mal joué non plus.


_________________
« Quis custodiet ipsos custodes ? » Juvénal.

http://www.fredbey.com/
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fredbey.com/

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum